•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau programme de formation professionnelle pour les Innus en Basse-Côte-Nord

Un camion et une pelle mécanique sur une montagne de terre.

Le programme de formation va permettre d'accentuer la participation des communautés innues dans les travaux de prolongement de la route 138, selon Québec (archives).

Photo : Englobe

Félix Lebel

Il sera possible d’apprendre les rouages de la conduite d’engins de chantier au village d’Unamen Shipu (La Romaine) dès l’automne.

Une cohorte de 24 étudiants innus de Pakua Shipu et d'Unamen Shipu vont pouvoir profiter de ce nouveau programme d’études lors de la prochaine rentrée scolaire.

Québec crée cette nouvelle offre de formation afin de répondre aux besoins en main-d'œuvre liés aux travaux de prolongement de la route 138 et espère ainsi recruter davantage de travailleurs autochtones.

C’est le Centre de services scolaire des Trois-Lacs et le Centre régional d'éducation pour adultes (CRÉA) de Uashat mak Mani-utenam qui coordonneront la formation des étudiants.

Le gouvernement du Québec offrira quant à lui une aide financière pour la réalisation de ce projet, en puisant à même les fonds du Plan d’action nordique 2020-2023.

Les étudiants devraient donc pouvoir prendre part aux travaux de prolongement de la route 138, dont deux tronçons totalisant environ 80 km devraient être construits d’ici 2025.

Le ministère des Transports lancera les travaux préparatoires au prolongement de la route 138 à l'été 2021.

Les deux futurs tronçons vont relier Kegaska à Unamen Shipu et Tête-à-la-Baleine à La Tabatière (archives).

Photo : Crédit: Ministère des Transports du Québec

Se former sans déménager

Le chef d’Unamen Shipu, Brian Mark, se réjouit de la création de ce nouveau programme de formation, qui va permettre aux hommes et femmes innus de la Basse-Côte-Nord de rester sur le territoire et d'y travailler.

Le manque d'offre de formation dans la région oblige souvent les étudiants à quitter la région et leur famille.

Avec ce programme de formation sur place, sur lequel nous travaillons depuis déjà quelques années, l’apprentissage se fera chez nous, évitant aux jeunes d’avoir à s’isoler à l’extérieur pour apprendre un métier.

Une citation de :Brian Mark, chef d'Unamen Shipu

C’est de cette manière, en accompagnant nos jeunes, que nous pourrons véritablement tirer profit du développement économique de notre région, explique Brian Mark par voie de communiqué.

Même son de cloche plus à l’est en Basse-Côte-Nord, dans la communauté de Pakua Shipu. Malgré le fait que la formation se déroule au village de La Romaine, les étudiants vont pouvoir rester dans la région, ce qui réjouit les représentants de la communauté innue.

On s’est donné des moyens et des conditions gagnantes pour s’assurer que nos jeunes réussissent, en leur donnant de la formation directement dans la communauté. Ils seront moins confrontés à différentes problématiques associées à la formation dans les grands centres, explique le directeur général par intérim de la communauté de Pakua Shipu, Gervais Malleck.

Pakua Shipi.

Pakua Shipu est l'une des deux communautés innues présentes en Basse-Côte-Nord (archives).

Photo : Radio-Canada

Le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, estime que ce programme va répondre aux attentes des communautés autochtones.

C’est une demande des communautés, donc on les soutient dans leur volonté. C’est une formation qui est importante, qui va être décentralisée. Ça va être accessible à des familles qui n’auront pas besoin de se rendre plus au sud, à Montréal ou ailleurs, pour avoir de la formation, a soutenu le ministre Lafrenière en entrevue à l’émission Bonjour la Côte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !