•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pensionnats pour Autochtones : 160 nouvelles tombes anonymes trouvées en C.-B.

Une île dans le détroit de Georgia.

La Nation Penelakut est divisée en quatre communautés sur une superficie de plus de 635,7 hectares.

Photo : Nation Penelakut

Radio-Canada

La Première Nation Penelakut affirme avoir trouvé plus de 160 tombes non identifiées et non documentées proche de l’ancien pensionnat pour Autochtones de l'île Kuper située à une quarantaine de kilomètres de Nanaimo en Colombie-Britannique.

Dans une infolettre envoyée à la communauté le 8 juillet, la Première Nation se dit profondément endeuillée par ce rappel d'enfants qui ne sont jamais revenus dans leur famille.

Nous savons que nous avons de nombreux frères et sœurs issues de nos communautés voisines qui ont été envoyés au pensionnat pour Autochtones de l'île Kuper, écrivent les représentants de la Première Nation Penelakut. Il est impossible de se remettre à la suite d'actes génocidaires et de violation des droits de la personne. La guérison est un processus continu, parfois ce processus se déroule bien, et parfois nous perdons d'autres personnes, car le fardeau est trop grand.

Une fois de plus, nous nous heurtons aux traumatismes de ces actes génocidaires, ajoutent les représentants de la Première Nation Penelakut. Chaque fois, cela nous permet de guérir un peu.

Le courage n'est pas l'absence de peur, mais l'action malgré la peur.

Une citation de :Joan Brown, chef, Première Nation Penelakut
Un document de présentation avec des images du pensionnat et des pensionnaires.

Présentation de l'ancien pensionnat de Kuper Island par la Commission de vérité et réconciliation (CVR).

Photo : Commission de vérité et réconciliation (CVR)

Hommage et recueillement

La Nation Penelakut organise, le 2 août prochain, une marche à Chemainus, sur l’île de Vancouver.

Elle invite aussi ses membres et la population à participer à plusieurs cérémonies d’hommage, le 28 juillet et le 4 août. Les personnes non autochtones sont aussi les bienvenues pour connaître nos vérités, précise la Nation. Le deuil ne peut pas se faire en un jour. Il y a tant de vérités à dire et à entendre.

Aide et soutien

  • Une ligne téléphonique bilingue d'aide aux anciens des pensionnats autochtones et aux personnes touchées par les pensionnats offre du soutien psychologique et fournit des références pour l'obtention d'aide. Elle est disponible 24 heures sur 24, au 1 866 925-4419.
  • La Ligne d'écoute d'espoir pour le mieux-être (nouvelle fenêtre) (Nouvelle fenêtre) apporte une aide immédiate à tous les membres des peuples autochtones, avec des conseillers sensibilisés aux réalités culturelles, par téléphone (1 855 242-3310) ou par clavardage. De l'aide est également disponible sur demande en cri, en ojibwé ou en inuktitut.
  • La Colombie-Britannique propose également deux services de soutien, en anglais. La ligne téléphonique KUU-US est offerte aux membres des Premières Nations, en tout temps, par téléphone, au 1 800 588-8717, ou sur le web, au kuu-uscrisisline.com (nouvelle fenêtre) (Nouvelle fenêtre). L'Indian Residential School Survivors Society, en Colombie-Britannique, offre également une ligne de crise, au 1 866 925-4419.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !