•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La région accueille des femmes enceintes de Chibougamau

Le ventre d’une femme enceinte

Les femmes de Chibougamau enceintes de plus de 36 semaines doivent quitter la région pendant deux semaines en juillet.

Photo : iStock

Une interruption du service d'obstétrique au Centre de santé de Chibougamau force des femmes enceintes de Chibougamau à se rendre ailleurs au Québec par prévention et pour accoucher. Le mesure est effective pendant deux semaines en juillet.

Le Centre de santé de Chibougamau recommande ainsi aux femmes qui se retrouvent à 36 semaines de grossesse ou plus de se déplacer vers un autre centre accoucheur pendant cette période.

Une quinzaine de femmes enceintes de la Jamésie et quelques-unes provenant de communautés autochtones sont touchées par la mesure. De ce nombre, six sont attendues au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

L’hôpital de Dolbeau-Mistassini a été désigné comme l'établissement pour offrir les soins. Les femmes peuvent tout de même accoucher là où elles veulent.

Enceinte de 35 semaines et demie, Jennifer Boily a échappé, par quelques jours seulement, au fait de devoir passer une semaine loin de la maison. Toutefois, elle devra mettre le cap sur le Saguenay lors du prochain bris de service d'obstétrique prévu du 20 au 27juillet.

Puisque je serai à environ 37 semaines, je devrai quitter Chibougamau. On doit quitter notre chez-nous pour s’en aller plus près d’un centre qui offre l’accouchement. On doit se réserver un hôtel ou aller chez de la famille, explique-t-elle.

Jennifer Boily et son conjoint ont loué une résidence à Saguenay, là où ils ont des connaissances. Les frais de déplacement, de repas et de logement sont remboursés aux familles concernées. Toutefois, rien n’est prévu pour les journées de travail perdues.

En retrait du travail depuis la 20e semaine de grossesse, elle se considère chanceuse malgré tout. Son conjoint pourra poursuivre le travail à distance pendant cette semaine loin de la maison.

J’aurais pu aller chez de la famille à Québec. En même temps, on se dit que c’est dommage de faire la route de Québec à Chibougamau, ajoute-t-elle.

Celle qui attend son premier enfant pour le 10 août pense déjà à la route qui sépare Chibougamau du Saguenay, qui s'étend sur environ 350 kilomètres.

C’est ce qui cause le plus de stress si on veut. Il y a quand même un deux heures et demi sans signal cellulaire. Le parc de Chibougamau, ce n’est pas super plaisant de le faire à 37 semaines de grossesse. C’est ce qui cause un peu plus d’inquiétude

Elle craint également de devoir faire la route avec un bébé naissant.

C’est le retour aussi pour ma part. Si j’accouche là-bas, de faire la route avec un bébé de quelques jours à peine. Et une femme qui vient d’accoucher n’a pas vraiment envie de faire quatre heures de route. On n’aura pas le choix si ça arrive. On n’a pas grand contrôle là-dessus, ajoute-t-elle.

Plus de 1000 km de route

Chloé Sasseville doit quitter Chibougamau, à deux reprises, pendant le mois de juillet. Enceinte de 36 semaines, elle a roulé les quelque 300 kilomètres qui séparent sa ville d’Alma. Sans son conjoint, elle passera la première semaine chez de la famille. Elle retournera à la maison pour quelques jours puisque les services d’obstétrique reprendront du 13 au 20 juillet. En compagnie de son conjoint, elle se rendra ensuite à Roberval.

Celle qui attend également un premier enfant se serait bien passée d’un tel stress. Elle déplore le fait d’avoir appris cette nouvelle il y a à peine quelques jours.

La route est également un élément inquiétant pour elle. Le dernier mois est souvent un mois de repos. Je devrai faire la route seule. Je ne ferai que de la route pendant ce mois, dit-elle.

Bris de service au Lac-Saint-Jean

L'hôpital de Dolbeau-Mistassini, qui a été désigné par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, comme point de service pour les femmes de Chibougamau vit, lui aussi, des bris de service. L'unité d'obstétrique et de pédiatrie est fermée une fin de semaine sur deux, soit du jeudi au lundi. Les accouchements sont ainsi possibles pendant 10 jours dans une période de 14.

Le CIUSSS a dû analyser la demande de Chibougamau vu le contexte de main-d'oeuvre plus difficile en période estivale. Heureusement, les besoins pour Chibougamau ne correspondent pas aux périodes de fermeture à Dolbeau-Mistassini.

On a fait l'analyse. Avec le nombre d'accouchements attendus dans notre territoire, on est mesure d’absorber l’ensemble des demandes et des besoins du territoire de Chibougamau. Nos équipes sont prêtes à accueillir ces mamans. On va leur donner le meilleur service possible avec une équipe dédiée pour les bébés à naître , indique la directrice des programmes Santé mentale dépendance et du programme jeunesse au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Marika Bordes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !