•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bisbille autour d'un projet immobilier à Bonsecours

Des personnes sont dans un lac sur des embarcations de différents types : planche à pagaie, canot et tube.

Le secteur du lac Stukely dans le parc national du Mont-Orford.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les échanges sont vifs dans la municipalité de Bonsecours au sujet du projet du Domaine Stukely, qui prévoit aménager plusieurs terrains aux abords du lac Stukely.

Depuis plusieurs mois, des citoyens s’inquiètent de ce projet qui promet 110 nouveaux terrains dans un milieu naturel, aux limites du parc national du Mont-Orford.

En réaction à cette levée de boucliers, le conseil municipal de Bonsecours a amorcé un processus de modification réglementaire pour réduire les possibilités de développement immobilier dans le secteur.

L'objectif est d'augmenter drastiquement la superficie minimale de terrain à 40 000 mètres carrés, pour limiter le nombre de constructions.

Nouveau vent d'opposition

Des citoyens s’opposent maintenant à ce projet de règlement de la municipalité, qui vise à mieux protéger l’environnement.

Ces changements auraient des impacts non seulement sur le projet du Domaine Stukely, mais aussi sur les autres propriétaires, ce qui suscite certaines réactions.

Un homme est dehors et se trouve devant un microphone de Radio-Canada. Il s'agit de Bastien Lefebvre.

Le conseiller municipal Bastien Lefebvre

Photo : Radio-Canada

Le conseiller municipal Bastien Lefebvre juge déraisonnables les nouvelles contraintes. Il s’inscrit en opposition à certains de ses collègues.

« 40 000, c'est énorme comme superficie de lotissement. Ce sont des prix de terrains qui ne seront peut-être pas accessibles. »

— Une citation de  Bastien Lefebvre, conseiller municipal à Bonsecours

Joannie Bouthillette, membre d’un collectif de citoyens opposé aux projets du Domaine Stukely, applaudit quant à elle la démarche du conseil. Plus la superficie est grande, moins l'impact sur le territoire va être grand. La prospérité de notre municipalité, c'est faux de penser qu'elle passe strictement par un projet de développement immobilier de ce type-là, dit-elle.

Un quai dans un lac.

Des embarcations au lac Stukely

Photo : Radio-Canada

Mme Bouthillette croit qu’il est légitime de faire des changements réglementaires applicables dans tout le secteur, et non pas uniquement au projet du Domaine Stukely.

Un projet à revoir

Si le projet du Domaine Stukely va de l’avant, il sera tout autre en raison des nouvelles contraintes occasionnées par les modifications réglementaires du conseil municipal.

Annie Lemieux, la présidente de l’entreprise LSR GesDev, qui est derrière le projet, croit que c'est un pensez-y-bien. C'est sûr que ce sont des contraintes qui sont extrêmement significatives parce que les coûts fixes sont les mêmes, mais l'accessibilité devient compromise avec des prix d'entrée de gamme excessivement élevés, affirme Mme Lemieux.

Les promoteurs n’ont pas fait mention d’une potentielle poursuite contre la municipalité. Ils sont toujours persuadés que leur projet pourrait être bénéfique pour la municipalité de Bonsecours.

Si les élus ne font pas marche arrière, le conseiller Bastien Lefebvre se dit prêt à se mobiliser pour empêcher les changements par référendum.

D'après les informations de Thomas Deshaies.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !