•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Néo-Brunswickois bien heureux de retrouver leur résidence secondaire au Québec

Des chaises de campings devant une roulotte.

Le relâchement des restrictions à la frontière entre le Québec et le Nouveau-Brunswick a fait le grand bonheur de plusieurs propriétaires de résidences secondaires des deux provinces.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Depuis que les règles ont été assouplies à la frontière, les Néo-Brunswickois de Campbellton et des environs peuvent à nouveau séjourner dans leurs résidences secondaires situées au Québec.

L’été dernier, il leur était interdit de passer la nuit à l’extérieur de la province et, ainsi, de profiter du beau temps dans leur chalet ou à bord de leur véhicule récréatif.

Le relâchement des restrictions à la frontière entre le Québec et le Nouveau-Brunswick a fait le grand bonheur de Gérard et Claudine Maltais, de Campbellton.

Depuis 29 ans, ils passent leurs étés à quelques mètres de la rivière Restigouche, mais au Québec, soit à une quinzaine de minutes de chez eux, dans la municipalité de Ristigouche Sud-Est.

Gérard Maltais a pris sa retraite il y a deux ans pour pouvoir profiter de ce petit coin de paradis.

Finalement, on est tombés en pandémie, dit-il en riant. Ça fait que ça a retardé les affaires. Là, tu peux être certain que j’essaie d’en profiter au maximum.

Un homme sur le quai d'une rivière se dirige vers un canot.

Gérard Maltais se dirige vers son canot, prêt à profiter de l'été 2021.

Photo : Radio-Canada

Avant la crise sanitaire, environ 150 familles — presque toutes du Nouveau-Brunswick — séjournaient sur le site où résident les Maltais.

L’été dernier, à peine une douzaine de résidents saisonniers ont pu profiter de ce havre de tranquillité.

Selon le propriétaire du site, une centaine de familles néo-brunswickoises sont revenues s’établir pour l’été sur ce terrain de camping.

La différence sera comblée, souhaite-t-il, par des visiteurs de passage.

Ode à la rivière Restigouche

Depuis environ un mois, les Maltais profitent pleinement de ce qu’ils appellent leur petit coin de paradis.

Au menu, relaxation avec leur chien Maly, du bon temps avec la famille et les amis et des balades en canot à moteur sur la rivière, qui se trouve juste devant leurs yeux.

Les Maltais prennent leur café du matin sur la rive. C’est vraiment le fun. Ça change notre vie, dit Claudine Maltais.

Trois personnes assises devant une rivière boivent des cafés. Il y a des canots.

Les Maltais devant la rivière Restigouche.

Photo : Radio-Canada

Elle ajoute qu’à ses yeux, cette rivière qui coule du nord-ouest du Nouveau-Brunswick au sud-est du Québec vaut de l’or. On essaie d’en profiter au maximum, dit-elle.

Même son de cloche pour son mari. La rivière Restigouche, c’est la plus belle rivière au monde, lance Gérard Maltais. C’est extraordinaire.

Visiblement comblé, le couple s’ajoute à la liste des centaines de Néo-Brunswickois propriétaires pour qui l’été 2021 s’annonce déjà beaucoup mieux que le précédent.

D’après le reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !