•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déontologie policière : l’agent Chamberland a abusé de son autorité

431b1e3c58234bb6a7c7452cd2a32e14

La juge administrative a rendu sa décision dans le dossier en déontologie de l'agent Chamberland.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Martin Guindon

L’agent Mathieu Chamberland, de la Sûreté du Québec, a abusé de son autorité lors de son intervention policière du 24 juin 2018 à Val-d’Or.

C’est la conclusion à laquelle est arrivée la juge administrative Louise Rivard, du Comité de déontologie policière, dans sa décision rendue le 7 juillet dernier.

À la lumière des faits qui lui ont été présentés durant les audiences de l’automne dernier, l’agent Mathieu Chamberland, de la Sûreté du Québec, a dérogé selon elle à quatre reprises au Code de déontologie des policiers du Québec. Elle n’a pas cru sa version des faits ni ses justifications.

Retour sur les faits

Les événements reprochés à l’agent Chamberland sont survenus lors d’une soirée d’après-bal dans une résidence de Val-d’Or. Avec un collègue, il s’est rendu sur les lieux pour répondre à une plainte de bruit portée par un voisin.

Selon la décision, le policier a tenu des propos virulents lors d’une altercation avec un jeune de 16 ans. Ce dernier lui avait reproché la force qu’il avait utilisée pour sortir l’un de ses amis. Tu viendras pas me dire comment faire ma job, viens pas me faire chier, je suis armé, lui a lancé Mathieu Chamberland.

Il a ensuite poussé l’adolescent avec force en l'empoignant à la gorge sans justification pour le faire reculer vers l’arrière du véhicule policier, puis il a rédigé un constat d’infraction sans motifs raisonnables. Le jeune homme a d’ailleurs été acquitté après avoir contesté le constat en question.

Enfin, quand il a reconduit l’adolescent chez lui, l’agent Chamberland a tenu des propos menaçants et intimidants envers ses parents. Il leur aurait notamment dit que s’il devait intervenir à nouveau auprès de leur fils durant cette nuit, il irait dormir au centre jeunesse.

Le Comité de déontologie policière fera connaître ses sanctions à l’endroit du policier fautif dans les prochaines semaines.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.