•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Naviguer 850 km sur le Saint-Laurent à bord d'une embarcation faite à la main

Justin Roy et Nicolas Roy se promènent autour de leur bateau à voile qui est accosté sur la plage.

Justin Roy (à gauche) a construit lui-même son embarcation baptisée Le Morse.

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

Longer la Côte-Nord à bord d'une embarcation construite de ses propres mains de A à Z, c'est un rêve que le charpentier-menuisier de marine de Sherbrooke, Justin Roy, a longtemps chéri.

Le souhait de Justin Roy s'est concrétisé le 4 juillet dernier, lorsqu'il a entrepris son périple de Tadoussac vers l'Est, à bord de son bateau à voile de type « peapod », qu'il a baptisé Le Morse.

Une petite figurine d'un morse repose sur une pagaie dans une embarcation nautique accostée au large du fleuve Saint-Laurent.

Le morse, qui est aussi le nom de l'embarcation nautique de Justin Roy, est devenu la mascotte de sa traversée.

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

Il souhaite parcourir les 850 km qui le séparent de Kegaska en un mois, à coup de 30 km par jour.

J'avais envie de voir du paysage, voir la mer aussi, explique Justin Roy. La Côte-Nord, en tout cas pour moi, de Sherbrooke, c'est ce qui se rapproche un petit peu du bout du monde, ajoute-t-il.

C'est avec fierté qu'il navigue sa création.

Je me sens comme un petit gars qui a fait sa boîte à savon puis qui descend la plus grosse côte de sa ville.

Une citation de :Justin Roy, capitaine du voilier Le Morse

Après quelques jours en mer à ramer et à naviguer avec sa voile, le capitaine du Morse est d'avis que la flexibilité, la patience et l'écoute de ses propres limites physiques sont de mise. Il doit se plier aux volontés des marées pour accoster le soir, sur la terre ferme, et pour repartir le lendemain matin.

La météo est très changeante, rapporte Justin Roy.

Justin Roy ne sera jamais seul à bord de son embarcation. Il sera accompagné de plusieurs co-équipiers tout au long de son aventure. C'est son frère, Nicolas Roy qui assure le premier relais.

Justin Roy et Nicolas Roy sont habillés avec plusieurs épaisseurs de combinaison qui vont dans l'eau. Ils sourient à la caméra et se trouvent sur la plage.

Nicolas Roy (à gauche) et Justin Roy (à droite) ont entrepris leur périple le 4 juillet dernier.

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

Moi j'embarque à pieds joints parce que c'est vraiment, vraiment intéressant, témoigne Nicolas Roy. C'est emballant, à vrai dire, de se mettre dans cette ambiance-là. C'est loin, c'est des choses qu'on ne fait pas souvent, dit-il.

Ce sera la plus longue expédition en mer de Justin Roy jusqu'à ce jour, après deux ans de préparation, où il a construit Le Morse à temps perdu. Les six derniers mois ont toutefois été un marathon pour Justin Roy, question de se préparer physiquement et psychologiquement au voyage.

Nicolas Roy et Justin Roy sont en train de travailler sur leur bateau à voile qui est accosté sur la plage à marée basse.

Les deux navigateurs doivent se plier aux horaires des marées pour accoster puis repartir en mer le lendemain matin.

Photo : Radio-Canada / Zoé Bellehumeur

C'est surtout ramer, de se garder en forme. C'est toute la préparation de toutes les rations de nourriture, préparer le bateau.

Une citation de :Justin Roy, capitaine de Morse

Lorsque le navigateur accostera à Kegaska dans une trentaine de jours, il reviendra vers l'Ouest par la terre ferme, avec une remorque pour Le Morse.

Une fois son aventure terminée, le capitaine n'écarte pas l'idée de vivre l'expérience à nouveau, cette fois-ci en Basse-Côte-Nord, entre Kegaska et Blanc-Sablon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !