•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Refus d'accueillir le PCQ : menaces et insultes envers des restaurateurs de Jonquière

La façade d'un restaurant.

Les propriétaires du restaurant reçoivent de nombreuses insultes et menaces depuis leur prise de position.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La récente décision des propriétaires de la microbrasserie l'Hopéra de Jonquière, de refuser d'accueillir un rassemblement du Parti conservateur du Québec dégénère. Depuis vendredi, ils reçoivent des messages haineux, des insultes et des menaces de mort. Le chef du Parti conservateur du Québec Éric Duhaime dit également avoir été menacé. Il a lancé un appel au calme sur les réseaux sociaux, dimanche midi.

Le copropriétaire de la microbrasserie et pizzeria l'Hopéra, Vladimir Antonoff a été victime de plusieurs menaces sur les réseaux sociaux.

C’est beaucoup de répercussions, on nous reproche un manque de respect et d’ouverture d’esprit et en ce moment c’est l’inverse qu’on est en train de vivre. On vit une campagne de salissage, des menaces physiques, verbales et des menaces de mort, de la dégradation de biens personnels aussi.

La maison de l’un des associés de M. Antonoff a été souillée. Plusieurs internautes dénigrent le restaurant dans les commentaires.

Notre cote est descendue en flèche par des personnes qui ne sont très certainement jamais venues chez nous.

Vladimir Antonoff prévoit porter plainte, car la situation va trop loin.

C’est quelque chose de recevoir un : je sais où t’habites, je vais te tuer, je vais te couper ta tête! Mais il faut qu’ils vivent avec les conséquences de leurs actes.

Une citation de :Vladimir Antonoff, copropriétaire Hopéra

Vladimir Antonoff reproche à ses détracteurs de ne pas comprendre la situation.

On n’a jamais refusé l’accès à Éric Duhaime à l’Hopéra, on refuse qu’un événement politique se déroule sans notre consentement.

La direction de l’Hopéra a même publié un message dimanche après-midi pour expliquer la situation.

Éric Duhaime réagit

Le chef conservateur québécois, Éric Duhaime condamne ce genre de comportement et affirme avoir été victime lui-même de menace par un autre restaurateur de la région qui a aussi refusé d'accueillir un rassemblement de son parti.

Est-ce que c'est une menace de mort quand on dit à quelqu'un : tu ne rentres pas chez nous, pis si tu rentres tu sortiras jamais? Je vous pose la question, dit-il en entrevue. Malheureusement quand des restaurateurs vont sur la place publique pour attaquer un chef politique ils s’exposent eux aussi.

Éric Duhaime a fait un appel au calme sur sa page Facebook pour éviter les débordements.

On ne répond pas à des menaces et de l’intimidation par des menaces et de l'intimidation, affirme-t-il.

Il tient cependant à rappeler que ce ne sont pas les partisans du PCQ qui ont amorcé le débat.

C'est difficile aujourd'hui pour M. Antonoff de s'ériger en victime dans la mesure que c'est lui qui a parti le bal et qui a commencé en disant que je suis : un esti de cave rétrograde, je veux citer ses mots à lui. Malheureusement je pense qu'il aurait pas dû dire ces mots-là et les gens auraient dû ne pas embarquer dans son jeu.

Éric Duhaime attend des excuses de la part des restaurateurs impliqués. Il reconnaît toutefois que les débordements proviennent des deux côtés.

Malgré le conflit, le chef du Parti conservateur du Québec sera de passage dans la région la semaine prochaine pour échanger avec ses partisans.

Selon des informations de Kenza Chafik.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !