•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abandon d’un projet immobilier sur un terrain de golf ontarien réputé

Une balle de golf déposée sur un vert pour une main d'homme avec, à l'avant-plan, la silhouette floue de la tête d'un fer droit.

Le club de golf Glen Abbey demeurera tel quel.

Photo : Getty Images / Cliff Hawkins

Radio-Canada

Le ministre des Affaires municipales et du Logement de l’Ontario, Steve Clark, a annoncé vendredi que ClubLink s'était engagé à retirer ses plans de construire plus de 3000 logements et des bureaux sur le terrain du club de golf Glen Abbey, dont la compagnie est propriétaire.

Dans un communiqué, le ministre Clark a assuré que le club, dont le tracé du terrain de golf a été conçu par le légendaire Jack Nicklaus, continuera d’exister tel quel.

« Je suis extrêmement reconnaissant envers ClubLink pour sa coopération et pour avoir veillé à ce que ce paysage patrimonial soit protégé. »

— Une citation de  Steve Clark, ministre des Affaires municipales et du Logement de l’Ontario

Le ministre avait reçu cette semaine une demande officielle de la part de la Ville d'Oakville et de la région de Halton priant le gouvernement provincial d'utiliser ses pouvoirs pour intervenir et protéger la propriété. M. Clark a préféré contacter ClubLink, qui a accepté de coopérer pour le maintien du terrain.

La compagnie ClubLink n’a pas répondu à la demande de Radio-Canada pour livrer ses commentaires sur le sujet à l'heure de la publication.

Le projet immobilier sur le site qui a accueilli l’Omnium canadien à une vingtaine de reprises était au centre d’une bataille judiciaire depuis plusieurs années.

Des audiences au Tribunal ontarien de l'aménagement du territoire devaient avoir lieu en août, mais ClubLink s’est engagé à retirer son appel, selon Steve Clark.

Le maire d’Oakville, Rob Burton, a déclaré dans un communiqué que la protection du site représente précisément ce pour quoi le conseil municipal, celui de la région de Halton et les résidents d’Oakville ont travaillé pendant de nombreuses années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !