•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les gardiens d’un casse-tête international de 20 000 morceaux cherchent de la relève

Deux mains en train de faire un casse-tête, sur une table basse de salon.

Des personnes de partout dans le monde ont envoyé des morceaux de casse-tête pour le projet de Mme MacLean.

Photo : Radio-Canada / Julie Landry

Radio-Canada

Plus de 20 ans après avoir tenté de créer le plus grand casse-tête du monde, une femme de Callander, dans le Nord de l’Ontario, pourrait céder les 20 000 morceaux de son projet en raison de son déménagement.

En 1999, Janice MacLean s’est lancée dans le projet de créer le plus grand casse-tête du monde.

Pour y arriver, son mari et elle ont lancé un site Internet, le World Peace Puzzle, qui permettait à n’importe qui dans le monde d’imprimer un morceau vierge, de le décorer et de l’envoyer par la poste au couple pour qu’il fasse partie du projet.

Plus de deux décennies plus tard, après avoir rassemblé 20 000 morceaux provenant du monde entier, elle a un problème : que faire de ces pièces?

Un véritable casse-tête

Le projet de Mme MacLean a d’abord reçu des morceaux de la part de Canadiens, puis elle a commencé à recevoir des pièces d'Indonésie, d'Australie, des Émirats arabes unis et du Japon.

Ceux du Japon étaient si beaux, ils étaient en origami, dit-elle.

Je ne connaissais pas le pouvoir d'Internet, je pensais que ça allait juste aux Canadiens, explique-t-elle.

Elle affirme qu'environ 80 % des pièces de casse-tête ont été soumises par des enfants et des adolescents.

Leurs œuvres d'art étaient tout simplement incroyables, ajoute-t-elle.

La page d'accueil d'un site Internet.

Le site Internet du World Peace Puzzle a fermé en raison de manque de ressources.

Photo : Avec l'autorisation de Janice MacLean

À l'origine, le plan consistait à assembler le casse-tête géant dans un hangar vacant de la base militaire de North Bay, mais Mme MacLean n'a pas réussi à obtenir le financement fédéral pour le projet.

Mais nous avons quand même continué à faire le casse-tête, parce que c'était tellement intéressant de voir comment il évoluait, dit-elle.

Le site Internet a fermé en raison d'un manque de ressources.

Mme MacLean estime avoir rassemblé environ 20 000 morceaux de casse-tête depuis 1999.

Ils étaient toutes stockés dans de grandes boîtes en plastique dans son sous-sol.

Mme MacLean vient de vendre sa maison et doit maintenant décider de ce qu'elle va faire de ses pièces de casse-tête.

Je ne sais pas trop quoi faire, je pense que j'ai besoin de quelqu'un pour diriger le projet, dit-elle.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !