•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Morts dues aux opioïdes : augmentation de 592 % en 17 ans, selon une étude

Fentanyl, un opioïde synthétique qui peut être de 50 à 100 fois plus puissant que la morphine.

Le fentanyl est un opioïde. (Archives)

Photo : .

Radio-Canada

Le nombre de morts causées par des opioïdes a augmenté de 592 % entre 2000 et 2017 au pays, indique une nouvelle étude de l'Université de Waterloo.

En utilisant les données de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC), les chercheurs de l'école de pharmacie de l'Université ont constaté qu'il y avait 20 morts dues aux opioïdes par million de personnes en 2000. Ce chiffre est passé à 118,3 morts par million de personnes en 2017.

L'étude a été publiée en ligne le 25 juin dans Addiction, la revue de la Société pour l'étude de la toxicomanie.

Après 2015 [...] les chiffres explosent. Nous avons eu des augmentations énormes entre 2015 et 2017, a déclaré le Dr Wasem Alsabbagh, professeur de pharmacie et auteur principal de l'étude, en entrevue à CBC News. Avant [2015], l’augmentation était progressive, mais nous n'y avons pas beaucoup [prêté] d'attention.

Le Dr Alsabbagh a déclaré que d'autres études ont examiné les articles de presse sur l'épidémie d'opioïdes et que très peu ont été publiés avant 2013.

Nous ne voyions pas combien de personnes mouraient et que ce chiffre allait en augmentant dans toutes les provinces canadiennes au cours des années 2000 à 2013, a-t-il déclaré.

Augmentation importante des hospitalisations

Les chercheurs ont déclaré qu'il était important d'examiner les données de l’année 2000, car les évaluations des morts, des hospitalisations et des visites aux urgences liés aux opioïdes au Canada se sont principalement appuyées sur les bases de données provinciales, tandis que les évaluations nationales ne fournissent généralement pas d'informations avant 2016.

Les hospitalisations ont augmenté de manière importante entre 2000 et 2012, passant de 159,7 hospitalisations liées aux opioïdes par million de personnes en 2000 à 325,3 hospitalisations en 2012, indique l'étude.

Les visites aux urgences ont également augmenté de 188 %, passant de 280,6 par million de personnes en 2000 à 810,1 en 2012. Le Dr Alsabbagh a précisé que les chercheurs attendent toujours les chiffres actualisés pour les hospitalisations et les visites aux urgences après 2012.

Augmentation des surdoses et des morts

Les surdoses et les morts présumément dues aux opioïdes restent élevées dans tout le pays.

Dans la région de Waterloo, les ambulanciers paramédicaux ont dit avoir répondu à 39 surdoses entre le 27 juin et le 3 juillet 2021, dont 11 appels le 2 juillet. En date du 4 juin, la région avait signalé 49 morts présumées liées aux opioïdes depuis le début de l’année.

Mardi, la Wellington Guelph Drug Strategy a signalé que trois morts survenues au cours du dernier mois étaient possiblement dues à des surdoses d'opioïdes, et qu'il y avait eu sept surdoses soupçonnées au cours des cinq jours précédents.

Un communiqué de presse de la stratégie antidrogue a pointé du doigt le fentanyl rouge, qui est considéré comme particulièrement toxique.

En Colombie-Britannique, en moyenne, six personnes meurent chaque jour de la consommation d'opioïdes, et la province est en passe d'enregistrer plus de 2000 morts cette année. Parmi eux, une jeune fille de 12 ans de l'île de Vancouver est morte en avril. Sa famille a déclaré que sa mort était survenue lors de sa quatrième surdose.

La pandémie pourrait également jouer un rôle important dans l'augmentation des surdoses et des morts dues aux opioïdes. Un rapport national publié en octobre dernier a révélé que la santé globale des Canadiens s'est détériorée au cours des huit premiers mois de la pandémie et que davantage de personnes se tournent vers les drogues, l'alcool et le tabac plutôt que vers l'exercice physique pour faire face au stress.

Dans le rapport, les travailleurs de première ligne ont dit à l'ASPC que les restrictions sociales ont poussé les gens à utiliser des opioïdes alors qu’ils étaient seuls, diminuant ainsi les chances d'intervention en cas de surdose et contribuant à l'augmentation du nombre de morts liées aux surdoses.

CBC Kitchener-Waterloo a contacté la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, pour obtenir des commentaires sur l'étude de l'Université de Waterloo et demander ce que le gouvernement ferait pour lutter contre l'épidémie d'opioïdes, mais n'a pas reçu de réponse.

Selon le Dr Alsabbagh, les chercheurs ont également noté qu'entre 2000 et 2011, le nombre de personnes qui sont mortes dans l'année suivant leur sortie de l'hôpital pour un traitement lié aux opioïdes est passé de 3,9 % à 7,4 %.

Le portrait d'un homme en sarrau

Le Dr Wasem Alsabbagh est un des auteurs de l'étude.

Photo : offerte par Wasem Alsabbagh

Selon lui, cela montre qu'il est nécessaire d’offrir un soutien adéquat aux personnes qui survivent à des hospitalisations liées aux opioïdes.

Nous ne savons pas exactement ce qui arrive à ces personnes, mais nous savons que nous devrions leur offrir plus de soins, plus de soutien, plus de liens vers des programmes pour les aider.

Il s'agit d'un problème complexe, a-t-il noté, qui comporte de nombreux aspects médicaux et sociaux, de sorte qu'une équipe multidisciplinaire doit travailler ensemble pour offrir de l’aide. Cela peut inclure des pharmaciens qui travaillent avec les patients et avec les médecins qui prescrivent des médicaments afin de s'assurer que les opioïdes ne sont prescrits que lorsque cela est nécessaire, a déclaré le Dr Alsabbagh.

Il a ajouté que l'épidémie d'opioïdes ne touche pas seulement les individus, mais aussi la communauté.

Personne n'est à l'abri de l'épidémie d'opioïdes. Nous avons tendance à penser que cela n'arrive qu'aux personnes marginalisées... eh bien, cela arrive partout.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !