•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Où est la vérité? », se demande la maman des petites Carpentier

Le visage d'une femme triste.

Amélie Lemieux est la maman de Norah et Romy, les deux fillettes assassinées l'été dernier par leur père, Martin Carpentier, à Saint-Apollinaire.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Les contradictions de la Sûreté du Québec (SQ) révélées par Radio-Canada quant au moment de la mort de Norah et Romy Carpentier, à Saint-Apollinaire, choquent leur maman. Un an après le drame, Amélie Lemieux confie qu'elle ne sait plus qui croire.

Selon de nouvelles informations obtenues par Radio-Canada, tout indique que Martin Carpentier aurait assassiné ses filles environ 18 heures après un mystérieux accident de voiture, avant de s’enlever la vie.

La SQ affirmait pourtant en point de presse, le 22 juillet 2020, que les événements s’étaient joués en huit heures à peine, et qu’elle n’aurait rien pu faire de plus.

Photos de deux fillettes en noir et blanc.

Malgré leur absence, les petites Norah et Romy sont encore très présentes chez leur mère, Amélie Lemieux.

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Bouchard

Amélie Lemieux se souvient d'avoir été surprise par cette déclaration. Tout juste avant le point de presse, lors d’une rencontre avec les enquêteurs, la SQ n’avait pas voulu s’avancer sur le moment du décès de ses filles. Moi, ça me choque, lance Amélie Lemieux, qui a accepté de se confier à Radio-Canada.

Pourquoi on peut jouer avec les faits comme ça? Est-ce qu’ils m’ont menti à moi ou ils mentent au public? Pourquoi est-ce que l'information est différente?

Une citation de :Amélie Lemieux, maman de Norah et Romy Carpentier

La maman de Norah et Romy ne peut pas s’empêcher de penser que ses filles auraient pu être trouvées en vie. Ma vie serait différente. Elles [les filles] seraient encore là, je ne serais pas brisée, je ne serais pas obligée de me reconstruire.

Amélie Lemieux en entrevue.

Entrevue avec Amélie Lemieux

Photo : Radio-Canada

Hantée

Elle se dit aujourd'hui hantée par les dernières minutes de ses filles. Qu'est-ce qu'elles ont vécu? Est-ce qu'elles m'ont demandé? Est-ce qu'elles avaient faim?, se demande Amélie Lemieux.

Le 8 juillet 2020 en soirée, le véhicule accidenté de Martin Carpentier a été retrouvé inoccupé sur l’autoroute 20, à la hauteur de Saint-Apollinaire.

Un véhicule accidenté sur l'autoroute.

Le véhicule de Martin Carpentier a été retrouvé accidenté sur l'autoroute 20.

Photo : Sûreté du Québec

L’alerte Amber déclenchée le lendemain, en fin de journée, s’est transformée en chasse à l’homme après la découverte des corps sans vie de Norah et Romy. Martin Carpentier a été retrouvé mort 10 jours plus tard, quelques kilomètres plus loin.

Un an s’est écoulé depuis et la mère des filles peine à croire qu’elle est encore debout.

Des policiers transportent un sac contenant le corps trouvé vers un véhicule.

Le corps de Martin Carpentier a été retrouvé derrière une résidence du rang Saint-Lazare, à plus de 5 kilomètres du lieu de l'accident.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Triste anniversaire

Amélie Lemieux se prépare à souligner le premier anniversaire de la mort tragique de ses enfants ce dimanche, 11 juillet, jour de la découverte des filles, faute de connaître le moment exact de leur mort.

Je n’ai pas d'autre date encore. Ça aurait pu être le 8, la journée du départ, mais je sais qu'elles vivaient encore, explique-t-elle. La coroner va sortir son rapport et peut-être que l'année prochaine, ça va changer, mais pour l'instant, c'est le 11, c'est la journée qu'on m'a annoncé qu'elles n’étaient plus là, souffle-t-elle.

Deux femmes assises l'une en face de l'autre.

Un an après le drame qui lui a arraché ses deux filles, Amélie Lemieux s'est confiée à Marie-Pier Bouchard.

Photo : Radio-Canada

Après s’être retrouvée sous les projecteurs bien malgré elle, Amélie Lemieux veut vivre ce moment dans un cocon très serré, avec sa famille et ses amis.

On s'est rendu compte qu'on ne s'est pas arrêté en famille pour se parler et pleurer. Ne serait-ce que pour se dire les vraies choses.

Une citation de :Amélie Lemieux

Sur le coup de 21 h dimanche, elle laissera s’envoler 60 lanternes chinoises avec des amis, pour que les filles n’oublient pas le chemin de la maison.

Une chandelle pour Norah et Romy

Parce qu’elle sait que les gens n’ont pas oublié et qu’elle partage son deuil avec tout le Québec, la maman des sœurs Carpentier invite ceux qui veulent se joindre à elle, en pensée, à allumer une chandelle, à 21 h.

Image d'une chandelle allumée, sur fond noir, avec les inscriptions « Norah & Romy » au bas.

Amélie Lemieux dit s'inspirer de cette image qui a circulé abondamment sur les médias sociaux après la découverte des fillettes sans vie.

Photo :  Facebook

Amélie Lemieux veut qu’on se souvienne de ses filles et non de leur fin. Elle espère créer un mouvement de foule.

Je veux vraiment illuminer le Québec pour qu'elles [Norah et Romy] voient, en haut sur leur nuage, qu’elles ne sont pas oubliées.

Une citation de :Amélie Lemieux, maman de Norah et Romy Carpentier
Amélie Lemieux en entrevue.

Entrevue avec Amélie Lemieux

Photo : Radio-Canada

La question qui persiste

Si le temps panse tranquillement les blessures, il ne répond pas pour autant à toutes les questions. L'une d'entre elles est particulièrement persistante : Comment Martin a fait pour me cacher son état cette journée-là?, s'interroge Amélie Lemieux. Moi j'étais là cette journée-là et je n'ai rien vu, rien décelé.

Elle savait que Martin [Carpentier] n’allait pas bien et elle dit lui avoir offert de l’aider avec les filles et la maison. Elle n’aurait jamais pu penser qu’il puisse faire ce qu’il a fait. Il y en a plein qui font des dépressions et ça ne finit pas de même, lance-t-elle.

Romy, Martin et Norah Carpentier étaient recherchés par la police.

Romy, Norah et leur père, Martin Carpentier

Photo : Radio-Canada

Par ailleurs, Amélie Lemieux est convaincue que Martin Carpentier n’a pas voulu la blesser. Il n’a pas utilisé les enfants pour m'atteindre moi, il n’a pas fait ce geste-là de plein acte de conscience, selon elle.

Bien qu’il lui ait enlevé ses filles, elle ne veut pas entretenir de hargne, de colère et de frustration à l’égard de son ex-conjoint. Il n’est plus là de toute façon pour recevoir ça.

La maman de Norah et Romy insiste aussi sur le fait qu’il n’y a pas seulement elle qui souffre depuis le drame, mais toute sa famille.

Amélie Lemieux en entrevue.

Entrevue avec Amélie Lemieux

Photo : Radio-Canada

Amélie Lemieux souhaite que les gens prennent un moment pour réaliser à quel point ils sont chanceux de border leurs enfants tous les soirs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.