•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La garderie Les Minis Explorateurs de Matane pourrait mettre la clé sous la porte

La garderie Les Minis Explorateurs de Matane.

La garderie Les Minis Explorateurs de Matane (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Les propriétaires de la garderie Les Minis Explorateurs à Matane jettent l’éponge après des démarches infructueuses pour convertir la garderie privée en centre de la petite enfance (CPE). La copropriétaire et directrice Élisabeth Fillion dit avoir décidé à contrecœur de fermer son entreprise qui emploie 20 éducatrices et prend soin de 52 enfants, et de mettre en vente le bâtiment qui l'abrite.

Élisabeth Fillion souhaite avoir vendu la bâtisse d’ici la rentrée scolaire. Elle n’exclut pas la possibilité qu’un acheteur lui fasse une offre pour son entreprise; la garderie demeure donc ouverte jusqu’à sa vente.

Même après de multiples démarches pour convertir la garderie privée en CPE, le ministère de la Famille n’a toujours pas exaucé la demande de sa propriétaire.

On a arrêté nos démarches pour être subventionné parce qu’on fait rire de nous, témoigne Mme Fillion. On n’a pas de non, mais tu sais, on n’a pas de oui non plus, c’est très vague.

Les propriétaires des Minis Explorateurs avaient cependant refusé, en février dernier, la dernière offre d’achat déposée par le CPE de Matane pour la convertir en centre de la petite enfance et ainsi accélérer la création de 70 places subventionnées.

Épuisées, Mme Fillion et sa partenaire d’affaires, Josée Labrie, considèrent être allées au bout du projet.

La directrice adjointe et copropriétaire des Minis explorateurs, Élisabeh Fillion brandit une pancarte où on peut lire : «M. Lacombre qu'allez-vous faire pour régler cette injustice? »

La directrice adjointe et copropriétaire des Minis explorateurs, Élisabeh Fillion (archives)

Photo : Radio-Canada / Brigitte Dubé

Concurrence déloyale, selon la directrice

Il y a quelques mois, la directrice de la garderie privée s’est d'ailleurs plainte en vain au ministère de la Famille et au Protecteur du citoyen en raison d'un projet de construction d’un quatrième CPE sur le terrain adjacent à son entreprise. Elle craignait alors que cette nouvelle installation crée de la concurrence déloyale et lui fasse ainsi perdre ses enfants et son personnel.

Les parents veulent des places subventionnées et ils ont le droit d’avoir des places subventionnées. Plusieurs m’ont dit qu’ils n’avaient pas les moyens d’avoir un deuxième enfant chez moi, déplore Élisabeth Fillion.

Je vais inscrire les enfants, ils vont faire un bout chez moi et quand il va y avoir une place au CPE ils vont nous quitter.

Une citation de :Élisabeth Fillion, copropriétaire des Minis Explorateurs

Le ministère de la Famille lui a alors répondu que la construction du quatrième CPE était conforme et légale. Même son de cloche du côté du Protecteur du citoyen qui considérait que le nouveau CPE ne créerait pas de concurrence déloyale puisqu'il s'agit d'un OBNL.

À cet effet, Mme Fillion rappelle que les CPE sont subventionnés par le gouvernement, ce qui leur permet d’offrir des services à 8,50 $ par jour, soit un tarif journalier deux à trois fois moins cher que celui de la garderie Les Minis Explorateurs.

De passage dans la région mercredi, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, a pour sa part réitéré que le manque de places en garderie est trop important et que toutes les garderies ont leur place.

Le ministre Lacombe au chantier.

Le ministre Lacombe en visite au chantier du CPE Les P'tits Montois de Mont-Joli, plus tôt cette semaine (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Bien que les propriétaires aient manifesté leur intention de mettre la clé sous la porte, le ministre est d’avis qu’un futur acheteur pourrait décider de reprendre l’entreprise.

Si la garderie décide de vendre à un nouveau propriétaire, ma compréhension c’est qu’elle va pouvoir continuer d’exister avec les enfants qui sont-là et le bâtiment va pouvoir conserver sa vocation. On a besoin de tout le monde, on a besoin de place, on n’a pas trop de places dans le Bas-Saint-Laurent, martèle-t-il.

Des parents inquiets pour la suite

La copropriétaire de la garderie Les Minis Explorateurs fait valoir que les parents des enfants qui fréquentent sa garderie savaient qu'il était possible que la garderie ferme éventuellement ses portes. Ce n’était pas une grosse surprise, mais c’est sûr que tout le monde est triste, avoue-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !