•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les éliminatoires encore à la portée des Blue Jays

George Springer célèbre avec ses coéquipiers des Blue Jays, Bo Bichette, Vladimir Guerrero fils et Teoscar Hernandez.

Les Blue Jays sont l'une des équipes ayant inscrit le plus de points jusqu'à présent cette saison.

Photo : Associated Press / Joshua Bessex

ANALYSE - Les Blue Jays de Toronto devaient être « compétitifs » et « divertissants » cette saison, disait-on. L'équipe devait valider son arrivée parmi l'élite du baseball majeur en rivalisant pour une autre place en éliminatoires à la mi-saison. Eh bien, elle livre la marchandise, mais elle n'excède pas non plus les attentes.

À la pause du match des étoiles, la formation torontoise pointe au 3e rang du classement de la division Est de la Ligue américaine. Elle joue du coude avec les Yankees de New York et accuse quelques longueurs de retard sur les Rays de Tampa Bay et les Red Sox de Boston. Elle n'est pas dominante, mais elle est encore parmi les meilleures après environ 90 matchs.

On est pas mal là où on voulait être, dit Jasmin Roy.

La course [aux séries] va être serrée, mais on est dans la course. On est présent comme les Yankees. Je pense qu'on a vu des belles choses dans la première moitié de saison qui nous permettent d'espérer de meilleures choses pour la suite, poursuit ce recruteur des Blue Jays au Québec.

Les représentants de la Ville sont en fait meilleurs que leur classement le laisse entendre. Sur le plan offensif, ils se classent 5e à travers tout le baseball majeur pour le nombre de points marqués (444). Leur différentiel de points pour et contre (+72) leur conférerait également un meilleur dossier que celui qu'ils présentent, soit 45 victoires et 42 revers.

Vladimir Guerrero fils n'est d'ailleurs pas étranger à ces succès, lui qui connaît sa grande éclosion cette saison. Mardi, il faisait partie des quatre joueurs de Toronto récompensés pour leur brio par une présence au match des étoiles de la MLB à Denver.

Guerrero fils, Marcus Semien et Teoscar Hernández comptaient parmi les neuf partants de la Ligue américaine et Bo Bichette s'ajoutait au lot comme réserviste pour compléter la meilleure délégation torontoise au match des étoiles depuis 1994.

Non, la production offensive des Blue Jays ne pose donc pas problème. Les partants Hyun Jin Ryu et Robbie Ray sont aussi loin d'être gênants au monticule. Ray, en particulier, refait surface parmi les grosses pointures de la MLB. Il connaît sa meilleure saison depuis 2017. À l'époque, il était membre des Diamondbacks de l'Arizona et il avait participé au match des étoiles.

Steven Matz, Ross Stripling et la recrue Alek Manoah se débrouillent aussi plutôt bien. À qui donc la faute? À une relève étincelante au mois d'avril, mais qui a éprouvé énormément d'ennuis à compter de la fin mai.

Notre enclos de releveurs était très bon au début, mais des joueurs se sont blessés. Je n'ai pas besoin de mentionner de noms. On a perdu beaucoup de joueurs. À partir de là, l'enclos a connu des difficultés et c'est pour ça que notre fiche n'est pas aussi bonne qu'elle devrait l'être, a expliqué le gérant Charlie Montoyo lors de son bilan de mi-saison.

Du mouvement à prévoir

Ross Atkins, directeur général des Blue Jays de Toronto

Ross Atkins, directeur général des Blue Jays de Toronto

Photo : The Canadian Press / Chris Young

L'an dernier, les Blue Jays ont accédé aux séries grâce à une saison plus courte qu'à l'habitude (60 matchs) et à un format éliminatoire qui permettait à plus d'équipes d'accéder au bal automnal. Cette année, la direction torontoise sait que l'équipe devra corriger ses faiblesses pour entrer en séries.

Le directeur général Ross Atkins a révélé ses intentions à la fin juin. Sans surprise, il disait vouloir ajouter des lanceurs de qualité à l'enclos de releveurs, notamment. Et, il est déjà passé de la parole aux actes depuis. Il a fait l'acquisition du droitier Adam Cimber des Marlins de Miami le 29 juin, puis ajouté Trevor Richards en provenance des Brewers de Milwaukee le 6 juillet.

La date limite des échanges est prévue le 30 juillet et tout porte à croire qu'Atkins ajoutera d'autres lanceurs à son équipe d'ici là. Il ne serait pas surprenant de voir les Blue Jays ajouter un autre frappeur non plus pour pallier le départ de Rowdy Tellez, échangé en retour de Richards.

Quoi qu'il en soit, les Blue Jays sont dans le camp des acheteurs et n'entendent pas jeter la serviette alors qu'un possible retour à Toronto se profile à l'horizon.

L'équipe attend d'ailleurs une réponse du gouvernement fédéral d'ici la fin de la semaine dans ce dossier. Avec une fiche de 19 victoires et 20 revers lors de ses matchs locaux à Dunedin et Buffalo cette saison, il ne fait pas de doute que la formation torontoise pourrait bénéficier de matchs au Centre Rogers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !