•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immobilier : Royal LePage révise ses prévisions à la hausse pour le 4e trimestre

Pancarte indiquant qu'un immeuble a été vendu.

Le deuxième trimestre a connu des hausses de prix fulgurantes à travers le pays, avec de nombreux marchés connaissant une hausse du prix de l’agrégat de plus de 20 % (archives).

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Après un deuxième trimestre en surchauffe, Royal LePage révise à la hausse ses prévisions d’augmentation des prix pour le quatrième trimestre de 2021 dans les plus grands marchés immobiliers canadiens. Le Grand Montréal devrait connaître la plus forte hausse des prix parmi les régions étudiées.

L’entreprise immobilière prévoit que les prix des propriétés canadiennes augmenteront de 16 % au quatrième trimestre de 2021, en baisse par rapport à la croissance de 25,3 % d’une année à l’autre au deuxième trimestre.

Le prix de l’agrégat des propriétés canadiennes – une moyenne pondérée des prix médians de tous les types d’habitation analysés – atteint ainsi 727 000 $ au deuxième trimestre de 2021, selon une étude de Royale LePage (Nouvelle fenêtre) publiée mercredi.

La Synthèse nationale des prix des maisons de Royal LePage se penche sur l’évolution des prix des maisons unifamiliales détachées et des copropriétés dans 62 des plus grands marchés immobiliers au Canada.

Dans l’ensemble, ce sont 89 % des régions à l'étude qui ont enregistré des hausses de prix de l'agrégat à deux chiffres d'une année sur l'autre, principalement en raison des hausses dans le segment des propriétés unifamiliales détachées, note l’étude.

Cependant, le niveau de concurrence observé au cours des derniers mois est en perte de vitesse.

Qu’à cela ne tienne, les prévisions de la firme immobilière ont été révisées à la hausse d’un océan à l’autre pour le quatrième trimestre.

Le deuxième trimestre a connu des hausses de prix fulgurantes à travers le pays, avec de nombreux marchés connaissant une hausse du prix de l’agrégat de plus de 20 %. Certains marchés ontariens – comme Belleville/Trenton, Kingston, et Windsor-Essex – dépassant même les 40 % d’augmentation.

Dans la région du Grand Toronto, le prix de l’agrégat a augmenté de 18,2 % d’une année à l’autre pour s’établir à 1 035 000 $. Le Grand Vancouver a connu une hausse de 19,6 % d’une année à l’autre pour atteindre 1 202 500 $.

Dans le Grand Montréal, le prix de l’agrégat des propriétés atteint maintenant 514 000 $ après avoir augmenté de 21,7 % d’une année à l’autre au deuxième trimestre.

On vient de passer l’augmentation la plus importante du Grand Montréal et du Québec en termes d’augmentation du prix des propriétés année sur année, affirme Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage au Québec en entrevue à Tout un matin mercredi. Par contre, la bonne nouvelle, c’est que ça devrait s’estomper au cours des prochains trimestres.

On va commencer à avoir un peu plus d’inventaires sur le marché.

Le prix de l’agrégat devrait néanmoins demeurer en forte croissance dans la région selon Royal LePage, qui prévoit que le Grand Montréal connaîtra une hausse de 17,5 % au quatrième trimestre par rapport à l’an dernier. Il s’agit de la plus forte appréciation de toutes les régions étudiées au pays.

Il faut comprendre que c’est une conjoncture unique qu’on a vécue, soutient M. St-Pierre. À mesure que cette conjoncture va disparaître, on devrait retourner à des taux un peu plus normaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !