•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mairesse de Chandler de retour en poste après sa suspension

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois.

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, indique que sa priorité à son retour en poste sera de rétablir les faits (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

La mairesse de Chandler, Louisette Langlois, est de retour en poste lundi après une suspension de 180 jours imposée par la Commission municipale du Québec.

Après les démêlés de la dernière année, la mairesse affirme que la page est tournée, de son côté du moins.

Au cours des derniers mois, Mme Langlois avait tenté de faire annuler deux décisions de la Commission municipale, qui avait retenu 20 manquements au Code d'éthique et de déontologie présentés lors d'une citation devant la Commission municipale, et lui avait imposé une suspension de 180 jours. La Cour supérieure avait toutefois rejeté la demande de la mairesse en juin dernier.

Alors qu'elle reprend ses fonctions, Mme Langlois déplore maintenant l'attitude de certains membres du conseil municipal sur les réseaux sociaux.

D'après ce que je vois sur les réseaux sociaux, il est loin d'y avoir une page tournée. Mais pour moi, c'est tourné, j'arrive pour tenter de ramener la paix dans la ville.

Une citation de :Louisette Langlois, mairesse de Chandler

Ce qu'on voit sur les réseaux sociaux, ça dépasse la classe qu'un élu doit avoir, estime-t-elle.

Pendant la fin de semaine, le conseiller municipal Bruno-Pierre Godbout, qui remplaçait la mairesse pendant sa suspension, a fait une publication sur sa page Facebook au sujet du retour de la mairesse. Je nous souhaite de pouvoir poursuivre le travail accompli et de continuer à travailler dans la tranquillité, écrivait-il.

Joint par Radio-Canada lundi matin, il souligne que les membres du conseil municipal appréhendent le retour de Mme Langlois.

Les gens appréhendent, la majorité du conseil est déçue. Par contre, on est très fiers du travail qu'on a accompli dans les six derniers mois, on a travaillé dans le calme, la tranquillité, et on a fait avancer plusieurs dossiers, affirme-t-il.

Je trouve ça quand même particulier qu'une élue qui est une multirécidiviste, qui a coûté des frais exorbitants à la Municipalité, puisse revenir aussi facilement. Je pense qu'il y a des modifications et une révision à la loi à y avoir.

Une citation de :Bruno-Pierre Godbout, conseiller municipal du secteur Newport

Louisette Langlois avait déjà été suspendue à deux reprises en 2016 pour des manquements déontologiques survenus en 2012 et en 2014.

De retour à la mairie, elle indique que sa priorité est de rétablir la vérité. Elle indique que les médias seront convoqués d'ici le 23 juillet, lorsqu'elle aura pu réunir l'information pertinente.

Ma priorité, c'est rétablir sur les faits sur tout ce qui s'est passé, donner la meilleure information à la population sur ce qui se passe vraiment. On va faire une mise au point importante sur tout ce qui s'est dit dans les six derniers mois, assure la mairesse.

La gestion des six derniers mois à l'étude

Mme Langlois précise que cette mise au point à venir n'est en rien liée aux 20 manquements retenus contre elle, qui sont chose du passé, selon elle, mais plutôt au fonctionnement de la Ville pendant son absence.

On va faire la comparaison entre ce qui avait été prévu et ce qui a été fait à vitesse grand V, indique la mairesse.

Des dossiers, ça se travaille longtemps, ça ne se fait pas en six mois. Changer une valve d'eau, oui, ça se fait vite, mais des dossiers qui comportent des montants d'argent importants, on ne fait pas ça en claquant des doigts, ça prend des années si on veut que le citoyen paie le minimum. Il faut aller chercher des subventions, travailler notre dossier, consulter la population. On ne leur met pas sur le dos des règlements d'emprunt sans que les citoyens soient au courant, explique-t-elle.

M. Godbout se défend toutefois d'être allé trop vite et estime que la mairesse devrait se garder une petite gêne.

Il y a plusieurs dossiers qui étaient sur la table depuis trois ans. Donc, si on a été trop vite, on va attendre quoi? Huit ans?, questionne-t-il.

Bruno-Pierre Godbout, vu de côté, dans la salle du conseil municipal de Chandler.

Parmi les réalisations des derniers mois, Bruno-Pierre Godbout cite notamment le début de la construction du nouveau garage municipal et celle d'un nouveau bâtiment de 30 logements pour aînés (archives).

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Je trouve ça quand même aberrant que dès la première journée, elle [soit] déjà en mode attaque pour critiquer ce qu'on a fait au cours des derniers mois. Mme Langlois, avant de critiquer ce qu'on a fait, devrait regarder ce qu'elle a coûté aux contribuables, ajoute le conseiller.

M. Godbout rappelle que la Ville réclame 270 000 $ à Louisette Langlois, soit les frais engagés pour sa défense devant la Commission municipale du Québec.

Le jugement a été rendu le 30 juin, donc elle a 30 jours pour déposer à la Cour d'appel. Le procureur attend que les 30 jours soient passés, et après ça, on va intenter une procédure pour aller réclamer le 270 000 $ auprès de Mme Langlois, précise-t-il.

Un changement à la mairie à prévoir en novembre?

Quant aux élections municipales de l'automne, Mme Langlois ne prévoit pas solliciter un nouveau mandat, mais se dit prête à le faire si nécessaire.

Je n'étais pas intéressée parce que je pense que j'ai fait ma part pour la Ville de Chandler, ça va faire 16 ans que je suis en politique municipale. Par contre, si jamais il n'y avait personne de potable qui se présente, je n'aurai pas le choix, avance-t-elle.

Pour sa part, M. Godbout avait exprimé en janvier son intention de briguer la mairie de Chandler aux prochaines élections municipales, mais il se dit épuisé après avoir subi plusieurs attaques personnelles sur les réseaux sociaux.

Le dernier mois a été extrêmement difficile, autant sur les médias sociaux. Mme Langlois a des petits soldats bien rodés qui font une ambiance sale par en arrière. C'est extrêmement lourd, et la politique est très sale à Chandler.

Une citation de :Bruno-Pierre Godbout, conseiller municipal du secteur Newport

M. Godbout se donne jusqu'au mois d'octobre pour réfléchir avant de prendre une décision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !