•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des PME demandent à Ottawa de maintenir les montants des subventions fédérales

Chrystia Freeland, masquée, tenant des documents, marche suivie de Justin Trudeau, également masqué.

La réduction des subventions était prévue dans le budget 2021-2022 du gouvernement de Justin Trudeau présenté par la ministre des Finances, Chrystia Freeland.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Des petites et moyennes entreprises de l’Île-du-Prince-Édouard et de l’Atlantique demandent au gouvernement fédéral de prolonger ses programmes d’aide et de maintenir les montants des subventions offertes dans le plan de relance économique.

Depuis le 4 juillet, les programmes de Subvention salariale d’urgence du Canada et de Subvention d’urgence du Canada pour le loyer ont été revus à la baisse.

Les montants accordés par ces programmes continueront graduellement de diminuer jusqu’en septembre 2021.

Le gouvernement fédéral a aussi mis fin au programme de Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes, qui offrait des prêts aux entreprises.

Louis-Philippe Gauthier devant un immeuble en construction.

Louis-Philippe Gauthier, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, déplore les récentes modifications des programmes d’aide du gouvernement fédéral.

Photo : Radio-Canada

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante a lancé une pétition (Nouvelle fenêtre) le 8 juillet dernier afin de faire pression sur Ottawa pour revenir sur sa décision.

En plus du retour aux montants d'origine des subventions fédérales et de la restauration du programme de prêts, l’organisme souhaite que les entreprises créées après mars 2020 puissent bénéficier des programmes d’aide du fédéral.

Selon l'organisme, ces entreprises ne peuvent pas en bénéficier à l’heure actuelle.

Louis-Philippe Gauthier, directeur principal aux affaires législatives pour l’Atlantique à la FCEI, déplore les récentes modifications des programmes d’aide.

On est loin d’être sortis de la pandémie. On a encore 60 % de nos membres qui ne sont pas encore revenus au même niveau de revenus observés avant la pandémie.

Une citation de :Louis-Philippe Gauthier, directeur aux affaires législatives pour l’Atlantique à la FCEI

Dans le programme d’aide salariale, les entreprises ayant éprouvé une baisse de revenus de plus de 70 % ont connu, par exemple, une réduction de 15 % de leur subvention, en juillet.

Ces subventions seront diminuées de 20 % en août et en septembre.

De plus, Louis-Philippe Gauthier souhaite aussi que le programme d’aide reste en place jusqu'au plein rétablissement de l'économie et à l’ouverture des frontières internationales.

Selon nous, ce n’est pas encore le temps de tirer la couverture sous les pieds des petites et moyennes entreprises, précise-t-il.

L’importance des subventions pour les entreprises de l’île

Pour Pierre Gallant, porte-parole de la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard, les subventions fédérales restent encore un élément clé pour la relance économique des entreprises de sa province.

On comprend qu’il faut qu’ils les réduisent [les subventions], cela ne peut pas être réduit à rien, parce que pour que certaines entreprises se rétablissent, cela va prendre encore du temps.

Une citation de :Pierre Gallant, porte-parole de la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard

Le nombre de personnes au travail dans la province a diminué de 3,2 %, en 2020, selon des données dévoilées par la ministre des Finances de l’île, Darlene Compton, mardi.

Avec les changements dans le programme fédéral d’aide salariale, Pierre Gallant craint que des entreprises ne soient toujours pas en mesure d’engager du personnel dans les mois à venir.

C’est quand même un avantage, d’avoir une subvention pour ramener les gens au travail, parce que cela nous encourage à les engager de nouveau, précise-t-il.

La ministre des Finances, Darlene Compton, fait l'annonce.

La ministre des Finances de l'île, Darlene Compton, a dévoilé des statistiques sur l'économie de la province mardi après-midi. (Archives)

Photo :  CBC / Wayne Thibodeau

Le porte-parole de la Chambre de commerce acadienne et francophone de l'île explique qu’une réduction des subventions salariales pourrait aussi générer des pertes pour l’économie en général.

Est-ce que le gouvernement veut qu’on ait des employés au chômage ou au travail ? Parce qu’il faut que les employés travaillent pour qu’ils dépensent de l’argent dans l’économie, explique-t-il.

Le produit intérieur brut (PIB) de l’île a chuté de 3 % en 2020, selon les données de Statistique Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !