•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les journaux de l’empire Irving sous-traitent certaines tâches à une multinationale

Des exemplaires du journal.

Les publicités anglophones des journaux de Brunswick News, dont le Times & Transcript de Moncton, seront montées par l'entreprise AffinityX.

Photo : Radio-Canada / Pascal Raiche-Nogue

Brunswick News, l’entreprise de presse de la famille Irving, a décidé de sous-traiter une partie de la conception de ses publicités à une multinationale. Le changement entraîne la perte d’emplois à Saint-Jean.

Radio-Canada Acadie a appris que Brunswick News (BN) va confier la conception graphique de ses publicités anglophones à l’entreprise AffinityX. Cette société est notamment active en Inde, aux Philippines et aux États-Unis.

La plupart des graphistes basés à Saint-Jean et chargés de créer les publicités pour les nombreux journaux anglophones de BN, dont les quotidiens Times & Transcript, Telegraph-Journal et Daily Gleaner, sont touchés par cette décision.

Certains d’entre eux ont déjà perdu leur emploi. D’autres seront mis à pied prochainement ou ont décroché un poste ailleurs dans l’entreprise.

Avant la pandémie, ils étaient une quinzaine à faire ce travail à Saint-Jean, mais leur nombre a fluctué au cours des derniers mois en raison du ralentissement économique au Nouveau-Brunswick.

Les graphistes qui montent les publicités des journaux francophones de BN, qui sont basés à Moncton, sont épargnés par ces coupes.

Un climat maussade, mais une décision qui ne surprend pas

Les employés qui ont accepté de nous parler sous le couvert de l’anonymat affirment que le climat est maussade à l’interne. La plupart des personnes touchées travaillaient chez BN depuis plusieurs années.

La décision de sous-traiter une partie du graphisme à une entreprise étrangère n’a cependant pas causé une grande surprise au sein des équipes, nous a-t-on dit. C’est que les ventes de publicités sont à la baisse, dans ces publications comme dans le reste de l’industrie.

Il ne s’agit pas des premières coupes au sein de BN – qui a un quasi-monopole sur la presse écrite anglophone au Nouveau-Brunswick – depuis le début de la pandémie.

En mai 2020, l’entreprisea décidé de fermer définitivement les bureaux locaux de ses hebdomadaires dans plusieurs communautés, dont Bathurst, Campbellton, Miramichi, Richibucto et Edmundston. Les employés de ces publications ont continué à travailler à la maison.

Radio-Canada Acadie a contacté BN afin d’avoir des précisions, mercredi avant-midi, sans succès.

On ignore pour le moment où exactement seront montées les publicités de ses journaux anglophones, ce qui l’a poussé à sous-contracter une partie de son graphisme à AffinityX et si son équipe francophone subira un jour le même sort.

Salaire annuel d’un graphiste chez AffinityX en Inde: de 3755 $ à 5841 $

Sur son site, AffinityX indique qu’elle compte plus de 2000 employés en Inde, aux Philippines et d’un bout à l’autre des États-Unis. La majeure partie de son personnel, soit plus de 1700 personnes, travaille à Pune, en Inde.

AffinityX offre des services spécialisés de marketing et de création pour les petites et moyennes entreprises. Elle fait miroiter à ses clients des réductions de coûts de l’ordre de 40 % à 60 %. Ces économies sont entre autres rendues possibles par le très faible coût de la main-d'œuvre en Inde. C’est du moins ce que l’on peut déduire en consultant le site web de l’entreprise.

Il y a moins de deux semaines, AffinityX a lancé un appel aux candidatures dans ce pays afin d’attirer des graphistes comptant de six mois à cinq ans d’expérience.

Les candidats doivent entre autres parler et écrire l’anglais et être prêts à se voir confier des quarts de travail nocturnes obligatoires. Ils doivent posséder leur propre ordinateur portable et avoir une connexion internet à haut débit.

Le salaire annuel affiché est de 3755 $ à 5841 $ (soit de 225 000 à 350 000 roupies indiennes). Cela représente un salaire de 1,80 $ à 2,80 $ l’heure (pour des semaines de 40 heures).

C’est beaucoup moins que ce que gagnent les graphistes de BN à Saint-Jean et à Moncton.

Au Nouveau-Brunswick, le salaire annuel minimum brut est de 24 440 $ par année (pour 52 semaines de 40 heures). Le salaire minimum horaire est de 11,75 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !