•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aline, le film sur Céline Dion, et sa distribution québécoise à Cannes

Trois hommes et deux femmes sourient sur le tapis rouge.

Roc Lafortune, Danielle Fichaud, Valérie Lemercier, Sylvain Marcel et Pascale Desrochers lors de la présentation du film « Aline » à Cannes

Photo : Getty Images / Pascal Le Segretain

Radio-Canada

Aline, le faux film biographique de la réalisatrice française Valérie Lemercier sur son idole Céline Dion, a été présenté hors-compétition mardi au Festival de Cannes.

C’est sur des chansons de Céline Dion que Valérie Lemercier, qui incarne une Céline Dion rebaptisée Aline Dieu dans son film, et le reste de la distribution québécoise ont gravi les célèbres marches du palais des festivals à Cannes.

Ainsi, aux côtés de la cinéaste et fan inconditionnelle de la diva se trouvaient Sylvain Marcel, qui joue le René Angélil d’Aline Dieu, Pascale Desrochers ainsi que Danielle Fichaud et Roc Lafortune dans les rôles de Maman et Papa Dieu. 

Une expérience intense pour Sylvain Marcel

Mercredi, Sylvain Marcel peinait encore à se remettre de ses émotions de la veille. Je me suis mis des manches longues pour arrêter de me pincer, car j’avais plein de bleus, a-t-il déclaré à Maxime Coutié et Claudia Hébert en entrevue à l’émission Tout un matin

« C’est quand même le rêve de tout acteur de monter ces marches à Cannes. »

— Une citation de  Sylvain Marcel, acteur

Ce dernier a été marqué par le mur de photographes qui l’ont mitraillé, l’immensité de la salle et l’écran de 27 m sur lequel il s’est vu. Ça fait des grosses faces, a-t-il ajouté. Ça va me prendre quelques jours avant d’arriver à gober tout ça.

Une femme embrasse un homme sur la joue.

Valérie Lemercier embrasse Sylvain Marcel lors d'une scéance photo au Festival de Cannes.

Photo : afp via getty images / VALERY HACHE

La surprise et le bonheur de Valérie Lemercier

L’émotion était également au rendez-vous pour Valérie Lemercier, qui a été surprise d’être invitée par le festival à présenter son film franco-québécois. 

J’ai toujours pensé que Cannes, ce n’était pas pour moi, ce n’était pas pour les comédies, a-t-elle expliqué depuis la Croisette à Tout un matin

J’ai été contente d’avoir ma nouvelle famille du Québec mêlée avec mes trois sœurs que mon producteur a gentiment invitées. C’était très émouvant, car [Aline] est aussi un film sur la famille.

La réalisatrice était aussi heureuse de retrouver sa bande d’acteurs et d’actrices du Québec jouant dans ce film qui se veut un hommage sincère à Céline Dion. 

« J’ai eu la chance d’avoir des acteurs extraordinaires. Je pèse mes mots. J’ai rarement vu des gens aussi impliqués, aussi peu sur leur téléphone portable. C’était merveilleux de jouer avec eux. »

— Une citation de  Valérie Lemercier, réalisatrice et actrice

L'accent québécois de Valérie Lemercier

L’annonce de la préparation d’un film fortement, mais librement, inspiré de la vie de Céline Dion par Valérie Lemercier et le dévoilement de la bande-annonce ont été accueillis avec scepticisme au Québec. Et il y en a encore j’ai l’impression, a observé l'actrice.

La réalisatrice et comédienne est elle-même consciente des limites de l’accent québécois qu’elle a pris pour interpréter Aline Dieu. 

« Vous allez certainement trouver – et vous avez raison et ça m’a frappée hier – que mon accent n’est pas parfait. J’ai préféré pécher par moins que par trop. »

— Une citation de  Valérie Lemercier, réalisatrice et actrice

Des avis assez positifs 

Le film Aline a été plutôt bien reçu par les critiques. Si les applaudissements ont été nourris à la fin de la projection et que des membres du public en avaient les larmes aux yeux, selon Variety, la critique de ce magazine américain spécialisé en cinéma est mitigée. 

Qualifiant Aline de film de superficiel et à l’eau de rose, il estime que le long métrage reste extrêmement satisfaisant à regarder pour ceux et celles qui ajusteront leurs attentes en conséquence.

Mardi, Valérie Lemercier avait expliqué en entrevue à Variety que le script d’Aline avait été lu et approuvé par la gérante française de Céline Dion, mais que la vedette de la chanson n’avait pas vu le film. 

Le média français Première, lui aussi spécialisé en cinéma, a vu dans Aline une déclaration d’amour, un courrier transi adressé par une midinette assumée à son idole

Lemercier raconte et joue Aline/Céline comme d’autres montent sur la scène d’un cabaret transformiste déguisés en Dalida, Sylvie Vartan ou Mylène Farmer, dans un geste où se mêlent le fétichisme, l’illusionnisme et la pure dévotion. Elle l’incarne un sourire aux lèvres, oui, mais jamais moqueur ou ironique.

Première souligne aussi la fantastique bande d’acteurs canadiens qui accompagne Valérie Lemercier à l’écran.

Quant au magazine français L’Obs, il a globalement apprécié le film, malgré sa longueur et les trop nombreuses scènes de concert à son goût.

S’y déploie [...] son regard de portraitiste doucement taquin, entre un premier degré de roman-photo et un humour du détail à la Sempé, aidée par son fabuleux casting d’acteurs québécois, a-t-il dit au sujet de la réalisation de Valérie Lemercier.

Aline sortira dans les cinémas québécois le 26 novembre prochain. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !