•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la moitié des personnes infectées ressentent des symptômes pendant des mois

Un physiothérapeute guide un patient avec ses exercices.

Un patient atteint du syndrome post-COVID reçoit des traitements dans une clinique à Londres.

Photo : AP / Kirsty Wigglesworth

Selon une analyse de l’Agence de la Santé publique du Canada (ASPC), plus de 80 % des personnes infectées par la COVID-19 ressentent des symptômes après quatre semaines et 56 % au-delà de trois mois après leur diagnostic.

Afin d’avoir un portrait plus juste sur ce qu’on appelle le syndrome post-COVID (communément appelé COVID longue), l’ASPC a révisé des dizaines d’études (Nouvelle fenêtre) publiées à travers le monde.

Quand nous avons commencé cette revue systématique, il y avait peu d'informations à propos de ce syndrome, dit Francesca Reyes Domingo, chercheuse scientifique pour l’ASPC. Maintenant, il y a tellement de nouvelles études qui sortent, il est important de colliger cette information pour aider les autorités à prendre des décisions et à fournir des soins en fonction des données probantes.

Les experts peinent à comprendre ce phénomène (il n'existe pas encore de définition clinique reconnue), mais ces études montrent que ces personnes rapportent une panoplie de symptômes.

En fait, plus de 100 symptômes, séquelles ou difficultés à effectuer des activités courantes ont été relevés quatre semaines ou plus après le diagnostic.

Parmi les symptômes les plus fréquents, on compte la fatigue, la douleur ou l'inconfort, les troubles du sommeil, l'essoufflement et l'anxiété ou la dépression.

On dénote aussi des troubles neurocognitifs, de la douleur (dans les articulations, la poitrine ou les muscles), des lésions des organes, des vertiges, de la tachycardie et des troubles de l'odorat et du goût.

Certaines personnes voient leurs symptômes réapparaître de façon intermittente. Certains ont des symptômes persistants bénins, d’autres sévères. Cette COVID-19 de longue durée semble toucher les personnes de tout âge, peu importe la sévérité de leurs symptômes lors de la phase aiguë. Les enfants aussi traînent des séquelles de la COVID-19.

Un lourd fardeau sur le système de santé à prévoir

On estime que plus d’un million d’Américains et de Britanniques souffrent d’une forme du syndrome post-COVID-19. Avec plus de 1,4 million de Canadiens déjà infectés, le fardeau pourrait être tout aussi lourd sur le système de santé au pays, prévient l’Agence.

Le fardeau de ces symptômes sera également lourd au Canada et aura de sérieuses ramifications sur le système de santé et sur la productivité de la main-d'œuvre, écrivent les auteurs dans leur étude.

L’Agence précise que plus de 10 % des personnes avec des symptômes à long terme n’ont pas pu retourner travailler.

Ce sera un problème post-pandémie important, dit la Dre Angela Cheung, qui a collaboré avec l’Agence sur cette revue systématique. Si le nombre de cas diminue et que la vaccination va bon train, nous nous inquiétons tout de même du nombre de personnes qui ont ou qui auront le syndrome post-COVID.

Depuis des mois, la Dre Cheung, du University Health Network à Toronto et co-responsable de l’étude CANCOV sur la COVID-19 de longue durée, traite des centaines de patients souffrant de ce syndrome. Certains n'ont que 17 ans. Elle dit que plusieurs ressentent énormément de frustration et se sentent souvent seuls.

Ils ne sont pas rétablis après plusieurs semaines et ils se demandent si ça va s'arrêter un jour. Parfois leur médecin ne comprend pas et présume que c’est un problème de santé mentale.

Mme Reyes Domingo affirme que les analyses de l’ASCP viennent valider ce que vivent des milliers de personnes après avoir été infectées. Ils voient que d’autres personnes souffrent des mêmes symptômes qu’eux.

La Dre Cheung rappelle que la vaccination est le meilleur moyen pour éviter d’être infecté et de souffrir du syndrome post-COVID. Je dis aux gens qui pensent qu’il n’y a pas de danger s’ils ne sont pas hospitalisés à cause de la COVID-19 : "Tu ne veux pas prendre le risque de souffrir de ce syndrome post-COVID."

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !