•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier samedi du Festival d'été de Québec : une nostalgie bien de chez nous

Le chanteur assis sur un banc chante et joue de la guitare.

Paul Piché a offert une prestation seule à la guitare au Festival d'été de Québec.

Photo : Radio-Canada / Tanya Beaumont

Tanya Beaumont

Avec Paul Piché et Michel Pagliaro, la troisième soirée du Festival d’été de Québec, samedi, était sous le signe des succès souvenirs.

À 18 h 30, Paul Piché a choisi une formule seul à la guitare pour sa prestation, un choix judicieux pour les retrouvailles avec le public de Québec.

Je me sens comme à mes débuts, je joue devant des salles à moitié vides!, a lancé à la blague Paul Piché. Pourtant, le concert faisait salle comble, en plus d’une diffusion virtuelle.

Le raconteur est resté sur scène plus d’une heure. Sa prestance et son coffre comblaient amplement l’absence d’autres musiciens.

L'artiste n’a pas tardé à jouer ses grands succès comme J’appelle et Y’a pas grand-chose dans le ciel à soir, au grand plaisir du public. La réponse a été rapide en applaudissements. Il ne lui a d'ailleurs pas été nécessaire de chanter l'entièreté des paroles du classique Heureux d’un printemps; la foule a chaleureusement pris le relais.

Une ambiance de boîte à chansons

Malgré la présence d'une foule de 500 personnes, l’ambiance était très familière à l’intérieur du Manège militaire. Sans artifice, Paul Piché a pris le temps de bavarder avec son public.

Tantôt cabotin, tantôt sérieux - mais surtout cabotin! - le chansonnier a parlé plus qu’il n’a chanté. Durant ses moments plus graves, l’auteur-compositeur-interprète a abordé les enjeux environnementaux.

En rappel, Paul Piché a présenté une nouvelle chanson. Des spectateurs rencontrés à la sortie ont été chamboulés par la finale : une version a cappella de son grand succès L’escalier.

De l'acoustique à l’électrique

Une tout autre ambiance s’est installée dans la grande salle du Manège militaire à 21 h 30. Sans perdre une seconde, le rock de Michel Pagliaro s’est fait entendre.

Le chanteur joue de la guitare.

Michel Pagliaro était en prestation au Festival d'été de Québec

Photo : Radio-Canada / Tanya Beaumont

Vous rappelez-vous de Louise? La réponse, spontanée, était positive.

Contrairement à celui qui l'a précédé, Pag a plutôt laissé parler la musique. Peu bavard, le rockeur a enchaîné les succès dont L’espion et J’entends frapper, Rainshowers et Émeute dans la prison.

Vêtu d’une veste de jeans et portant ses fidèles lunettes fumées, Michel Pagliaro a fait bouger la foule pour une première fois depuis le début de ce Festival d’été. Quelques personnes se sont levées pour danser au son de la guitare électrique.

Une soirée en deux temps, mais avec la même dose de classiques québécois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !