•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Pentagone annule le mégacontrat d’infonuagique de Microsoft

Une vue aérienne du Pentagone.

Le quartier général du département de la Défense avait accordé un contrat d'infonuagique de 10 milliards de dollars américains à Microsoft en 2019.

Photo : AFP / Saul Loeb

Agence France-Presse

Le département américain de la Défense a annoncé mardi avoir annulé le mégacontrat d’informatique dématérialisée (en nuage) d'une valeur de 10 milliards de dollars américains (12,5 milliards de dollars canadiens) qu'il avait attribué en 2019 à Microsoft, au détriment d'Amazon.

Ce contrat ne répondait plus aux besoins du Pentagone en raison notamment de l'évolution des exigences [et] des avancées du secteur, a justifié le Département.

Mais l'armée a urgemment besoin de services en nuage fournis par des entreprises habilitées à travailler pour tous les niveaux de classification du secret de la défense, selon John Sherman, responsable des systèmes d'information au Département, questionné à l'occasion d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

Aussi, le Pentagone entamera une nouvelle procédure pour recruter plusieurs sociétés spécialisées au lieu d’une seule, à commencer, probablement, par Microsoft et Amazon.

Avec l'évolution de l'environnement technologique, il est devenu clair que ce contrat [...], qui a longtemps été retardé, ne répond plus aux exigences pour combler les lacunes en matière de capacités du département de la Défense.

Une citation de :Un porte-parole du département de la Défense

Ce gros contrat, d'une durée de 10 ans, visait à moderniser la totalité des systèmes informatiques des forces armées américaines, en intégrant notamment davantage d'intelligence artificielle.

Un choix remis en question

Dès la conclusion de l'appel d'offres, à l'automne 2019, pour ce contrat baptisé JEDI (pour Joint Enterprise Defense Infrastructure), Amazon, initialement considéré comme favori, avait vivement remis en cause le choix du Département et engagé une bataille judiciaire. Une juge avait encore, en avril, refusé de rejeter la plainte d'Amazon, comme le demandait le Pentagone.

Le géant du commerce en ligne, devenu un expert des services en informatique dématérialisée, accusait notamment l'ex-président américain Donald Trump d'avoir influencé le choix du Pentagone en raison de son animosité envers Jeff Bezos, son fondateur.

Nous comprenons les raisons du département de la Défense, a réagi Microsoft dans un message publié sur son site web.

Le Département faisait face à un choix difficile : poursuivre ce qui aurait pu devenir une bataille judiciaire de plusieurs années ou trouver une autre voie à suivre.

Une citation de :Un porte-parole de Microsoft

La sécurité des États-Unis est plus importante que n'importe quel contrat, a souligné le groupe en disant respecter et accepter la décision d'aller de l'avant sur une voie différente pour sécuriser une technologie essentielle.

Plusieurs entreprises seront sollicitées

Le Département prévoit désormais de se tourner plutôt vers plusieurs entreprises pour un nouveau contrat baptisé Joint Warfighter Cloud Capability (JWCC), qui se substituera au JEDI.

M. Sherman n'a pas souhaité donner de montant précis. Il a seulement indiqué que celui-ci s'élèverait sans doute à plusieurs milliards de dollars [américains], mais a suggéré qu'il n'atteindrait pas les 10 milliards de dollars américains du contrat JEDI.

Le Département commencera par solliciter des propositions auprès de Microsoft et Amazon, les deux seuls groupes actuellement capables de répondre à [ses] besoins.

Mais il prévoit de poursuivre ses études de marché pour déterminer si d'autres fournisseurs basés aux États-Unis pourraient également remplir ses exigences.

Si nous déterminons que des fournisseurs supplémentaires peuvent également répondre à nos besoins, nous leur adresserons également des sollicitations.

Une citation de :John Sherman

L'annulation du contrat JEDI ne signifie pas que le Département a commis une erreur, a assuré son représentant.

Quand JEDI a été conçu, c'était la bonne approche, a-t-il affirmé, avant d’ajouter que le paysage a changé, tout comme [leurs] besoins et que l'armée fonctionne désormais avec plusieurs environnements en nuage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !