•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un retour difficile pour les résidents de Lytton

Des décombres à Lytton le 9 juillet 2021.

L'incendie a rasé la majeure partie de Lytton et vendredi des résidents du village ont vu pour la première fois l'ampleur des dégâts.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Des habitants de Lytton sont retournés dans leur village à bord d’autobus pour une visite organisée par le district régional de Thompson-Nicola, vendredi, afin de voir ce qu'il reste de leur village.

Les résidents déplacés se sont réfugiés dans des communautés éloignées telles que Kamloops, Merritt, Chilliwack et Whistler, en attendant des indications sur la suite des événements.

Certains résidents, comme Bobby Thomas, membre de la nation de Lytton, ont toutefois refusé de s’y rendre.

Je ne veux pas y retourner parce que ça me briserait le cœur. Je sais que ma maison est détruite, qu’il n’y a plus rien et ce sera triste de voir Lytton ainsi.

Une citation de :Bobby Thomas, résident de Lytton

Même si elle se dit anxieuse et triste à l’idée de voir le village détruit, Chloe Ross assure qu’elle a besoin de voir plus que les vidéos pour croire ce qui s’est passé.

Rien de tout cela ne semble réel [...] je n’ai jamais rien vécu de pareil, explique-t-elle, en ajoutant que ses parents ont refusé de participer à la visite de vendredi.

La jeune femme vit maintenant à Kamloops, mais sa grand-mère vivait toujours à Lytton quand le feu a rasé le village.

Nous devons reconstruire

Katrina Sam savait qu’elle avait perdu sa maison et ses biens avant même de monter dans l’autobus. Elle avait vu des photos et des vidéos qui ont circulé parmi les sinistrés.

C’était vraiment difficile, mais je savais à quoi m’attendre, j’avais seulement besoin de le voir, explique-t-elle à son retour de la visite.

Une clôture blanche avec des décombres à l'arrière.

Il reste très peu de structures encore debout à Lytton. Seules quelques cheminées et clôtures s'érigent entre les décombres de ce qui était des maisons.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Elle raconte qu’il ne reste plus rien de sa maison ni de celles des membres de sa famille qui sont maintenant éparpillés dans les villes environnantes.

Elle espère maintenant pouvoir réunir les siens et commencer à penser à l’avenir de la communauté nichée dans le canyon du Fraser.

Lytton sera toujours notre chez nous [...] nous avons seulement besoin de le reconstruire et un jour nous pourrons rentrer à la maison.

Une citation de :Katrina Sam, résidente de Lytton

Le BST du Canada enquête

Une équipe d’enquêteurs s’est également rendue à Lytton afin de recueillir des informations sur l’incendie impliquant possiblement un train de marchandises , indique le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada.

Cette semaine, le porte-parole du Canadien National (CN), Mathieu Gaudreault, a précisé que la compagnie n’avait pas avisé le BST d'un incident, puisque le train n’avait pas causé l’incendie.

Rectificatif :

Une version précédente de ce texte déclarait par erreur que Mathieu Gaudreault était le porte-parole du Canadien Pacifique alors qu'il est plutôt celui du Canadien National.

Un agent du BST s’est rendu sur place, vendredi, afin d’enquêter sur l’origine de l’incendie. Un train du Canadien Pacifique (CP) a été identifié dans le secteur au moment du feu, confirme la présidente du BST, Kathy Fox.

Le train se trouve maintenant à Vancouver et fera l'objet d'un examen dans le cadre de l’enquête.

Des voitures brûlées devant les ruines d'un bâtiment.

De nombreuses voitures ont été brûlées lors de l'incendie qui s'est rapidement propagé dans le village.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Le BST enquête seulement lorsqu’un événement est rapporté, explique sa présidente, ce qui n’a pas été le cas la semaine dernière.

Plus tôt cette semaine, nous avons contacté le CP et le CN pour leur demander si quelque chose s’était produit lorsqu’ils sont passés par Lytton et l’on nous a répondu que non, dit-elle.

Un enquêteur de la BST ira également à Sparwood

Un autre enquêteur sera envoyé près de Sparwood, au sud-est de la province, pour vérifier certaines informations concernant un autre incendie.

Jeudi, un feu qui s’était déclenché près d’un chemin de fer a mené à l’évacuation de 46 propriétés près de Elko, à une soixantaine de kilomètres de Sparwood.

Moratoire ferroviaire de 48 h

Pour assurer la sécurité des résidents qui se rendent à Lytton vendredi afin d’y voir l’état du village qui a été dévasté par les flammes il y a plus d’une semaine, Ottawa a exigé un arrêt du transport ferroviaire pour deux jours.

Le ministre des Transports, Omar Alghabra, a signé un arrêté ministériel obligeant les compagnies ferroviaires Canadien Pacifique (CP) et Canadien National (CN) à cesser leurs activités dans le secteur durant une période de 48 heures.

Les ruines d'un bâtiment à Lytton.

Plusieurs maisons et structures ont été endommagées lors du feu qui a ravagé le village le 30 juin dernier.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Cet arrêté ministériel est mis en place dans l’intérêt de la sécurité ferroviaire et pour la protection des résidents qui regagnent temporairement leur domicile afin de l'inspecter, et ce, de la façon la plus sécuritaire possible, écrit le ministre dans un communiqué.

La cause de l'incendie n'a pas été établie, bien que des dirigeants autochtones locaux affirment que le mouvement des trains par temps de sécheresse extrême faisait peur à leur communauté.

Avec des informations de La Presse canadienne de Wildinette Paul et de Meera Bains

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !