•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD demande une enquête criminelle sur les pensionnats pour Autochtones

Mumilaaq Qaqqaq et Charlie Angus en conférence de presse avec des photos.

En conférence de presse jeudi, les députés Mumilaaq Qaqqaq et Charlie Angus ont montré des photos de deux prêtres qui ont été accusés d'abus sexuels et physiques dans des pensionnats pour Autochtones.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) du Canada appelle le gouvernement fédéral à lancer une enquête criminelle indépendante à la suite des découvertes de sépultures non marquées près d’anciens pensionnats à travers le pays.

Nous demandons la nomination immédiate d’un procureur spécial qui aura le pouvoir et les ressources pour conduire une étude approfondie et complète sur les pensionnats, les écoles, les sanatoriums, et partout où les enfants autochtones ont vécu des décennies d’abus et de violence, a déclaré Mumilaaq Qaqqaq, députée fédérale néo-démocrate du Nunavut, en conférence de presse jeudi.

Le NPD demande qu’une fois nommé, le procureur spécial interagisse avec la Cour pénale internationale en reconnaissant qu'il s'agit de crimes contre l’humanité afin de tenir responsables les coupables.

Nous ne pouvons pas faire confiance au ministère de la Justice sans l’intervention d’un procureur indépendant et d’observateurs internationaux, a expliqué Mumilaaq Qaqqaq.

La députée a cité en exemple l'attitude du gouvernement canadien, qui a discrètement suspendu le mandat d'arrêt contre un prêtre oblat français accusé d'avoir abusé d'enfants au Nunavut.

Le procureur spécial devra avoir le pouvoir d’exiger des documents de l’Église et du gouvernement fédéral, a ajouté le député de Timmins—Baie-James, Charlie Angus, lors de la conférence de presse.

Plusieurs survivants des pensionnats reprochent au gouvernement fédéral de restreindre l'accès à des documents sensibles.

De son côté, le gouvernement fédéral soutient qu'il n'a pas le pouvoir d'initier une enquête criminelle, puisqu’il s'agit d'un pouvoir exclusif des services policiers.

Le ministre [de la Justice, David] Lametti a eu des discussions franches et productives avec les dirigeants autochtones sur les prochaines mesures que le gouvernement doit prendre pour soutenir les communautés autochtones, détaille par écrit l'attachée de presse du ministre Lametti, Chantalle Aubertin.

Notre gouvernement a l'intention d'écouter et de veiller à ce que toutes les mesures prises soient en collaboration avec les Autochtones, axées sur les survivants et adaptées à leur culture.

Une citation de :Chantalle Aubertin, attachée de presse du ministre de la Justice, David Lametti

Des voix en faveur d'accusations criminelles

Les appels des communautés autochtones pour des accusations criminelles se sont multipliés depuis les découvertes de sépultures, selon le Chef Elmer St. Pierre du Congrès des peuples autochtones.

Il y a des prêtres et des nonnes qui sont encore vivants, ici au Canada, et qui ont participé aux pensionnats, pointe le Chef.

Les responsables doivent répondre de leurs actes. Ces enfants ont le droit à la justice. [...] Mais avec les registres qui n’ont parfois pas été tenus dans les pensionnats, ça va être difficile, constate Elmer St. Pierre.

J’espère que la guérison viendra une fois que l’on aura retrouvé ces enfants et qu’ils seront enterrés avec respect.

Une citation de :Chef Elmer St. Pierre du Congrès des peuples autochtones

L’Association des femmes autochtones du Canada appuie également la tenue d’une enquête criminelle.

Nous demandons que des accusations soient portées contre le Canada et les églises qui exploitaient les pensionnats en vertu de la Loi canadienne sur les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre, explique Steven Pink, conseiller juridique de l’association.

Poursuivre les fouilles

En conférence de presse, le NPD a également demandé plus de financement fédéral pour que les communautés autochtones enquêtent sur de potentiels sites de sépultures et rapatrient les dépouilles auprès des familles.

M. Pink souligne que davantage de soutien financier est nécessaire pour effectuer des recherches sur les sites d'anciens pensionnats.

Le sénateur Murray Sinclair, qui participait à la Commission de vérité et réconciliation (CVR) a été clair : il s'attendait à plus de 6000 sépultures sur le site d'anciens pensionnats, rappelle M. Pink.

Début juin, Ottawa a versé 27 millions $ pour soutenir les communautés qui souhaitent engager des recherches (Nouvelle fenêtre) autour des sites qui ont autrefois abrité les pensionnats.

La CVR a publié un rapport en 2015 sur l'histoire et l'héritage du système des pensionnats canadiens. Selon le député Angus, ce n'était qu'une première étape.

La CVR n'avait pas le mandat de poursuivre en justice et de s'en prendre aux auteurs de ces crimes. Les Canadiens et les communautés autochtones réclament justice, a-t-il déclaré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !