•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Envoyé spécial

Assassinat du président Jovenel Moïse : à la recherche des auteurs

Le commissaire du gouvernement haïtien, Bed-Ford Claude, est chargé de trouver les donneurs d’ordre de l’assassinat du président Jovenel Moïse.

Bed-Ford Claude

Le commissaire du gouvernement Bed-Ford Claude

Photo : Radio-Canada

On ne sait toujours pas qui a tué physiquement le président haïtien. C’est le rôle des policiers haïtiens de le trouver. Ils seront assistés par des spécialistes colombiens et surtout américains, qui contribueront à donner de la crédibilité à l’enquête. L’autre volet de ce dossier est judiciaire et il est 100 % haïtien. Saurons-nous un jour la vérité?

C’est le commissaire du gouvernement, Bed-Ford Claude, qui aura cette tâche. Substitut du commissaire précédent, il a été nommé en février 2021 par le ministre de la Justice du président Jovenel Moïse.

Fonction hybride héritée du droit français, modèle du système haïtien de justice, le commissaire n'est pas un magistrat, mais un avocat public ou général. Le juge décide au nom de la République en tant que dépositaire de la souveraineté nationale. Le juge est neutre et indépendant. C'est la neutralité du juge qui garantit l'équité du procès.

Dans le système haïtien, le commissaire est partie au procès. Il décide sur le litige soumis à son appréciation, selon le droit, l'équité et son intime conviction, explique le journal haïtien Le Nouvelliste. C’est lui qui va tenter de trouver les auteurs intellectuels de l’assassinat. Sa fonction revêt donc une grande importance.

Pour commencer, il a envoyé des invitations, et non des convocations, à des acteurs de la vie politique haïtienne qui auraient des informations au sujet de l’assassinat du président Jovenel Moïse.

Convocation manuscrite

La convocation envoyée par le commissaire du gouvernement

Photo : Radio-Canada

Ses premiers invités, par des lettres manuscrites, sont deux parlementaires, Steven Benoit et Youri Latortue, suivis de deux puissants hommes d’affaires, Reginald Boulos et Dimitri Vorbe. Ce sont des opposants virulents du président Moïse, qui avaient des raisons de le détester.

Ce mardi, le commissaire entendra les responsables de la sécurité du président qui étaient remarquablement absents lors de l’assaut du commando au cours duquel le président a été assassiné.

La vraie vérité jusqu’au bout?

Le magistrat qui chapeaute toute l’enquête, le doyen du Tribunal de première instance de Port-au-Prince, Bernard Saint-Vil, garantit qu’il ira jusqu’au bout pour établir la vérité.

C’est l’occasion pour nous de prouver que notre système judiciaire est à même de mener de grandes enquêtes , a-t-il affirmé à Radio-Canada.

C’est l’occasion pour nous de prouver par un procès public que la justice haïtienne est capable d’arrêter et de juger tous ceux qui commettent des infractions sur le territoire haïtien.

Une citation de :Bernard Saint-Vil, magistrat qui chapeaute l'enquête

Haïti cherche des réponses

Des collègues journalistes haïtiens et des chroniqueurs judiciaires ont toutefois des doutes.

Parfois, le parquet libère quelqu’un, le substitut est monnayé, et même le commissaire du gouvernement ne le sait pas, même le doyen ne le sait pas. Donc, ici, même la personne qui a assassiné le président, s’il est puissant, et qu’il a de l’argent, il peut être libéré, oui, assure Jean-Chrisnol Prophète, de la radio Vision 2000.

Corruption et impunité gangrènent le système judiciaire haïtien. Sa gestion du magnicide le remettra-t-il dans le droit chemin?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !