•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme de Saskatoon victime d'une lésion cérébrale après une altercation policière

Selon le fils de la victime, Raymond Montgrand avait un œil au beurre noir et des contusions des deux côtés de la tête.

Montage d'images montrant un homme en santé à l'extérieur et le même homme blessé sur un lit d'hôpital.

Selon Ryan Ratt, outre deux marques de pistolet à impulsion électrique sur sa poitrine, Raymond Montgrand avait un œil au beurre noir et des contusions des deux côtés de la tête.

Photo : Fournie par Ryan Ratt

Radio-Canada

Un quinquagénaire est hospitalisé aux soins intensifs depuis trois semaines à l’hôpital royal universitaire de Saskatoon à la suite d’une altercation policière survenue le 23 juin.

Raymond Montgrand, 51 ans, a reçu une décharge d’un pistolet à impulsion électrique.

Membre de la Nation dénée de Clearwater River, il souffre d'une lésion cérébrale qui a nécessité l'ablation d'une partie de son crâne, selon le fils de la victime, Ryan Ratt.

Il ne peut pas encore utiliser pleinement ses bras ou ses jambes et pourrait ne plus jamais pouvoir bouger son bras droit. Il peut bouger ses doigts et ses orteils et hocher la tête. C'est difficile de le voir comme ça, a-t-il déclaré.

Selon le fils de la victime, outre deux marques de pistolet à impulsion électrique sur sa poitrine, Raymond Montgrand avait un œil au beurre noir et des contusions des deux côtés de la tête après la confrontation.

Un homme pas parfait

Ryan Ratt affirme que son père n'est pas un homme parfait et qu'il a un casier judiciaire.

Selon le Service de police de Saskatoon, Raymond Montgrand a fait l'objet de mandats d'arrêt pour agression armée et entrée par effraction.

« Je pense que personne ne mérite de vivre ce qu'il vit. »

— Une citation de  Ryan Ratt, fils de Raymond Montgrand

Ryan Ratt souhaite mettre la main sur des vidéos de témoins qui auraient vu l’altercation.

Je veux voir des preuves concrètes. Je veux voir une vidéo. Ses blessures ne concordent pas avec le fait de tomber et de se frapper la tête d'un côté, soutient-il.

Enquête en cours de la police de Regina

Le Service de police de Saskatoon a diffusé une déclaration au lendemain de l’incident. Selon cette déclaration, le 23 juin, des agents étaient à la recherche d’un homme qui se déplaçait à vélo en vertu de mandats d’arrêt.

Le communiqué de la police indique que les agents ont repéré Raymond Montgrand, qui, selon eux, correspondait à la description qui leur avait été faite. Or, Raymond Montgrand n'était pas la personne qu'ils recherchaient, même s'il faisait lui aussi l'objet de mandats.

L'homme a refusé de s'arrêter et a continué à rouler sur son vélo avant de l'abandonner sur l'avenue A. Il s'est ensuite enfui à pied dans un restaurant où un agent l'a confronté dans la cuisine. L'homme a déclaré être en possession d'une arme à feu, peut-on lire dans le communiqué.

Le copropriétaire du Picaro and Cohen's Beer Republic a confirmé que l'incident s’est déroulé à cet endroit.

Le communiqué de la police ne précise pas si les agents ont trouvé une arme à feu ou tout autre type d'arme sur la victime.

Relancée lundi, la police de Saskatoon a refusé de commenter davantage, parce qu’une enquête est en cours par le Service de police de Regina.

Problèmes de confiance

En vertu des modifications récentes apportées à la Loi sur la police de la Saskatchewan, l’un des deux observateurs de l’enquête de la police de Regina doit être autochtone, compte tenu des origines de la victime.

Selon M. Ratt, l'incident soulève les problèmes de confiance entre les Autochtones et la police.

Cette confiance n'a jamais existé. Je ne sais pas si elle le sera un jour, surtout si des choses comme ça continuent à se produire, a soulevé Ryan Ratt.

Avec les informations de Guy Quenneville

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !