•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Avant les élections, c’est l’été des chéquiers

Les libéraux plongent dans l’été à la recherche des 15 nouveaux sièges dont ils ont besoin pour regagner leur majorité. Et ils sont prêts à sortir le chéquier pour y parvenir.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, posant pour une photo avec deux personnes autochtones en habits traditionnels dans la Première Nation Cowessess, en Saskatchewan, le 6 juillet 2021.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, posant avec deux jeunes Autochtones en habits traditionnels des Cowessess, en Saskatchewan, le 6 juillet 2021.

Photo : CBC / Matthew Howard

Tant les libéraux minoritaires que les partis d’opposition entreprennent leur tournée estivale de fin de pandémie pour reprendre contact avec la population vaccinée et déconfinée. Et pour tester certaines lignes d’attaque et jauger les appuis à de futures promesses électorales.

À première vue cette semaine, on pourrait croire que Justin Trudeau cherche à faire des percées dans l’Ouest canadien, alors qu’Erin O’Toole veut y protéger ses acquis; que Jagmeet Singh veut générer des appuis en Colombie-Britannique et en Ontario, alors qu’Yves-François Blanchet prend le pouls des Québécois.

Le coup d’envoi

Si l’odeur des élections se fait encore plus persistante en ce moment, c’est notamment parce que Justin Trudeau a joué deux cartes maîtresses au début de l’été.

D’abord, la nouvelle gouverneure générale est nommée et sera bientôt installée. C’est politiquement moins malaisant de demander la dissolution du Parlement au détenteur permanent du poste plutôt qu’au juge en chef de la Cour suprême qui assure l’intérim.

Ensuite, le budget a finalement été adopté en fin de session. Ce qui permet aux ministres libéraux de sortir leur chéquier durant l’été. Et ils ne s’en gênent pas. Au cours des derniers jours, les annonces libérales se multiplient afin de souligner les priorités du gouvernement et de donner un avant-goût de leur programme électoral à venir.

À noter le chèque unique de 500 $ qui sera versé à la mi-août aux prestataires de la Sécurité de la vieillesse de 75 ans et plus : il donne peut-être une indication de la date du déclenchement.

Certaines annonces de ministres libéraux en juillet :

  • 220 M$ pour des projets d'infrastructures au Québec
  • 40 M$ pour Internet haute vitesse dans le Bas-Saint-Laurent
  • 22 M$ pour les ports de pêche dans les Maritimes
  • 2 M$ pour le milieu de la mode à Montréal
  • 4 M$ pour l’industrie culturelle de Toronto
  • 5 M$ pour le recyclage d’aluminium à Shawinigan
  • 5 M$ pour les producteurs laitiers du Lac-Saint-Jean

À ce chapitre, le ministre des Transports Omar Alghabra a fait des arrêts dans au moins six villes en trois jours, dans des régions-clés pour les libéraux (de Québec à Toronto, en passant par Trois-Rivières et Montréal), pour faire la promotion du projet de train à grande fréquence (TGF). Une promesse préélectorale récurrente (les libéraux l’avaient également promis en 2019). On peut se demander si c’est le train ou les annonces qui sont à grande fréquence.

Plus de libéraux dans l’Ouest?

Le premier ministre Trudeau délie aussi les cordons de la bourse et se réserve les plus gros montants, avec 3 milliards de dollars pour l’établissement d’un système de services de garde en Colombie-Britannique, 1 milliard pour le transport en commun à Calgary et 1 milliard à Surrey et 40 millions pour les services à l’enfance autochtone en Saskatchewan.

Il se permet même des annonces aux côtés de deux premiers ministres provinciaux de partis adverses, le conservateur Scott Moe (Saskatchewan) et le néo-démocrate John Horgan (Colombie-Britannique). Une façon d’essayer de convaincre les électeurs de ces provinces que son gouvernement peut tenir parole malgré les différences politiques. Et une façon aussi de venir jouer dans les platebandes d’Erin O’Toole et de Jagmeet Singh.

Justin Trudeau et John Horgan.

Après Coquitlam, le premier ministre Justin Trudeau et le chef du gouvernement de la Colombie-Britannique, John Horgan, se sont retrouvés vendredi, à Surrey.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms (CBC)

À ce sujet, la dynamique en Alberta est intéressante. Malgré une rencontre en privé, le premier ministre Jason Kenney n’a pas partagé la même scène que Justin Trudeau lors d’une annonce fédérale-provinciale sur le transport en commun. Jason Kenney semble aussi avoir boudé son collègue conservateur Erin O’Toole (qu’il a pourtant appuyé durant la course à la direction), malgré deux événements presque simultanés à l’ouverture du Stampede de Calgary.

Ce qui fait dire aux libéraux (et même à certains conservateurs) que, même dans le bastion bleu des Prairies, tous les sièges conservateurs ne sont pas sûrs, notamment dans certaines régions urbaines auparavant détenues par des libéraux. Surtout si des candidats vedettes, comme le maire sortant d’Edmonton Don Iveson, se laissent tenter par les sirènes libérales.

De même, la relation de Justin Trudeau avec le premier ministre John Horgan de la Colombie-Britannique (ils ont fait deux annonces ensemble en deux jours) pourrait ajouter du piquant aux luttes à trois qui sont souvent la norme dans cette province.

Le chef du Parti conservateur Erin O'Toole lors d'une conférence de presse à Calgary.

Les appuis aux conservateurs semblent stagner dans l'Ouest, écrit notre analyste. Même le premier ministre albertain Jason Kenney paraît bouder le chef conservateur Erin O'Toole.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Élections postpandémie

Aucun parti politique à Ottawa ne voulait d’élections pandémiques. Le redressement de la situation sanitaire retire peut-être une des dernières barrières au déclenchement de la campagne.

Mais cela dépendra beaucoup de la volonté du gouvernement et du premier ministre, et de la rétroaction qu’il recevra des électeurs, tant dans sa tournée estivale que dans les sondages internes. Et à regarder les sondages publics des dernières semaines, on peut comprendre que plusieurs libéraux trouvent que le fruit est mûr.

Les conservateurs semblent stagner, même dans l’Ouest. Et surtout, chez les électeurs qui se considèrent comme au centre du spectre politique, ceux qu’Erin O’Toole veut séduire pour devenir premier ministre. Ses stratèges font le pari que de quitter l’écran des rencontres virtuelles et de tenir des événements en personne durant l’été pourra renverser cette tendance.

La force du Bloc qui semble se maintenir au Québec pourrait mettre des embûches sur le chemin de la majorité de Justin Trudeau. En 2019, dix des courses les plus serrées au Québec étaient entre le Bloc et le PLC.

Le NPD pourrait venir brouiller les cartes en Colombie-Britannique et dans certaines régions en Ontario. Le parti peine à remonter la pente dans les intentions de vote, mais Jagmeet Singh demeure personnellement plus populaire que son parti.

L’économie en tête

Le plus récent coup de sonde indique que l’économie devient la préoccupation première des Canadiens, au fur et à mesure que le taux de vaccination augmente et que les gens ont l’impression que le pire de la pandémie est derrière eux.

Normalement, c’est un enjeu que les conservateurs jugent avantageux pour eux. Ils aiment répéter qu’ils ont présidé à la reprise économique après la récession de 2008. Les néo-démocrates essaient pour leur part de montrer que c’est grâce à eux que les plus vulnérables ont obtenu des versements d’aide plus généreux que ce que les libéraux prévoyaient au départ.

Les libéraux estiment qu’il est avantageux pour eux de déclencher des élections alors que le versement des Prestations d’urgence est encore frais dans la mémoire des gens, mais que la facture totale n’a pas encore à être payée. Selon eux, le moment charnière se trouve dans la transition entre la pandémie et la relance économique.

Avec les dépenses de plusieurs dizaines de milliards de dollars pour la relance prévues dans le budget du printemps (même si le directeur du budget estime que l’ampleur du stimulus dépasse largement les besoins réels de l’économie), les libéraux ont voulu se donner les outils afin d’occuper ce champ de bataille.

Avant les élections, c’est l’été des chéquiers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !