•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fouilles commencent sur le terrain d'un ancien hôpital pour Autochtones

L'Hôpital Camsell, qui accueillait principalement des patients autochtones du nord de l'Alberta et des Territoires du Nord-Ouest, a fermé ses portes en 1996.

Une barrière devant le terrain de l'ancien hôpital Camsell sur laquelle sont posés des écriteaux demandant la fin de la construction pour mener des fouilles.

Des membres de Premières Nations ont demandé l'arrêt des travaux de construction sur l'ancien site de l'hôpital Camsell, où beaucoup pensent que des patients sont enterrés.

Photo : Radio-Canada / Nathan Gross

Radio-Canada

Des équipes s'efforcent de déterminer si des restes humains sont enterrés sur le terrain de l'ancien hôpital Camsell à Edmonton, où des Autochtones ont été envoyés pendant des décennies pour être soignés.

Des Premières Nations de la région d'Edmonton et le propriétaire du terrain attendent les résultats d’une récente recherche radar à pénétration de sol pour déterminer la présence de tombes anonymes.

Des pressions s'exerçaient depuis des années pour que des fouilles soient menées sur les lieux de l'ancien hôpital.

L'architecte qui a acheté le terrain, Gene Dub, travaille depuis plusieurs années pour le transformer en complexe d'appartements.

L'année dernière, Trinity Brandon-Demeuse, de la Première Nation Michel, a lancé une pétition pour faire arrêter la construction, le temps que le sol soit fouillé.

Gene Dub a embauché une compagnie d'inspection à la fin mai pour faire l'analyse des lieux après que des restes humains ont été trouvés au pensionnat de Kamloops, en Colombie-Britannique, et après avoir consulté le chef Calvin Bruneau de la Première Nation Papaschase.

Les fouilles ont commencé sur les terrains situés au coin de la 127e Rue et de la 115e Avenue vers la fin du mois de juin.

Certaines personnes pensent encore qu’il y a eu possiblement des personnes enterrées à ces endroits, a déclaré Gene Dub, jeudi.

Trinity Brandon-Demeuse dit que sa pétition n'avait pas reçu beaucoup d'attention l'an dernier, mais que les choses ont changé depuis.

« Maintenant que les gens sont capables de nous écouter, de nous entendre et de comprendre ce que nous disons, j'ai l'impression que cela fait enfin une différence, et que les gens prennent enfin cela au sérieux. »

— Une citation de  Trinity Brandon-Demeuse, membre de la Première Nation Michel

Au cours des deux dernières semaines, un groupe de personnes autochtones s'est également réuni sur le site de l'ancien hôpital pour exiger que la construction s'arrête afin que davantage de recherches puissent être menées.

Les gens sont passés d'être vraiment négatifs à ce sujet, à soutenir le mouvement pour y parvenir, précise Trinity Brandon-Demeuse.

Après des discussions avec le chef Calvin Bruneau, Gene Dub prévoit continuer les recherches dans le secteur situé tout au long de la 127e Rue.

Les gens se rappellent de la présence de tombes ici

Le chef de la Première Nation Papaschase, Calvin Bruneau, est convaincu que les recherches au radar permettront de découvrir des sépultures, à moins que les corps aient déjà été déterrés et déménagés ailleurs.

Les gens se rappellent de la présence de tombes ici, révèle-t-il. Je pense qu’il y a de bonnes chances d’en trouver.

Des Autochtones des Territoires du Nord-Ouest et du nord de l'Alberta étaient envoyés à l’hôpital Camsell pour être traités contre la tuberculose principalement.

Une photo d'archive d'un enseignant avec des élèves dans les années 1960 à l'hôpital Camsell.

Un enseignant avec des élèves dans les années 1960 à l'hôpital pour Autochtones Charles Camsell à Edmonton.

Photo : Archives provinciales de l'Alberta

L’endroit était un hôpital géré par le gouvernement fédéral en 1944, puis par la province jusqu'à sa fermeture en 1996.

D'anciens patients ont raconté que des personnes avaient été enterrées à l'hôpital pendant des décennies.

Leurs témoignages font état d'abus physiques, mentaux et sexuels, de stérilisations forcées, de thérapies de choc et d'expérimentations de vaccins contre la tuberculose sur des patients sans leur consentement.

Un recours collectif est actuellement en branle contre le gouvernement fédéral en raison des traitements allégués.

Calvin Bruneau affirme que des discussions ont déjà eu lieu pour fouiller le terrain depuis de nombreuses années.

Les découvertes de restes humains ailleurs au pays ont permis d’attirer l’attention sur le site de Camsell et d’y mener des recherches, selon lui.

Je pense que c'est attendu depuis longtemps, souligne-t-il. Maintenant, nous pouvons commencer à l'examiner [...] et essayer d'apporter un peu de paix aux familles face à ce problème.

Avec les informations de Natasha Riebe et d'Ariel Fournier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !