•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario octroie 32,7 millions de dollars à la lutte contre les dépendances

La ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott, lors d'une conférence de presse à Queen's Park.

La ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott, en a fait l'annonce par voie de communiqué. (Archives)

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Le gouvernement de l'Ontario a annoncé mercredi qu'il dépenserait 32,7 millions de dollars pour soutenir les personnes souffrant de dépendances, dont 6,9 millions pour aider celles qui consomment des opioïdes.

Ces nouveaux investissements seront consacrés aux services communautaires qui soutiennent le rétablissement tout au long de la vie, un programme gouvernemental. De plus, une partie de l'argent servira à créer des lits pour les adultes et les jeunes qui ont besoin d'un soutien intensif. 

Cette décision intervient alors que l'Ontario continue de constater une augmentation constante du nombre de personnes victimes de surdose pendant la pandémie de COVID-19. Une nouvelle étude de l'Université de Waterloo montre qu'entre 2000 et 2017 le nombre de décès liés aux opioïdes a augmenté de 592 % au pays.

Les décès associés à la dépendance aux opioïdes en Ontario ont également triplé depuis 2011.

L'Association canadienne pour la santé mentale en Ontario a déclaré à La Presse canadienne qu'elle se réjouit de ce financement, mais note qu'il ne va pas assez loin.

Le financement du gouvernement est annualisé et énoncé dans sa Feuille de route pour le mieux-être, un plan axé sur la gestion du système et des services de santé mentale de l'Ontario.

Dans l'annonce d'aujourd'hui, la ministre de la Santé, Christine Elliott, a déclaré que le financement visera trois objectifs : Prévenir les méfaits liés à la consommation de substances en mettant les gens en contact avec des mesures de réduction des méfaits, investir dans la stabilisation afin d'encourager le traitement et d'établir une base solide pour les transitions entre les fournisseurs de services, et améliorer l'accès aux traitements fondés sur la science.

Avec des informations de La Presse canadienne et de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !