•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Briser le silence sur les violences conjugales et dénoncer

Aujourd'hui, Isabelle Levesque sourit à nouveau à la vie.

Se reconstruire après avoir été victime de violences conjugales, c'est possible. Et c'est le message que veut transmettre Isabelle Levesque, empêtrée pendant trois ans dans une relation amoureuse toxique.

Les coups, la peur et frôler la mort, Isabelle Levesque connaît ça par cœur.

Ça arrive pas du jour au lendemain. Ça commence par le verbal, et les gestes s’aggravent. On embarque là-dedans, on s’en rend pas compte au début. C’est quand la violence devient plus physique ou trop psychologique qu’on se dit que non, ça marche pas, raconte-t-elle.

Si elle connaît cette sombre chanson, ce n’est pas parce qu’elle en entend le refrain dans les nouvelles à chaque affaire de féminicide, mais pour l’avoir vécue.

Pas de procès

En 2011, des vacances dans les bois près de La Tuque avec son compagnon de l’époque ont viré au cauchemar. Au point qu’elle a failli ne pas en revenir. Il était sujet à de grandes colères et avait une carabine.

Cela a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, le déclic qui lui a fait prendre conscience que les choses devaient changer. Isabelle Levesque commençait alors son cheminement vers le bonheur retrouvé.

Elle a porté plainte contre celui qu’elle avait aimé. L’homme a été accusé. La procédure judiciaire a été abandonnée, à cause de délais de traitement jugés déraisonnables.

Cela ne l’a pas découragée de tourner la page. Un long travail sur elle-même l’a amenée à comprendre bien des choses.

Maintenant, je mène ma vie. Ça reste que j’ai un choc post-trauma. Je vais toujours avoir des craintes. Mais on s’en sort, on est capables, assure-t-elle.

Cette habitante de Québec avait la détermination de se relever.

Oui, je vais être une victime toute ma vie, mais je vais être une victime qui s’en est sortie, une victime qui s’est reconstruite.

Et c’est sur ce point qu’elle insiste.

Y a de l’espoir, c’est ça que les femmes doivent entendre. Faut juste faire le premier pas, et dénoncer. Faut parler.

Une citation de :Isabelle Levesque

Autant cette expérience l’a pendant un temps détruite, autant elle l’a transformée. Maintenant, Isabelle Levesque sait ce qu’elle veut, surtout ce qu’elle ne tolère plus.

D’emblée, dans ses relations avec les hommes, elle pose les limites. Elle est à nouveau en couple, mais cette fois dans une relation saine et équilibrée.

Avec les informations Colin Côté-Paulette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !