•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce qu'on sait sur le variant Lambda

Le Québec a au moins 27 cas jusqu'à maintenant.

Un travailleur de la santé vaccine un habitant du sud du Pérou avec un vaccin Pfizer-BioNTech.

Les premiers échantillons du variant lambda du coronavirus ont été analysés au Pérou en août 2020. Le variant Lambda s'est propagé en Amérique du Sud et en Europe, notamment.

Photo : AFP

Radio-Canada

Un autre variant du coronavirus, appelé Lambda, découvert à l'origine au Pérou, a été détecté au Canada, y compris au Québec.

L'Agence de la santé publique du Canada dit être au courant d'au moins 11 cas du C.37 au pays en date du 5 juillet, mais il semble y en avoir plus.

En effet, l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a recensé à lui seul 27 cas du 11 mars au 5 mai 2021.

L'Alberta rapporte deux cas liés à des voyages, alors que Santé publique Ontario doit publier ses données vendredi.

Selon la Dre Theresa Tam, l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, il est trop tôt pour savoir à quel point ce variant s'est propagé au pays et dans quelle mesure il pourrait causer de nouvelles infections.

Le variant Lambda, découvert pour la première fois en août 2020, s'est propagé depuis dans différents pays en Amérique du Sud, que ce soit le Pérou, l'Équateur, l'Argentine ou le Chili, ainsi qu'en Europe, notamment.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) l'a classé à la mi-juin comme un variant d'intérêt, notant qu'il a entraîné des taux élevés de transmission communautaire dans de multiples pays.

Le C.37 renferme plusieurs mutations qui peuvent le rendre plus contagieux et résistant aux anticorps, explique le Dr Lucas Castellani, professeur à l'École de médecine du Nord de l'Ontario.

Il y a des mutations dans la protéine spicule [à la surface du virus], et nous savons à quel point cette protéine est un élément important du virus. Ces mutations sont légèrement différentes de celles qu'on a vues auparavant, indique-t-il. Pour l'instant, la portée de ces mutations est peu connue.

Le Dr Anthony Chow, spécialiste des maladies infectieuses et professeur à l'Université de la Colombie-Britannique (UBC), affirme que le C.37 a le potentiel de devenir un variant préoccupant.

[Le Lambda] est très transmissible, ce qui a été un trait des variants préoccupants, la façon dont ils se propagent.

Une citation de :Le Dr Anthony Chow, professeur à l'Université de la Colombie-Britannique

Les vaccins marchent-ils contre le Lambda?

Des données préliminaires des États-Unis laissent entendre que les vaccins actuellement disponibles protègent contre ce nouveau variant. Toutefois, l'OMS affirme que plus de données sont nécessaires pour tirer des conclusions.

Le Dr Chow presse les Canadiens à se faire vacciner. Certains s'inquiètent des effets secondaires du vaccin, dit-il. Mais les complications que peut causer le virus sont bien pires que n'importe quel des effets secondaires possibles.

Le Dr Jérome Leis, directeur de la prévention des infections à l'Hôpital Sunnybrook de Toronto, affirme qu'il s'agit d'un variant à surveiller, mais pas nécessairement à s'inquiéter pour l'instant.

Pour l'instant, il n'y a pas de preuve scientifique qui démontre que le vaccin ne serait pas efficace.

Une citation de :Dr Jérome Leis, chercheur à l'Hôpital Sunnybrook

Le professeur Castellani est d'accord. Si vous êtes vacciné, [le Lambda] n'est pas trop inquiétant, soutient-il. On passe d'un virus qui peut entraîner une maladie grave, la mort ou des séquelles majeures à une infection gérable.

Selon lui, le nombre de cas du variant risque toutefois d'augmenter au pays durant l'été avec la levée des restrictions dans les différentes provinces et les déplacements.

Le professeur de médecine Jeffrey Joy, de UBC, met l'accent sur la surveillance. Il nous faudrait un bon système de surveillance moléculaire pancanadien, dit-il, pour limiter les zones chaudes de nouveaux variants avant qu'ils ne se répandent davantage au pays.

L'Agence de la santé publique du Canada se défend : Le gouvernement du Canada collabore avec les provinces et les territoires, ainsi qu'avec le Réseau canadien de génomique du COVID (CanCOGeN), afin d'intensifier rapidement la surveillance, le séquençage et les efforts scientifiques visant à détecter les variantes connues et potentiellement émergentes du virus COVID-19 qui sont préoccupantes.

Pour sa part, l'INSPQ dit continuer à surveiller l'évolution de la situation. À l’heure actuelle, le variant Lambda n’est pas classé comme un variant préoccupant par l’Agence de Santé Publique du Canada (ASPC) et par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), puisque les données disponibles ne démontrent pas qu’il est plus transmissible ou réduit l’efficacité des vaccins, indique l'Institut.

Avec des renseignements fournis par Lauren Pelley, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !