•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Portes ouvertes sur l’autonomie alimentaire dans l’ouest d’Avignon

Une photo prise d'un assemblage de fruits et de légumes frais.

Plusieurs initiatives en lien avec l'autonomie alimentaire sont déjà présentes dans le secteur (archives).

Photo : iStock

Roxanne Langlois

À l’initiative de Nourrir notre monde Avignon dans Matapédia-Les Plateaux, la population est invitée à en apprendre davantage sur l’autonomie alimentaire. Un plan visant à structurer les projets sera élaboré par l'organisation et des visites dans les installations d’acteurs qui œuvrent déjà dans ce créneau sont organisées cet été.

La démarche Nourrir notre monde, présente dans d’autres MRC de la Gaspésie, a pris son envol dans l’ouest de la MRC d'Avignon au début du mois de juin. Comme ailleurs, elle vise à informer et à sensibiliser la population à la question de l’autonomie alimentaire ainsi qu’à faire le portrait alimentaire du secteur.

Pour le consultant et chargé de projet pour le secteur Matapédia-Les-Plateaux, la pandémie de COVID-19 a créé un momentum qui a ramené à l’avant-plan la question de la sécurité alimentaire.

Ça a fait prendre conscience aux gens qu’on est un petit peu éloignés de notre alimentation. L’un des avantages […] de la rapprocher de chez nous, c’est de mieux répondre à des situations de crise comme celle-là, résume Benoit Trépanier.

Un concombre libanais tient sur une une branche.

Un plan de concombre libanais (archive)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Le territoire visé comporte également, rappelle-t-il, des défis en matière d’alimentation. Selon M. Trépanier, mettre en commun les différentes initiatives déjà présentes sur place pourrait notamment contribuer à les relever.

Le consultant cite en exemple les citoyens de l’Ascension-de-Patapédia, qui doivent parcourir une longue distance pour se rendre à l’épicerie de Matapédia ou dans un magasin à grande surface de Campbellton, au Nouveau-Brunswick. On est dans ce qu’on appelle un désert alimentaire, [c’est-à-dire] un endroit où il n’y a pas de bouffe à proximité, explique-t-il.

En route vers un plan

L’objectif de Nourrir notre monde Avignon dans Matapédia-Les-Plateaux est notamment de se doter d’un plan pour structurer et améliorer l’autonomie alimentaire sur le territoire. Cette planification permettra notamment de faire des liens entre les projets qui existent déjà et à structurer l’émergence de nouvelles initiatives.

Tous les projets entourant l’autonomie alimentaire sont bons; on veut juste aider à les faire lever.

Une citation de :Benoit Trépanier, consultant chargé de projet pour le secteur Matapédia-Les-Plateaux

Selon M. Trépanier, du potentiel de développement est d’ailleurs bien présent sur le territoire. Par exemple, l’ancienne coopérative de Saint-Alexis-de-Matapédia, actuellement à vendre, dispose d’installations où pourrait être faite de la transformation alimentaire.

Un homme fait ses courses à l'épicerie.

La coopérative alimentaire de Saint-Alexis-de-Matapédia, photographiée alors qu'elle était encore ouverte (archive).

Photo : Radio-Canada / Marie-Jeanne Dubreuil

Le terrain sur lequel la Municipalité de Saint-Alexis-de-Matapédia puise son eau potable, acquis par l’administration municipale, pourrait également accueillir certaines cultures.

Les citoyens sont invités à communiquer les projets d’autonomie alimentaire portés à leur attention avec Nourrir notre monde Avignon dans Matapédia-Les Plateaux. Des consultations publiques auront également lieu cet automne en vue de la création du plan.

Des visites pour mieux comprendre

Afin de mieux comprendre en quoi consiste concrètement l’autonomie alimentaire, Nourrir notre monde Avignon dans Matapédia-Les Plateaux souhaite faire découvrir ce qui se fait déjà sur le territoire. Une trentaine d’initiatives ont déjà été répertoriées.

La première de trois activités s’est ainsi tenue samedi dernier. Les citoyens étaient conviés à se déplacer à l’épicerie coopérative de Saint-André-de-Restigouche, qui propose notamment des produits en vrac depuis quelques années.

Un client devant des aliments en vrac

Des silos distributeurs de la coopérative de Saint-André-des-Restigouche sont notamment remplis d'aliments biologiques (archive).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Stéphane Benoit, employé de l'épicerie coopérative, a dénoté un vif intérêt chez la dizaine de curieux qui ont découvert les lieux grâce à cette visite. Nous avons eu quelques personnes qui sont venues d’aussi loin que de Nouvelle pour apprécier la coopérative. Il y a beaucoup d’idées qui ont été mises sur la table, se réjouit-il.

M. Benoit précise par ailleurs qu’un jardin communautaire a été aménagé derrière le bâtiment et que la coopérative est en voie de devenir zéro déchet. Selon lui, les résidents de Matapédia et des Plateaux possèdent la fibre de l’autonomie alimentaire.

L'épicerie coopérative de Saint-André-de-Restigouche, vue de l'extérieur

L'épicerie coopérative de Saint-André-de-Restigouche

Photo : Gracieuseté de Stéphane Benoit

Deux autres activités sont à prévoir cet été. Elles auront lieu chez Leblanc Multiressources de Matapédia (14 août) et en compagnie du Collectif, un groupe de résidents de Restigouche-Sud-Est qui se sont regroupés pour produire des légumes et améliorer leur résilience alimentaire (21 août).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !