•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La situation s’envenime à l’urgence de l’Hôpital de Hull

Un panneau portant la mention urgence et une flèche indiquant la porte d'entrée.

L'entrée de l'urgence de l'Hôpital de Hull

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais a confirmé, samedi, qu'il a fait face à « un enjeu de ressources humaines dû à des absences imprévues » à l’urgence de l’Hôpital de Hull.

Dès 9 h, les ambulances ont commencé à être détournées vers d’autres endroits. Dimanche, le CISSS a fait savoir que cette mesure avait été levée à 17 h, samedi.

Durant la journée de samedi, les personnes qui se rendaient par leurs propres moyens à l'urgence de l'Hôpital de Hull y étaient admises, a pu constater ICI Ottawa-Gatineau.

« Je peux vous assurer que nous avons assez de personnel pour l'urgence de Hull pour les prochains quarts de travail », avait alors indiqué le CISSS par courriel.

Un peu plus tôt, on précisait que du personnel médical et des gestionnaires supplémentaires avaient été envoyés sur place pour pallier un manque de personnel observé en avant-midi. Dimanche, les gestionnaires supplémentaires n'étaient plus sur place.

La haute direction du CISSS de l'Outaouais travaille de très près avec les équipes de soins, et ce, de façon intensive et depuis plusieurs semaines déjà. La situation demeure toutefois difficile au plan de la disponibilité de la main-d'œuvre

Une citation de :Extrait d’un courriel du CISSS de l’Outaouais

Un effort commun s'effectue présentement et le groupe de travail en place est à pied d'œuvre pour trouver des solutions rapidement, peut-on également lire dans la déclaration écrite envoyée samedi.

Un peu plus tôt, le Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO) tirait la sonnette d’alarme. « On est au pied du mur, encore une fois, à l'urgence de Hull », a déploré la présidente par intérim de l’organisation, Karine D’Auteuil.

Elle a affirmé que, lors de la nuit de vendredi à samedi, il manquait cinq infirmières ainsi qu’une infirmière auxiliaire à l’urgence. Plusieurs membres du personnel soignant qui ont travaillé la nuit dernière ont dû effectuer du temps supplémentaire, samedi matin, pour soigner les patients, a confié un infirmier de l’Hôpital de Hull qui souhaite conserver son anonymat par peur de représailles de son employeur.

Mme D’Auteuil anticipait que, durant la nuit de samedi à dimanche, il manquerait 7 infirmières des 15 nécessaires pour soigner les patients.

On ne peut pas donner des soins sécuritaires avec 50 % de nos effectifs, a-t-elle ajouté, allant jusqu’à parler d’un bris de service.

Le CISSS n’a pas confirmé les chiffres mentionnés par le SPSO quant aux effectifs, mais a assuré qu’aucun bris de service n’avait eu cours.

La difficulté à avoir suffisamment de personnel à l’urgence de l'Hôpital de Hull survient alors que l’urgence de Gatineau n’est pas encore en mesure de rouler à pleine capacité et que la plupart des patients sont invités à se présenter à l’urgence de Hull et à celle de Papineau.

On n'est pas dans une pénurie "normale" qu'on vit depuis une dizaine d'années. On est dans une pénurie dangereuse où les soins offerts à la population sont en péril, a lancé la présidente par intérim du SPSO.

Le CISSS a assuré, de son côté, « que tout est mis en œuvre afin de fournir des soins et services à la population de façon sécuritaire dans les urgences du milieu urbain ».

Le taux d'occupation de l’urgence de l’Hôpital de Hull atteignait 140 %, vers 13 h, samedi, selon le site web d'Index Santé Québec. Dimanche, vers 16 h, ce taux était redescendu à 84 %.

Avec les informations de Catherine Morasse, de Marielle Guimond et d'Émilie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !