•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des attaques quasi quotidiennes contre les intérêts américains en Irak

Des hommes armés et des véhicules de police dans la rue

Des membres du Hachd al-Chaabi contrôlent l'entrée de la Zone verte à Bagdad.

Photo : Reuters / THAIER AL-SUDANI

Agence France-Presse

Trois roquettes ont visé tôt jeudi l'ambassade américaine en Irak à l'issue d'une journée marquée par l'une des opérations les plus importantes de ces derniers mois contre les intérêts américains dans le pays et une tentative d'attaque au drone déjouée en Syrie voisine.

Ces opérations, rarement revendiquées, mais très souvent saluées par les pro-Iran en Irak, semblent coordonnées et interviennent huit jours après des frappes américaines en Syrie et en Irak contre des positions du Hachd al-Chaabi, puissante coalition pro-Iran désormais partie des forces régulières irakiennes.

Une dizaine de miliciens ont été tués dans ces raids et le Hachd avait promis de se venger.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, trois roquettes se sont abattues près de l'ambassade américaine à Bagdad, a annoncé l'armée irakienne.

Les batteries de défense C-RAM sont entrées en action dans la nuit, ont constaté des journalistes de l'AFP, alors que l'armée assurait que les trois projectiles n'avaient pas touché l'ambassade elle-même, mais des endroits à proximité dans la Zone verte de Bagdad qui est très protégée.

L'attaque contre la base aérienne irakienne d'Aïn al-Assad, qui abrite des militaires américains dans l'ouest désertique de l'Irak, s'est produite à la mi-journée.

Pas moins de 14 roquettes sont tombées sur la base et dans son périmètre. Les systèmes de défense ont été activés, a tweeté le porte-parole de la coalition internationale antidjihadiste en Irak, le colonel Wayne Marotto.

L'attaque a fait deux blessés légers, a-t-il précisé.

Peu après, des forces kurdes de Syrie ayant combattu le groupe armé État islamique (EI) ont affirmé avoir déjoué une attaque de drone près d'une importante base de la coalition emmenée par les États-Unis dans l'est de la Syrie, dans la zone du champ pétrolier d'Al-Omar.

L'attaque en Irak a été revendiquée par un groupe se présentant comme les Brigades de revanche de la mort d'Al-Mohandis, qui a promis de forcer les Américains à quitter le territoire irakien. Ce groupe inconnu porte le nom de l'ancien no 2 du Hachd, Abou Mehdi al-Mohandis, tué avec le puissant général iranien Qassem Soleimani dans un raid américain en janvier 2020 à Bagdad.

Accélération des attaques antiaméricaines

Les différentes factions du Hachd ont reçu l'ordre de multiplier les attaques contre les Américains en Irak, a récemment indiqué à l'AFP une source au sein de la coalition, devenue force incontournable en Irak, pays pris en étau entre ses deux grands alliés américain et iranien, eux-mêmes grands ennemis.

Selon cette même source, le général iranien Esmaïl Qaani, successeur de Soleimani, était à Bagdad au début du mois pour rencontrer notamment les différentes factions pro-Iran du pays.

Depuis le début de l'année, une cinquantaine d'attaques ont été menées contre des intérêts américains, mais elles se sont accélérées ces derniers jours.

Aïn al-Assad avait déjà été visé lundi par trois roquettes et, quelques heures plus tard, l'ambassade américaine avait été menacée par un drone, abattu par le système C-RAM.

Mardi soir, une attaque avec des drones piégés a été perpétrée contre l'aéroport d'Erbil, au Kurdistan irakien (nord), qui abrite également une base de la coalition internationale.

Drones : un casse-tête pour les Américains

Pour l'analyste irakien Ali Beder, interrogé par l'AFP, ces attaques sont avant tout une démonstration de force, mais n'ont pas d'effet sur la présence américaine en Irak, où quelque 2500 soldats américains sont toujours déployés dans le cadre de la coalition anti-groupe armé État islamique.

Il n'en reste pas moins que l'utilisation des drones est un véritable casse-tête pour la coalition, car ces engins volants peuvent échapper aux batteries de défense C-RAM, installées par l'armée américaine pour défendre ses troupes.

Signe que les États-Unis s'inquiètent des nouvelles attaques au drone, ils ont récemment annoncé offrir jusqu'à trois millions de dollars pour des informations sur les attaques visant leurs intérêts en Irak.

Le porte-parole du département d'État américain Ned Price a estimé mercredi soir que ces attaques étaient représentatives de la menace que les milices pro-Iran sont pour la souveraineté et la stabilité de l'Irak.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !