•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pascal Vincent revient sur « 10 années inoubliables » à Winnipeg

L'ancien entraîneur du Moose se joint à l'équipe des Blue Jackets de Columbus.

L'entraîneur-chef du Moose du Manitoba Pascal Vincent dirige un match de hockey.

L'entraîneur-chef du Moose du Manitoba Pascal Vincent, en 2017. (archives)

Photo : Manitoba Moose

Radio-Canada

Après 10 années « inoubliables », Pascal Vincent quitte Winnipeg. L’ancien entraîneur du Moose du Manitoba devient entraîneur adjoint des Blue Jackets de Columbus dans la Ligue nationale de hockey.

Pascal Vincent affirme qu’il n’oubliera jamais le jour où le premier entraîneur-chef des Jets de Winnipeg, Claude Noël, l’a appelé. Il mangeait un riz frit sur une terrasse à Montréal. Quelques semaines plus tard, il signait un contrat pour partir à la découverte de l’Ouest canadien.

Cette première saison, dit-il, a été extraordinaire.

Montréal, c’est une ville de hockey, c’est une ville qui est passionnée de son équipe, donc je connaissais un peu le marché canadien. Mais ce retour des Jets à Winnipeg [...] c’était incroyable la première année, j’en parle et j’ai des frissons encore de sentir cet engouement, déclare Pascal Vincent.

La meilleure façon de l’expliquer aux gens ou à ma famille au Québec, c’est : imaginez le Canadien en séries éliminatoires et ça a été comme ça pendant une année complète, ajoute-t-il.

Il tient à souligner l’accueil chaleureux qui lui a été offert par les Manitobains.

Pour nous, on s’en venait dans une province qu’on ne connaissait pas et la façon dont les gens nous ont accueillis, ça a été extraordinaire, poursuit-il.

Ses 10 ans passés au sein de l’équipe de hockey de la capitale manitobaine lui ont aussi beaucoup appris sur le plan professionnel.

Il note qu’une organisation comme celle des Jets lui a permis de voir l’importance du côté loisir du hockey pour les amateurs, et qu’il fallait leur permettre de prendre part aux victoires de l’équipe.

Comme entraîneur du Moose, le club-école des Jets dans la Ligue américaine de hockey, sa mission numéro un, rappelle-t-il, était d’assurer la progression des jeunes joueurs et l’identification des futurs joueurs des Jets de Winnipeg.

Les deux équipes maintiennent une connexion directe, que ce soit dans leur système de jeu, le langage ou encore le déroulement des entraînements, ajoute-t-il.

Il souhaite maintenant utiliser du mieux possible ce bagage à Columbus. Pascal Vincent dit être beaucoup mieux équipé pour la Ligue nationale de hockey qu’il ne l'était il y a 10 ans.

Avec les informations de Jérémy Laniel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !