•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Université Memorial : les droits de scolarité vont plus que doubler en 2022

Un gel des droits de scolarité existe à Terre-Neuve-et-Labrador depuis 1999.

Vianne Timmons.

Vianne Timmons, rectrice de l'Université Memorial, en a fait l'annonce vendredi, à Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

L’Université Memorial, à Terre-Neuve-et-Labrador, annonce que les droits de scolarité des nouveaux étudiants vont plus que doubler en septembre 2022. Par la suite, les droits augmenteront annuellement de 4 %.

À l’heure actuelle, l’Université Memorial a les droits de scolarité les moins élevés du pays. Les étudiants de premier cycle de Terre-Neuve-et-Labrador paient 2550 $ par année et les élèves canadiens paient 3300 $.

Mais dès septembre 2022, les droits de scolarité vont passer à 6000 $ pour les étudiants canadiens de premier cycle. Pour les étudiants internationaux, les droits s’élèvent actuellement à 11 460 $ et vont atteindre 20 000 $.

Pour les étudiants déjà inscrits à l’université, les droits de scolarité demeureront les mêmes pour l’année scolaire qui commence en septembre 2021. Mais ils vont aussi augmenter progressivement, de 4 % par année, à compter de 2022.

Les augmentations, détaillées vendredi, sont le résultat de l’élimination d’un gel en vigueur depuis deux décennies, une décision dévoilée dans le dernier budget provincial.

Cette décision n’a pas été prise à la légère, affirme la rectrice de l’université, Vianne Timmons.

Les droits des étudiants de deuxième cycle et des étudiants en médecine ne vont pas changer.

L’Université Memorial note que les droits de scolarité seront toujours les moins élevés des quatre provinces de l’Atlantique, malgré les changements.

L’objectif est de rester l’université la plus abordable en Atlantique, affirme Mme Timmons.

Elle estime qu’environ 600 étudiants de moins pourraient s’inscrire à des cours en 2022-2023 en raison des changements. L’université accueille, en temps normal, près de 3000 nouveaux étudiants de premier cycle par année.

Un gel qui existe depuis 1999

Les étudiants qui commenceront leurs études postsecondaires en septembre sont nés après l'instauration du gel des droits de scolarité par le gouvernement de Brian Tobin, en 1999. À l’époque, la province avait annoncé le gel pour améliorer l’accès à l'enseignement universitaire.

Depuis avril, deux rapports indépendants ont recommandé l’élimination du gel des droits de scolarité, en notant les pressions budgétaires de l’université, qui a supprimé 10 % de sa main-d'œuvre au cours des cinq dernières années, et les déficits structurels du gouvernement provincial.

Les investissements [dans le domaine des études postsecondaires] ne sont pas soutenables, selon le rapport Greene, une analyse indépendante des finances publiques publiée en mai.

Dans son dernier budget, déposé en mai, le gouvernement provincial a annoncé qu’il éliminerait progressivement le gel des droits de scolarité sur une période de cinq ans, ce qui représente une réduction d’environ 20 % au financement total accordé à l’université.

En 2021-2022, la subvention globale versée à l’université, qui comprendra pour la dernière fois 68 millions de dollars pour maintenir le gel actuel, atteindra 373 millions.

Une aide financière supplémentaire du gouvernement

Le ministre de l’Éducation, Tom Osborne, a annoncé vendredi deux soutiens financiers pour amoindrir les répercussions de l'augmentation des droits de scolarité sur les étudiants de Terre-Neuve-et-Labrador.

D’abord, un nouveau programme d’aide destiné aux étudiants à faible revenu permettra à certains résidents d’obtenir une subvention non remboursable allant jusqu'à 3450 $ par année, ce qui équivaut à l'augmentation des droits annoncée par l’université. Des familles ayant un revenu inférieur à 117 021 $ seront admissibles.

Tom Osborne.

Le ministre de l'Éducation de Terre-Neuve-et-Labrador, Tom Osborne

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Environ 880 élèves pourraient participer au programme en 2022, selon le ministère de l'Éducation. La mesure devrait coûter 18 millions de dollars à la province.

La province va aussi augmenter de 60 $ la limite hebdomadaire de la portion provinciale des prêts étudiants.

Vianne Timmons avait signalé en mai dernier, lors du dépôt du budget de l'université, que les droits de scolarité allaient augmenter en 2022.

Le conseil d'administration a donné le feu vert aux nouveaux droits de scolarité jeudi soir. Il a pris sa décision à huis clos, après avoir demandé aux membres du syndicat étudiant de quitter les lieux.

Nous savons qu'aujourd'hui encore, les étudiants et étudiantes ont du mal à payer leur loyer, leurs factures et leur nourriture, malgré le gel des droits de scolarité, affirme Isabel Ojeda, organisatrice de la section terre-neuvienne de la Fédération canadienne des étudiants et étudiantes. Avec ces changements, ça va être très grave pour les étudiants. [...] Les étudiants et étudiantes qui nous écrivent nous disent que la direction que l’université semble prendre leur fait peur.

Mme Timmons a dit qu’elle s’attend à des manifestations des étudiants.

Je serai surprise s’il n’y a pas de manifestations, affirme-t-elle, en notant que les augmentations aux droits seront révisées annuellement par le conseil d’administration de l’université. Mais nous avons adopté une position pour la rentrée 2022 qui ne changera pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !