•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa va donner davantage de vaccins contre la COVID-19 aux pays les plus pauvres

Ottawa annonce aussi qu’il va égaler la somme que des citoyens verseront à UNICEF Canada pour financer la vaccination contre la COVID-19 dans des pays pauvres, jusqu’à concurrence de 10 M$.

Une cargaison est déchargée d'un avion sur un tarmac.

Grâce au mécanisme COVAX, l'Ouganda a reçu une première livraison de vaccins d'AstraZeneca au début du mois de mars.

Photo : afp via getty images / Tina Smole

Radio-Canada

Ottawa va donner davantage de vaccins contre la COVID-19 aux pays les plus pauvres de la planète qu’il ne l’avait annoncé le mois dernier à l’occasion du Sommet du G7.

Quelque 17,7 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca supplémentaires seront distribuées à ces pays, où les taux de vaccination sont actuellement très faibles, a annoncé lundi le gouvernement Trudeau.

Il s'agit du restant des 20 millions de doses que le Canada avait commandé directement à AstraZeneca, a précisé en conférence de presse la ministre fédérale des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand.

Ces doses seront redistribuées par l'entremise du Mécanisme d’accès mondial au vaccin contre la COVID-19 (COVAX), mis en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) afin d'assurer une distribution équitable des vaccins contre la COVID-19 partout sur la planète.

Les vaccins, produits aux États-Unis, devraient être concrètement distribués aux pays pauvres au cours des prochaines semaines, une fois que des questions de logistique auront été réglées, a indiqué Mme Anand.

Selon la ministre, la décision de donner ces doses a été prise après que le gouvernement fédéral eut récemment consulté les gouvernements provinciaux.

Avec près de 55 millions de vaccins déjà au Canada, et les demandes des provinces et des territoires pour ce vaccin satisfaites, nous sommes maintenant en mesure de donner les doses de vaccin excédentaires.

Une citation de :Anita Anand, ministre fédérale des Services publics et de l’Approvisionnement
L'initiative internationale COVAX vise à fournir des vaccins à certains pays qui y ont peu accès.

Le Canada donnera 17,7 millions de doses supplémentaires

Photo : afp via getty images / NIPAH DENNIS

Les doses du vaccin d'AstraZeneca sont devenues quasiment inutiles au pays depuis que le Comité consultatif national de l'immunisation ne recommande plus son utilisation pour des deuxièmes doses, sauf exception.

Selon la ministre du Développement international, Karina Gould, cela ne veut pas dire pour autant que le Canada se débarrasse de ces vaccins dans des pays plus vulnérables.

Le vaccin d'AstraZeneca a été approuvé par Santé Canada et l'OMS, et il demeure en grande demande ailleurs dans le monde, a-t-elle plaidé.

Lors du sommet du G7, en juin, les grands pays industrialisés se sont engagés à donner 2 milliards de doses de vaccins contre la COVID-19 à des pays pauvres, et la part du Canada avait été établie à 100 millions de doses.

Ottawa avait alors précisé que sa contribution à l’Accélérateur ACT, financé et géré par des organisations internationales, avait permis de financer 87 millions de doses, et que 13 millions de doses attendues par l’entremise de COVAX seraient remises aux pays pauvres.

Le don de 17,7 millions de doses annoncé aujourd'hui s'ajoute à ces quantités.

Ottawa a aussi annoncé lundi qu’il va égaler la somme que des citoyens verseront à UNICEF Canada pour financer la vaccination contre la COVID-19 dans des pays pauvres, jusqu’à concurrence de 10 millions de dollars.

Si la campagne, qui s'étirera jusqu'au 6 septembre, parvenait à récolter 10 millions de dollars de la part de la population, et 10 millions supplémentaires d’Ottawa, quatre millions de personnes supplémentaires pourraient être vaccinées, argue le gouvernement fédéral.

Ces fonds permettraient à UNICEF de couvrir le coût par personne du transport des vaccins vers les pays de destination, de maintenir la viabilité des vaccins en assurant leur réfrigération adéquate pendant le voyage, et de former les travailleurs de la santé à l’administration efficace des vaccins et à l’élimination sécuritaire des aiguilles et des déchets, indique un communiqué d’Affaires mondiales Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !