•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le marché immobilier ralentit dans la grande région de Québec

Une affiche d'agent immobilier qui indique la vente d'une maison à Québec

Moins de maisons ont été vendues en juin 2021.

Photo : Radio-Canada

Les prix sont toujours élevés, mais l’activité immobilière semble ralentir dans les régions de Québec et de Lévis. Pour la première fois depuis plus d’un an, la grande région de Québec connaît une baisse marquée des ventes de propriétés unifamiliales.

Selon l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), 738 propriétés, toutes catégories confondues, ont été vendues en juin dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec. Ce qui représente une baisse de 20 % comparativement à la même période en 2020.

La Rive-Sud est le secteur ayant enregistré la moins forte baisse avec 129 transactions, soit une diminution de 16 % par rapport à juin 2020.

Les ventes ont chuté de façon plus importante dans la périphérie nord de Québec, avec un fléchissement de 32 %.

Prix toujours élevés

Le ralentissement de l’activité du marché ne signifie toutefois pas une baisse des prix.

Le directeur du Service de l’analyse du marché pour l’association, Charles Brant, explique que l’inventaire des propriétés en vente a été réduit de moitié. Le marché continue donc d’être plus avantageux pour les vendeurs. [C’est] le déséquilibre entre l'offre et la demande. Il y a beaucoup de ventes et peu d'offres de propriétés sur le marché.

Selon l’économiste, il y a donc fort à parier que la surenchère des offres d’achat se poursuivra encore un moment. D’ailleurs, le prix des maisons unifamiliales a fait un bond de 14 % entre juin 2020 et juin 2021.

Malgré tout, la région reste une de celles où la hausse des prix a été la moins élevée dans la dernière année.

Photo de Charles Brant dans la rue.

Charles Brant est directeur du Service de l’analyse du marché de l'Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).

Photo : Radio-Canada

Marché de la copropriété

À Lévis, le groupe CSB a présenté lundi matin les plans d’un nouveau complexe de 72 copropriété locatives qui seront construites dans le lotissement Roc-Pointe de Saint-Nicolas, avec une vue sur le fleuve. Les premiers locataires devraient emménager dans le bâtiment dès l’été 2022.

Le groupe avait, il y a quelques années, comme projet d’y construire des maisons et des immeubles en copropriété destinés à la vente. Toutefois, le président du groupe, Stephen Boutin, estime que le marché de la copropriété a évolué et est moins séduisant, tant pour les promoteurs que pour les acheteurs. Je vous dirais que, sur le marché, avec ce qui est disponible aujourd'hui, on en a amplement [des copropriétés], ajoute-t-il.

Des personnes posent autour d'une image du futur complexe immobilier.

Les premiers locataires du projet immobilier du groupe CSB à Lévis devraient emménager à l'été 2022.

Photo : Radio-Canada

Mais Charles Brant, lui, croit que l’achat de copropriétés restera toujours une option intéressante pour ceux qui désirent devenir propriétaires à des coûts plus abordables.

Avec la collaboration de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !