•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille à Toronto rebâtit son bateau pirate après la plainte d'un voisin

Les quatre membres de la famille Konstantinidis posent devant leur bateau pirate.

John Konstantinidis en compagnie de sa femme Voula et de leurs enfants Michael (à gauche) et Steven

Photo : CBC/Taili Ricci

Radio-Canada

Un père qui voulait occuper ses enfants durant la pandémie en leur construisant un énorme bateau pirate avec piscine l'été dernier a dû le rebâtir pour respecter le règlement municipal.

John Konstantinidis avait passé deux mois à construire la structure de bois.

Toutefois, il l'avait fait sans obtenir au préalable un permis de la Ville.

À la suite de la plainte d'un voisin, un inspecteur municipal s'était rendu sur place et avait constaté entre autres que le bateau n'était pas assez éloigné de la clôture de la propriété voisine et que le bassin d'eau faisant partie de la structure n'était pas clôturé comme ce devrait être le cas pour une piscine.

Après plusieurs mois de tractations avec la Ville, M. Konstantinidis a finalement reconstruit le navire en un mois avec l'aide d'une compagnie spécialisée dans les structures de jeux, en y apportant des modifications pour se conformer au règlement municipal.

Le bateau pirate est maintenant scindé en trois parties.

John Konstantinidis a passé un mois à reconstruire le bateau.

Photo : CBC/Talia Ricci

Son fils de 8 ans, Steven, raconte qu'il a « très, très, très hâte » d'y jouer.

J'étais très triste et mon frère l'était encore plus que moi [quand la Ville voulait qu'on démolisse le bateau l'an dernier]. Mais je me suis dit : "Ça va, mon père va probablement en construire un autre".

Une citation de :Steven Konstantinidis, enfant de 8 ans

Le père de Scarborough a éloigné la structure de la clôture du voisin, l'a scindée en trois et a ajouté un cadenas et un couvercle pour le bassin, en plus d'une balustrade pour éviter les chutes.

Les règles sont les règles, note M. Konstantinidis.

Un inspecteur municipal est passé chez eux le 13 juillet dernier.

La Ville a donné son feu vert, expliquant que le père n'a plus besoin de permis étant donné que le navire a été divisé en sections de moins de 10 mètres. La demande de permis de construction qui avait été soumise par le propriétaire est en train d'être annulée, indique un porte-parole municipal.

Ses fils ont depuis pris goût à la menuiserie, raconte M. Konstantinidis. Peut-être qu'un jour, je bâtirai un gratte-ciel, dit Steven.

La détermination de leur père semble aussi avoir impressionné les deux garçons. Mon père est le meilleur papa au monde, lance Michael, 10 ans. J'aime vraiment ce qu'il a fait.

Avec des renseignements fournis par Talia Ricci de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !