•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise des opioïdes : près de 100 commerçants albertains s'équipent de naloxone

De janvier à avril 2021, 454 personnes sont mortes d’une surdose d’opioïdes en Alberta.

Darren McGeown, une trousse de naloxone à la main.

Darren McGeown croit que le gouvernement de Jason Kenney fait fausse route en fermant des centres de consommation supervisée.

Photo : Radio-Canada / François Joly

Près d’une centaine de commerçants albertains sont désormais équipés de trousses de naloxone pour intervenir en cas de surdose d’opioïdes dans le cadre de la coalition Each + Every (tous et chacun). Il s'agit pour eux d'une façon d'agir, alors qu'ils réclament aussi davantage de gestes concrets de la part des gouvernements.

Euan Thomson croit que les commerçants ont souvent à tort la réputation d’être opposés aux mesures de réduction des méfaits. L’entrepreneur et microbiologiste spécialiste de la bière a notamment décidé de cofonder Each + Every pour contrer certains préjugés. La coalition compte 135 membres, dont la majorité est en Alberta.

C’est important de déconstruire l’idée que les commerces sont contre [les centres d’injection supervisée]. Ça enlève un outil des mains [des politiciens] qui veulent mettre en place des politiques néfastes.

En plus de son objectif de sensibilisation, la coalition pose des gestes concrets comme d’aider ses membres à se procurer des trousses de naloxone. La naloxone est un médicament qui permet de renverser les effets d’une surdose.

C’est par exemple ce qu’a fait Darren McGeown, propriétaire de la brasserie Arcadia à Edmonton et membre de Each + Every.

Je ne veux pas vivre dans une communauté où les gens vivent dans la pauvreté et où l’itinérance et les surdoses sont omniprésentes, explique-t-il. Il fallait que je fasse quelque chose.

Depuis plusieurs années, il s’implique comme bénévole au centre d’aide pour sans-abris, Boyle Street Community Services. Il était tout naturel pour lui d’avoir une trousse de naloxone derrière le comptoir, même s’il admet lui-même que le quartier où se trouve la brasserie n’est pas très fréquenté par les toxicomanes.

J’aimerais voir davantage [de commerçants se munir de trousses de naloxone], ajoute de son côté la responsable des communications du restaurant Ship and Anchor à Calgary, Nicola Trolez. La crise est là et des gens continuent de mourir. Ce sont des voisins et des proches.

Nicola Trolez, une trousse de naloxone à la main.

Le Ship and Anchor est équipé d’une trousse de naloxone depuis 2016. Les employés ont eu à s’en servir une fois depuis.

Ça me fait chaud au cœur de voir les bars et les restaurants s’impliquer de façon, ajoute Petra Schulz, dont le fils, qui était lui-même cuisinier, est mort d’une surdose de fentanyl en 2014.

Avec d’autres familles touchées par la crise des opioïdes, elle a par la suite fondé l’organisme Moms Stop the Harm.

Décisions provinciales critiquées

La pandémie de COVID-19 a fait exploser le nombre de surdoses mortelles en Alberta.

Surdoses d’opioïdes mortelles en Alberta

  • 2019 : 623
  • 2020 : 1152
  • 4 premiers mois de 2021 : 454

Pendant la même période, le gouvernement provincial a annoncé la fermeture de centres de consommation supervisée à Lethbridge, Calgary et Edmonton.

Lors du remaniement ministériel qui a eu lieu jeudi, le premier ministre Jason Kenney a décrit le plan du gouvernement albertain comme étant centré sur la guérison. C’est Mike Ellis qui dirigera maintenant les efforts de la province en tant que nouveau ministre associé à la Santé mentale et aux dépendances.

C’est frustrant, répond cependant la directrice du centre de santé Boyle McCauley, Tricia Smith. J’apprécie le fait que le gouvernement a créé des lits additionnels dans des centres de désintoxication, mais pourquoi est-ce qu’on ajoute en même temps des obstacles aux personnes qui tentent d’accéder à des services qui pourraient leur sauver la vie.

Deux flacons en verre portent une étiquette blanche et orange.

Les trousses de naloxone sont fournies gratuitement par Services de santé Alberta.

Photo : Radio-Canada

Les ambulanciers sont des visiteurs quasi quotidiens dans sa clinique qui dessert certaines des clientèles les plus défavorisées d’Edmonton.

Darren McGeown pense que la fermeture des centres de consommation supervisée est une très mauvaise idée. Selon lui, les commerçants doivent faire le part pour compenser le manque de gestes concrets.

Euan Thomson admet cependant que les commerçants sont loin de pouvoir régler le problème par eux-mêmes. C’est une trousse de premiers soins, une solution temporaire en attendant que [les gouvernements] mettent en place les bonnes politiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !