•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restaurateurs refusent d'accueillir le Parti conservateur du Québec et Éric Duhaime

Le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, prononce un discours.

Éric Duhaime est le chef du Parti conservateur du Québec depuis avril.

Photo : Radio-Canada

Des restaurateurs de la région refusent l’accès au Parti conservateur du Québec (PCQ) et à son chef, Éric Duhaime, qui souhaitaient y tenir des rassemblements dans le cadre d’une tournée du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Trois d’entre eux, la microbrasserie l’Hopera de Jonquière, le bistro-café Summum de Chicoutimi et la microbrasserie du Lac-Saint-Jean, à Saint-Gédéon, ont signifié à l’organisateur du parti dans la région, Jimmy Voyer, que les militants n’étaient pas les bienvenus.

Sur la page Facebook d’Éric Duhaime, il était possible de voir, vendredi, que trois événements prévus dans ces établissements les 13 et 14 juillet ont été rayés de l’agenda.

Les tenanciers concernés ont dénoncé la façon employée par l’organisateur régional du parti, Jimmy Voyer, lorsqu’il a réservé. Il s’est bien nommé au téléphone, mais a omis de mentionner que la réservation visait la tenue d’un rassemblement partisan. 

Sur sa page Facebook, le propriétaire de l’Hopera, Vladimir Antonoff, y est allé d’une sortie en règle. Il a expliqué que, pour son entreprise, les convictions et les valeurs sont plus importantes que l’argent.

En entrevue vendredi après-midi, Vladimir Antonoff en a rajouté. Il n’a pas du tout apprécié la démarche du parti et, bien que son restaurant demeure un lieu public, il a rappelé que la direction a le choix de décider si elle souhaite, ou non, être le théâtre d’activités à caractère politique.

Oui, c’est public l’Hopera, mais ça reste que c’est une entreprise privée. Des fois, on a des valeurs et les valeurs de M. Duhaime ne correspondent pas forcément aux nôtres. Donc, le fait d’apprendre qu’il y avait un rassemblement politique chez nous sans être au courant, on a fait un petit peu le saut, a-t-il dit. C’est par l’entremise de clients, qui ont vu une publicité pour la tenue d’un 5 à 7 à l’Hopera sur la page Facebook d’Éric Duhaime, que le brasseur a décidé d’agir.

Vladimir Antonoff ajoute que, lorsqu’il a communiqué avec Jimmy Voyer pour lui dire que les troupes conservatrices n’étaient pas les bienvenues chez lui, l’annulation n’a pas été bien reçue.

On nous a référé à des événements qu’on a faits pour des partis politiques. On a tenu notre bout avec les associés et on a dit : non, ça ne nous tente pas. Évidemment, la fin de la conversation s’est très mal passée. Est-ce qu’on aura de la mauvaise publicité? C’est probable. Est-ce qu’on va vivre avec? Définitivement. On n’est pas à la première anicroche à l’Hopera. Mais c’est ça vivre avec des valeurs, des convictions et on va l’assumer jusqu’au bout.

Une citation de :Vladimir Antonoff, copropriétaire, microbrasserie l'Hopera

Le nom d’Éric Duhaime jamais mentionné

L’organisateur Jimmy Voyer admet qu’il n’a pas mentionné la présence du chef Duhaime lorsqu’il a réservé.

Je n’ai jamais mentionné que le chef allait être présent. C’est peut-être ça qui a causé le litige. Je disais que c’était pour le PCQ, mais je n’ai pas nécessairement dit que le chef était pour être là. Je pense que ça, ça fait peut-être un peu réagir, a-t-il convenu.

Il nie avoir menacé les restaurateurs qui lui ont fait faux bond en leur disant que son équipe leur ferait mauvaise presse. Cela dit, l’organisateur de la tournée d’Éric Duhaime admet avoir dit à l’un d’entre eux que la culture de l’annulation, c’est un jeu qui se joue à deux.

Notre but est toujours de faire découvrir les petits entrepreneurs. Quand je réserve, je réserve toujours à mon nom et je mentionne au passage que c’est pour un rassemblement politique, que c’est pour le Parti conservateur du Québec. On a toujours pris nos réservations sans aucun problème. Depuis ce matin, on a des annulations en cascade , a-t-il affirmé, ajoutant qu’il comprend que différents restaurateurs ne veulent pas être associés, de quelque façon que ce soit, au Parti conservateur du Québec.

On parle d’organisations privées. Elles sont parfaitement dans leur droit de refuser ou d’accepter qui ils veulent. Mais aussitôt qu’on décide de boycotter un certain parti, on entre dans la joute politique. Ça change la donne. Soit on refuse tout le monde ou on accepte tout le monde, croit Jimmy Voyer, qui a été candidat du Parti populaire du Canada aux élections de 2019 et qui était aussi au conseil d’administration de la défunte formation politique municipale Alliance Saguenay, dirigée par Dominic Gagnon.

Un complot, selon le chef

Éric Duhaime a réagi en fin de journée. Il croit que la sortie des restaurateurs et l’annulation des réservations découlent d’un complot mis en branle par d’autres formations politiques.

Je comprends que nos adversaires politiques, quand ça a été rendu public, se sont mis à harceler les propriétaires de ces établissements-là et à les menacer. Certains sont sortis pour dire qu’ils ne voulaient plus les recevoir. Je ne veux pas m’en prendre aux restaurateurs. Les restaurateurs du Québec ont eu une année extrêmement difficile. La dernière chose que je voudrais, c’est leur faire du tort.

Une citation de :Éric Duhaime, chef, Parti conservateur du Québec

Éric Duhaime ajoute qu’en démocratie, tous les partis et leurs idéologies ont leur place. Le chef du Parti conservateur et ancien animateur de radio s’en est pris directement au député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, qui a applaudi la décision des restaurateurs sur les réseaux sociaux.

Je ne suis pas d’accord avec M. Gaudreault, je ne suis pas un péquiste. Cela étant dit, il a le droit de se présenter, il a le droit de parler à ses gens et ils ont le droit de se réunir. On vit en démocratie. Avant d’être un conservateur, je suis d’abord et avant tout un démocrate, et ça me déçoit que mes adversaires fassent passer leurs intérêts partisans avant le sens de la démocratie, a poursuivi Éric Duhaime, dont le parti compte dorénavant un député à l’Assemblée nationale, l’ex-caquiste Claire Samson.

Éric Duhaime est convaincu que d’autres établissements seront prêts à accueillir les rassemblements conservateurs. Pour l’instant, la seule destination confirmée du chef Duhaime et de ses troupes au Saguenay-Lac-Saint-Jean est le restaurant Capitaine Bob de Roberval. Le restaurant ne prend pas de réservations et le propriétaire, Sébastien Bouchard, n’a pas l’intention de refuser l’accès aux troupes conservatrices si elles se présentent chez lui.

Un parti ou un autre, c’est du pareil au même. Ils ont tous le même agenda. C’est une mascarade et ils sont tous des marionnettes, a tranché le propriétaire.

Avec Michel Gaudreau, Gilles Munger et Kenza Chafik

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !