•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les déjeuners gratuits du Stampede, une tradition qui tient bon

Des personnes se font servir des oeufs brouillés et des saucisses en plein air.

Les déjeuners gratuits du Stampede existent depuis 1923.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Les traditionnels déjeuners aux crêpes à l’américaine sont de retour avec le Stampede cette semaine. À cause de la pandémie, plusieurs événements ont dû être annulés. Les déjeuners, qui, eux, ont bien lieu, voient leur fréquentation augmenter.

Comme chaque année depuis cinq ans, Gloria et Fred Ahrendt commencent leur journée de Stampede avec un déjeuner gratuit. Vendredi dernier, ils sont allés à celui organisé par Cash Casino, dans le sud de Calgary.

Nous adorons le Stampede et ses déjeuners. En général, nous nous rendons à au moins trois déjeuners par an, dit Gloria Ahrendt. Nous préférons éviter ceux qui rassembleront beaucoup de gens, comme celui du centre commercial Crossiron Mills.

L'événement a à peine commencé, mais la file d'attente est déjà longue. Rapidement, il faut commencer à rationner en ne servant qu'une crêpe à l’américaine par personne.

À l'intérieur, les visiteurs font encore la queue dans un espace qui n’avait pas vu une telle fréquentation depuis plus de 15 mois.

Dans la cuisine, le chef est sur le pied de guerre. Son équipe doit préparer plus de 2000 portions d'œufs brouillés et 4000 pancakes, soit bien plus que les années précédentes.

Gloria et Fred Ahrendt dans un parc de stationnement devant le Cash Casino.

Gloria et Fred Ahrendt ont l'habitude d'attendre une heure avant de manger.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

C'est amusant comme ambiance. On fait toujours des rencontres. Ça fait du bien, surtout après cette pandémie, explique Bob McMormack, qui fréquente ces déjeuners depuis 40 ans.

Sur place, les visiteurs ont droit au traditionnel plat : crêpe à l’américaine, œufs brouillés, saucisses et bacon.

Après une heure d'attente, Gloria et Fred Ahrendt ont enfin une assiette à la main. J’ai tellement faim, mais c’est normal d’attendre aussi longtemps, avoue Gloria, chapeau de cowboy sur la tête.

Célébrer et faire des affaires

Pour les nouveaux propriétaires du Cash Casino, ce déjeuner est une belle occasion de montrer leur soutien au Stampede et d'attirer de nouveaux clients.

Nous sommes ravis d'accueillir les gens dans ce casino que nous avons rénové pendant la pandémie, dit Naim Ali, président de SM2 Capital et propriétaire des lieux. Ils peuvent profiter de la nourriture offerte et peut-être jouer aux machines à sous.

Le nombre de visiteurs dépasse rapidement les 1000 entrées prévues, peut-être parce que le Stampede, cette année, n'organise qu'une trentaine de déjeuners dans toute la ville.

Une assiette avec une crêpe, des oeufs et une saucisse.

Plus de 4000 crêpes à l'américaine seront servies au Cash Casino.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

L'association Wood's Homes a choisi de ne rien mettre en place sur son terrain cette année. Son équipe a pourtant l'habitude de servir près de 3000 personnes depuis 30 ans.

Nous n'avons pas eu assez de temps pour tout organiser à temps à cause de la pandémie, déclare Sylvia MacIver, porte-parole de Wood's Homes.

Symbole de l'hospitalité

Le déjeuner du Stampede, symbole de l'Ouest canadien, est une tradition depuis 1923.

Les pancakes, c'est la base de l'hospitalité dans l'Ouest. Tout a commencé lorsqu’un éleveur, Jack Morton, s’est mis spontanément à servir à manger sur l'avenue Stephen depuis l’arrière de son chariot, raconte Christine Leppard, historienne du Stampede. Depuis, l'idée est vraiment de célébrer cette hospitalité et d'entretenir des liens dans la communauté.

Des déjeuners gratuits seront servis jusqu'à la fin du Stampede. Plusieurs des endroits où se régaler sont indiqués sur le site Internet des déjeuners (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !