•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des subventions destinées aux organismes urbains profitent aux régions rurales 

Shauna MacKinnon tout sourire regarde devant elle.

La professeure agrégée au département des études urbaines de l'Université de Winnipeg, Shauna MacKinnon.

Photo : Shauna MacKinnon

Radio-Canada

Des changements apportés il y a deux ans par le gouvernement manitobain à des programmes visant à soutenir les groupes communautaires des centres-villes ont eu pour conséquence de détourner les subventions vers les régions rurales, selon une analyse réalisée par la chercheuse Shauna MacKinnon.

La professeure agrégée au département des études urbaines de l'Université de Winnipeg a examiné le programme provincial Building Sustainable Communities à partir du printemps 2019, lorsqu'il a été créé pour combiner sept programmes provinciaux existants en un seul.

Cela comprenait le programme Neighbourhoods Alive, qui a été fondé par l'ancien gouvernement néo-démocrate pour financer des organismes urbains sans but lucratif dans la province.

À l'époque, Mme MacKinnon et les dirigeants de certaines organisations communautaires des quartiers North End et West End de Winnipeg ont exprimé des inquiétudes au sujet de ce changement.

Ces inquiétudes portaient notamment sur le fait qu'on semblait privilégier le financement des projets d'immobilisations au détriment des coûts d'exploitation, comme les salaires du personnel chargé de gérer les programmes destinés aux populations vulnérables.

Selon Mme MacKinnon, les préoccupations initiales ont été confirmées au fil des années.

La part du lion du financement est allée aux communautés rurales et aux projets d'immobilisations , a constaté Mme MacKinnon mardi, après la publication de son rapport par le Centre canadien de politiques alternatives, un groupe de réflexion de gauche.

Son analyse indique qu’environ 85 % des contributions provinciales par le biais du programme de 2019 à 2021, soit environ 15,7 millions de dollars sur 18,4 millions de dollars, sont alloués à des projets d'infrastructure, de construction et d'autres investissements en capital.

Par ailleurs, le gouvernement progressiste-conservateur a élargi les critères d'admissibilité et d'autres programmes de subvention ont été intégrés au programme Building Sustainable Communities.

Ce changement signifie que les municipalités peuvent accéder aux fonds, en plus des groupes communautaires.

Selon Mme MacKinnon, les municipalités ont un avantage concurrentiel, car elles disposent d'un personnel administratif qui peut consacrer du temps et des ressources à la présentation de demandes dans le cadre de ces programmes. Les petits organismes communautaires et sans but lucratif n'ont souvent pas ces ressources, a-t-elle ajouté.

Nous avons éliminé une initiative fondée sur l'équité qui soutenait les communautés urbaines à faible revenu. Essentiellement, nous n'avons plus rien maintenant, a déclaré MacKinnon. 

Des effets collatéraux

L'accent mis sur les projets d'immobilisations a fait en sorte que de nombreux groupes du centre-ville n'ont même pas pris la peine de demander des fonds, a-t-elle ajouté.

C'est la raison pour laquelle le West Central Women's Resource Centre n'a pas fait de demande en 2019, la première année du programme révisé, a déclaré à l'époque la directrice générale de l’organisme Lorie English.

L'année dernière, le centre avait besoin de travaux de fondation à son siège et a réussi à obtenir une subvention dans le cadre du programme, a reconnu Mme English.

Le centre a reçu 11 500 $ de la province pour un projet de 23 000 $. Le reste provient de donateurs et de partenariats.

La devanture de l'organisme Women's Resource Centre.

L'organisme Women's Resource Centre à Winnipeg a aussi fait les frais des changements apportés à des programmes provinciaux en 2019.

Photo :  CBC / Gary Solilak

Malgré cette aide, Mme English a affirmé que le changement a entraîné des problèmes notables pour les groupes communautaires, notamment parce que le programme ne couvre pas le financement des salaires.

Un porte-parole provincial a répondu au rapport en disant que le programme Building Sustainable Communities a remplacé sept anciens programmes, dont Community Places et Neighbourhoods Alive, qui étaient restrictifs et fonctionnaient en silos.

Le nouveau programme est souple et réduit les formalités administratives pour les demandeurs, a déclaré le porte-parole dans un communiqué. La province soutient que le programme améliore également les résultats des projets.

L'objectif global est de transformer et de moderniser le financement des subventions afin d'accroître la capacité des collectivités et de promouvoir la durabilité des organismes sans but lucratif, ainsi que d'augmenter les résultats positifs , peut-on lire dans la déclaration.

Avec les informations de Bryce Hoye

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !