•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un expert en maladies infectieuses du N.-B. défend l'interchangeabilité des vaccins

Des photos de fioles de vaccin juxtaposées.

Les vaccins de Pfizer-BioNTech (gauche) et de Moderna devraient offrir une protection contre le nouveau variant de la COVID-19, selon les experts.

Photo : offerte par Pfizer|Eduardo Munoz/Pool/Reuters

Radio-Canada

Depuis des semaines, les autorités de la santé publique des quatre provinces de l’Atlantique disent que plus la vaccination progresse, plus les restrictions sanitaires seront levées. Alors que l’interchangeabilité des vaccins est souhaitée des autorités sanitaires, certains citoyens demeurent hésitants devant cette option.

Malgré la méfiance publique, la médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell, a encore affirmé mardi qu’il n’y avait pas de problème à recevoir une dose de vaccin différente à la première.

Le pharmacien en maladies infectieuses du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont de Moncton, Daniel Landry, confirme qu’il n’y a rien à craindre, et que cette procédure est tout à fait banale. Ils ont le même mécanisme d’action tous les deux [les vaccins], explique-t-il.

Daniel Landry, pharmacien en maladies infectieuses du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont de Moncton.

Daniel Landry, pharmacien en maladies infectieuses du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont de Moncton.

Photo : Radio-Canada

Le Canada mise actuellement sur deux vaccins à ARNm en deuxième dose, Moderna et Pfizer.

Lorsqu’ils entrent dans l’organisme humain, ces deux vaccins y produisent une petite copie non vivante du virus qui cause la COVID-19. C’est la même copie non vivante que les deux vaccins vont faire, assure Daniel Landry.

Le pharmacien souligne qu’il existe de minimes différences entre les deux vaccins, notamment dans les ingrédients inactifs, mais que l’efficacité est équivalente.

C’est le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) qui a recommandé l’l’interchangeabilité des vaccins, et cette pratique est considérée comme étant sécuritaire et efficace.

La peur des effets secondaires

Si la question de l’interchangeabilité des vaccins cause parfois de l’inquiétude pour l’efficacité, certains citoyens s’inquiètent aussi des effets secondaires que la prise de deux vaccins différents pourrait causer.

Selon Daniel Landry, les effets secondaires ne sont pas plus marqués si les doses de vaccin sont de deux sources différentes, entre Moderna et Pfizer.

Par contre, si l’on a reçu le vaccin d’AstraZeneca pour la première dose et que la deuxième dose avait été Pfizer ou Moderna, là, on peut s’attendre à plus d’effets secondaires avec la deuxième dose, admet-il.

Une fiole contenant le vaccin d'AstraZeneca.

Une fiole contenant le vaccin d'AstraZeneca.

Photo : Associated Press / Christophe Ena

Il ajoute que généralement, les effets secondaires sont toujours un peu plus sévères lors de la deuxième dose, même sans interchangeabilité de vaccin.

La menace du variant Delta

Certaines personnes préfèrent repousser leur prise de rendez-vous afin de s’assurer d’avoir le même vaccin que lors de la première injection.

Daniel Landry invite les gens qui n’ont pas pris leur première ou leur deuxième dose à le faire rapidement. Ce dernier réitère que l’interchangeabilité des vaccins est sécuritaire et efficace.

On est en train de voir avec l’émergence du variant Delta que vraiment, le monde qui sont soit non vacciné ou partiellement vacciné sont à risque, lance-t-il.

Par exemple, 99 % des décès liés à la COVID-19 au mois de juin aux États-Unis étaient chez les personnes non vaccinées.

Une infirmière tient une trousse de test de dépistage.

Le variant Delta est très contagieux.

Photo : CBC / Ben Nelms

Avec le variant Delta, une seule dose de vaccin est environ 36 % efficace pour prévenir la COVID-19, et quand on donne une deuxième dose, ça va augmenter à 88 % et ça va aussi optimiser la protection contre les infections graves causant l’hospitalisation, relate Daniel Landry.

Pour toutes ces raison, le pharmacien presse la population à prendre rendez-vous pour leurs doses de vaccin contre la COVID-19.

Le réseau de santé Vitalité a également des capsules YouTube (Nouvelle fenêtre) pour donner de l'information supplémentaires sur les vaccins, aux citoyens encore craintifs.

Avec les informations de Marie-Hélène Lange

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !