•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Estrie n'échappe pas à la pénurie de peinture

Un peintre industriel en action avec son équipement.

Le secteur de la peinture est également touché de plein fouet par une pénurie.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Radio-Canada

Après la pénurie de bois d'œuvre, le monde est maintenant touché par une pénurie planétaire de peinture. L'Estrie n'échappe pas aux conséquences de celle-ci.

La demande pour les produits de peinture a explosé depuis le début de la pandémie, si bien que plusieurs types d'entre eux sont maintenant presque impossibles à trouver en magasin.

La peinture dans les tablettes, on n'a plus rien... déplore la directrice générale de Peinture déco M.B, Lyne Piché. Peintures, teintures, peintures à piscine, produits pour marquage de lignes, on n'est plus capable d'avoir ces produits présentement. Ma dernière commande, je vous dirais que sur 30 produits, il y en a 14 qui sont backordered, révèle-t-elle.

Les clients doivent donc s'armer de patience. La dirigeante de Peinture déco M.B déplore que différents types de travaux ne puissent être entrepris, faute de matériel.

Une pénurie mondiale

La pénurie est liée à une importante vague de froid survenue dans les sud des États-Unis en février. Une usine de fabrication de matières premières pour la peinture au Texas a alors perdu sa production, qui a gelé. L'impact de cette perte se fait maintenant sentir jusqu'ici.

Les entrepreneurs-peintres doivent faire preuve d'imagination devant ce fardeau. J'ai perdu mon mat à plafond, j'ai changé pour un autre fournisseur, puis mon fournisseur de peinture à mur, bien malheureusement il risque d'être obligé de reformuler le produit. J'ai mis 50 20-litres de côté pour être certain de pouvoir faire les retouches pour mes clientèles , explique le peintre de Pro expert Yan Éthier.

Un homme se tient au milieu de son équipement pour peindre.

Le peintre Yan Éthier estime faire face à des hausses des prix de 8 à 10 % cette année pour son matériel.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Maya Couture, la directrice générale de Décoration King, indique ne pas avoir manqué de peinture pour les particuliers, même si son achalandage a augmenté de 25 % dans la dernière année. Par contre, le défi demeure entier pour les entrepreneures qu'elle sert. Une chance que j'ai deux compagnies [de peinture], parce qu'il y a des produits d'une compagnie que je n'ai pas depuis plusieurs semaines, voire des mois, révèle-t-elle.

La Ville de Sherbrooke ne fait pas exception. Elle a manqué de peinture pour le marquage au sol. On a vécu, il y a de cela un mois déjà, un problème d'approvisionnement en peinture. Le fournisseur, qui a eu le mandat pour les deux prochaines années, était dans l'incapacité de nous fournir la peinture requise, rapporte la directrice au service des infrastructures urbaines Caroline Gravel.

La Ville fait aussi les frais d'une pénurie de poudre de béton et de conduits de PVC. Un chantier sera retardé de deux mois pour cette raison cet été.

D'après le reportage de Philippe Grenier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !