•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mauvaise qualité de l'air ne fait pas bon ménage avec la COVID-19

Un ciel rempli de fumée surplombe une prairie traversée par une route de campagne.

La qualité de l'air risque aussi de se détériorer en Alberta, à cause des feux de forêt en C.-B.

Photo : Radio-Canada / Kyle Brittain

Toux, irritation de la gorge, maux de tête ou essoufflement : la fumée générée par les feux de forêt en Colombie-Britannique peut accentuer les problèmes respiratoires causés par la COVID-19, selon des experts en santé.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique met en garde la population contre les risques associés à la mauvaise qualité de l’air, risques décuplés pour les personnes qui ont été atteintes de la maladie causée par le coronavirus.

La pollution atmosphérique peut irriter les poumons, entraîner des inflammations et nuire au système immunitaire. Cela peut être plus difficile encore pour les personnes touchées par la COVID-19.

Une citation de :Krystal Northey, responsable des communications au ministère de la Santé de la Colombie-Britannique

Depuis le début de la pandémie, plus de 145 000 personnes ont été contaminées par la COVID-19 en Colombie-Britannique. Fait encourageant, le nombre de nouveaux cas et de cas actifs est relativement bas depuis plusieurs semaines.

Oui, les personnes qui ont été atteintes par la COVID-19 risquent d’être plus sensibles à la pollution de l’air, mais il reste encore beaucoup de recherches à faire quant aux effets à long terme de la COVID-19 sur la santé.

Une citation de :Michael Brauer, professeur à la Faculté de médecine de l’Université de la Colombie-Britannique

Environnement Canada rappelle que les enfants, les aînés et les personnes atteintes d'une maladie cardiovasculaire ou pulmonaire, comme l'asthme, sont aussi plus à risque.

Afin de limiter les risques associés à la fumée, il est conseillé de rester hydraté, de réduire les activités physiques à l’extérieur, de fermer les fenêtres lorsque l’on est chez soi ou dans sa voiture et d’utiliser l’air climatisé, d’avoir recours à un purificateur d’air lorsque c'est possible.

L’utilisation de masques N95 peut aussi s’avérer plus efficace contre la pollution que des masques médicaux ou en tissu.

Indices de risque élevés

La province, actuellement aux prises avec une saison de feux de forêt qui s’annonce historique après le passage du dôme de chaleur dans l'Ouest, compte plus de 200 feux actifs. Plus d’une dizaine de régions sont concernées par des bulletins sur la mauvaise qualité de l’air.

La fumée pourrait également affecter la province voisine de l'Alberta si les vents changeaient.

La fumée touche surtout les régions de l’intérieur de la province. L’Okanagan, par exemple, comportait cette semaine des risques modérés pour la santé. La ville de Kamloops est la pire au classement, avec des risques élevés.

Les villes de Prince George, dans le nord, ainsi que Quesnel et Williams Lake, dans la région de Cariboo, ont aussi présenté au cours de la semaine des risques élevés liés à la qualité de l'air.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !