•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un détective privé embauché pour surveiller un juge en chef du Manitoba

Les Églises contestent la légalité des mesures sanitaires et ce juge préside le procès.

L'affiche du palais de justice de Winnipeg.

Sept Églises sont représentées par le Centre juridique pour les libertés constitutionnelles, établi en Alberta, dans une plainte contre les restrictions sanitaires.

Photo : Radio-Canada / Stephen Jaison Empson

Radio-Canada

Le juge en chef de la Cour du Banc de la Reine du Manitoba, Glenn Joyal, a affirmé avoir été suivi par un détective privé qui tentait de le surprendre à ne pas respecter les règles sanitaires relatives à la COVID-19 actuellement en vigueur.

Glenn Joyal a mentionné avoir été suivi lors d’une audience de la cour, lundi.

Dans une déclaration commune, l’Association du Barreau canadien et l’Association du Barreau du Manitoba ont dénoncé sans réserve le recours à un enquêteur privé contre le juge en chef de la Cour du Banc de la Reine du Manitoba.

Précisions :

Radio-Canada a corrigé le titre de ce texte qui lors de sa parution indiquait par erreur que des Églises ont embauché le détective privé. Radio-Canada a aussi complété les informations selon lesquelles le président et avocat du Centre juridique pour les libertés constitutionnelles a de son propre chef décidé de retenir les services d’un détective privé.

Glenn Joyal préside à l’heure actuelle un procès intenté par sept Églises manitobaines qui contestent les restrictions sanitaires en place.

Lundi, il a affirmé, dans un premier temps, qu’il ne savait pas qui avait engagé le détective.

L’avocat du Centre juridique pour les libertés constitutionnelles s’excuse

Néanmoins, un peu plus tard, l’organisation représentant les sept institutions religieuses, le Centre juridique pour les libertés constitutionnelles, s’est excusée pour avoir recruté un détective privé dans le but de suivre le juge.

John Carpay, qui est le président du Centre juridique pour les libertés constitutionnelles et qui est aussi un des avocats représentant les sept Églises, a déclaré que son organisation avait engagé le détective afin de surveiller le juge qui préside le procès intenté par son organisation.

Lundi, il a déclaré au tribunal que le Centre juridique pour les libertés constitutionnelles avait embauché des enquêteurs privés pour suivre un certain nombre de personnalités publiques partout au pays afin de les attraper en cas d'infraction aux règlements de santé publique.

John Carpay a par la suite reconnu qu’il s’agissait d’une erreur de jugement de sa part. Il a aussi précisé, dans un communiqué, que le recrutement de détectives privés avait été fait de sa propre initiative et qu’il n’en avait pas discuté avec les clients du Centre juridique pour les libertés constitutionnelles, les autres avocats du Centre ou les membres du conseil d’administration. Il a affirmé que son intention n’était pas d’influencer la décision du juge Joyal.

Glenn Joyal.

Glenn Joyal est le juge en chef de la Cour du Banc de la Reine du Manitoba.

Photo : Radio-Canada

Glenn Joyal a précisé avoir pris conscience qu’il était observé le 8 juillet. Un véhicule l’a, en effet, suivi après qu’il a quitté le tribunal, situé au cœur de Winnipeg, et conduit dans la ville.

Le détective l’a suivi jusque chez lui et a fait appel à un jeune garçon pour sonner chez lui afin de confirmer son adresse.

Une menace à l’intégrité

Pour l’Association du Barreau canadien et l’Association du Barreau du Manitoba, le recours à un enquêteur privé, tel que décrit par le juge en chef Joyal, menace l’intégrité des procédures judiciaires, déconsidère l’administration de la justice et constitue une atteinte à son droit à la vie privée, indiquent-elles dans une déclaration commune.

Il soulève en outre de graves problèmes de sécurité pour la magistrature, les auxiliaires de justice et le personnel judiciaire, ajoutent les associations. C’est particulièrement inquiétant que l’emplacement de la résidence et du chalet du juge en chef Joyal soit connu.

Les associations ajoutent que ce type de comportement à l’encontre d’un juge n’a en aucun moment sa place dans le déroulement d’un procès.

La juge en chef de la Cour provinciale, Margaret Wiebe, indique pour sa part dans une déclaration qu’elle partage les préoccupations de Glenn Joyal.

Le fait que n’importe quelle partie dans une procédure embauche un détective privé pour suivre un juge en chef, ou n’importe quel juge, dans le but d’obtenir de l’information pour les mettre dans l’embarras où les intimider de n’importe quelle manière, est choquant et constitue un affront à nos principes démocratiques et à l’administration de la justice, dit-elle.

Le ministre de la Justice du Manitoba, Cameron Friesen, a aussi fait valoir ses préoccupations.

Notre gouvernement croit que personne ne devrait être dans une situation où il ne se sent pas en sécurité en faisant son travail, dit-il.

Des situations similaires ont récemment été portées à la connaissance du premier ministre. Puisque ces affaires font actuellement l’objet d’enquêtes, je ne peux pas fournir davantage de commentaires, poursuit le ministre Friesen.

Lundi, lors d’une conférence de presse portant sur la COVID-19, le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin a déclaré qu’il ne savait pas s’il avait été épié par un détective privé, mais sa famille et lui, a-t-il ajouté, ont été la cible de nombreuses menaces pendant la pandémie.

Le Dr Roussin dit qu’il a même dû signaler à la police des activités suspectes autour de sa maison.

On peut comprendre que cette pandémie a beaucoup nui aux Manitobains. Mais je crois qu’aucun d’entre nous ne peut penser que des menaces contre une personne ou sa famille soient acceptables, ajoute Brent Roussin.

Des actions qui compromettent l’indépendance judiciaire

Le professeur agrégé de la faculté de droit de l’Université du Manitoba, Gerald Heckman, croit que les actes présumés du Centre juridique pour les libertés constitutionnelles compromettent l’indépendance judiciaire.

Tel que la Cour Suprême le soutient, personne de l'extérieur — que ce soit un gouvernement, un groupe de pression, un particulier ou même un autre juge — ne doit intervenir en fait, ou tenter d'intervenir, dans la façon dont un juge mène l'affaire et rend sa décision, souligne le professeur.

Il ajoute que les juges ont une responsabilité publique dans l'administration de la justice, notamment à travers les raisons qu’ils fournissent pour leurs décisions, et qu’ils ne devraient pas être soumis à des actions qui pourraient être perçues comme de l’intimidation.

Gerald Heckman note que les actions présumées dans cette affaire soulèvent des questions d’éthique professionnelle en ce qui concerne le comportement de l’avocat des sept Églises.

Le code de conduite de l’Association du Barreau du Manitoba affirme qu’un avocat ne peut pas tenter d’influencer la décision d’un tribunal ou des magistrats sauf par des moyens de persuasion ouverts à titre d'avocat.

Une enquête complète et impartiale de toutes les autorités compétentes est nécessaire pour déterminer si des lois ou des obligations professionnelles ont été enfreintes, conclut-il.

La police de Winnipeg a été prévenue et une enquête est ouverte.

De son côté, Glenn Joyal a assuré que cet événement n'aura pas d’influence sur sa décision dans le procès qu’il préside, mais qu’il était impensable de ne pas le mentionner pendant l'audience à cause des implications potentielles liées à l’administration de la justice.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !