•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caméras pour les policiers : Plante n'agit pas assez vite au goût de Coderre

Valérie Plante s'engage à doter les policiers montréalais de caméras corporelles dès le début de 2022 si elle est réélue.

Denis Coderre.

Le candidat à la mairie de Montréal Denis Coderre, d'Ensemble Montréal, a présenté trois candidats pour l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce le 7 juillet 2021.

Photo : Radio-Canada

À quatre mois du scrutin municipal, Projet Montréal, le parti de la mairesse Valérie Plante, et Ensemble Montréal, celui de l'ex-maire Denis Coderre, présentent leurs candidats dans Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Et ils se disputent, par médias interposés, sur l'échéancier en vertu duquel les policiers devraient être équipés de caméras d'intervention.

Valérie Plante a présenté mercredi Victor Armony – professeur et chercheur de sociologie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) – comme candidat de Projet Montréal dans Snowdon.

Dans ce district de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, fief pendant près de 40 ans du conseiller sortant Marvin Rotrand, l'issue du scrutin sera particulièrement attendue. En annonçant son départ de la vie politique, M. Rotrand a affirmé qu'il appuyait Denis Coderre.

Selon le candidat Victor Armony, cependant, la population dans Snowdon a été tenue pour acquise. Et bien que le conseiller Rotrand y ait fait un travail formidable, dit-il, les électeurs ont besoin d'idées nouvelles.

Victor Armony se spécialise dans les enjeux de sécurité publique, de relations interethniques et d'inégalités socioéconomiques. Cet Argentin établi depuis plus de 30 ans à Montréal a pris part à des mandats à Montréal, à Repentigny, à Laval concernant le profilage racial et la violence commise et subie par les jeunes, a expliqué Valérie Plante, pour qui Montréal reste une ville très sécuritaire.

Toutefois, rappelle la mairesse, des incidents violents se sont produits ces derniers mois dans le nord-est de Montréal et dans le secteur du Vieux-Montréal. Nous travaillons sans relâche avec nos partenaires, le Service de police de la Ville de Montréal [SPVM] et les groupes communautaires pour lutter contre la violence armée, a-t-elle ajouté.

De l'avis de Victor Armony, cet enjeu majeur qu'est la sécurité publique fait partie des dossiers qui influencent directement la qualité de vie des citoyens.

Victor Armony est notamment un des coauteurs d'un rapport remarqué sur les relations entre le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et les personnes appartenant à des minorités visibles. Commandé par une commission municipale en 2017, ce rapport a constaté que les Noirs, les Autochtones et les jeunes Arabes étaient plus susceptibles d'être victimes de  biais systémiques liés à l’appartenance raciale  par les agents du SPVM

Il faut miser, affirme M. Armony, sur un travail de police, de concertation, de mise en relation entre les communautés. Et surtout les communautés racisées, ceux et celles qui, peut-être, ne se sentent pas nécessairement en sécurité.

Valérie Plante écoute une question qui lui est posée dans un parc de Montréal.

Valérie Plante, mairesse de Montréal, présente le candidat de son parti Projet Montréal pour le district de Snowdon le 7 juillet 2021.

Photo : Radio-Canada

Valérie Plante, qui sollicite un deuxième mandat à la mairie, promet d'équiper les agents du SPVM de caméras d'intervention au début de l'année 2022. C'est prévu dans le budget de fonctionnement de la Ville, dit-elle.

il reste cependant des ficelles à attacher, notamment quant au choix de la technologie, qui a évolué depuis la tenue d'un projet pilote, affirme la mairesse.

Il faut aussi régler la question du stockage des données et l'enjeu de la confidentialité. En effet, avec ces caméras, on filme, rappelle M. Armony.

Enfin, il faut que le gouvernement du Québec adapte les processus pour que l'information provenant de ces caméras corporelles puisse servir comme preuve, dit Valérie Plante.

La réplique de Denis Coderre

Moi, je n’attendrai pas après Québec, a rétorqué Denis Coderre lorsqu'on l'a questionné mercredi, en conférence de presse, sur cette question de caméras pour les forces policières de la métropole.

On a mis en place le projet pilote, on sait ce que ça fait […] et, pour avoir parlé et au syndicat et à plusieurs policiers, on sait que c’est une demande, a-t-il ajouté.

La sécurité, c’est prioritaire pour les Montréalais et les Montréalaises, a-t-il fait valoir. J’ai déjà pris des décisions très rapides et je suis capable d’en prendre encore.

Par courriel, Abdelhaq Sari, porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique, objecte à son tour que l'administration Plante n'a rien fait après l'instauration d'un projet pilote par la précédente administration de Denis Coderre.

M. Sari affirme que la promesse que fait maintenant Valérie Plante est électoraliste et sans aucune crédibilité.

Trois nouveaux candidats

Ensemble Montréal a annoncé qu'Ashley Thornton, Dimitra Kostarides et Joe Ortona se présenteront respectivement comme conseillers de la Ville dans les districts de Notre-Dame-de-Grâce, de Côte-des-Neiges et de Loyola.

Mme Thornton, qui avait participé à la téléréalité Les chefs!, est chef cuisinière et commerçante. Dimitra Kostarides travaille dans le domaine des services financiers. Quant à l'avocat et ex-procureur de la Ville de Montréal Joe Ortona, il préside depuis novembre dernier la Commission scolaire English-Montréal.

Je ne serai pas le premier commissaire scolaire à occuper deux emplois, répond M. Ortona lorsqu'on lui demande s'il sera en mesure de cumuler ses fonctions s'il est élu.

L'aspirant conseiller ajoute que son expérience de commissaire lui a justement fait connaître les besoins du district de Loyola. J’ai défendu cette communauté, je la connais, j’en comprends les préoccupations et les besoins, et cette communauté me connaît.

Joe Ortana soutient que les résidents de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce sont désavantagés sous l'administration Plante.

Dans cet arrondissement qui se classe au premier rang des 19 arrondissements de Montréal pour la taille de sa population, ce que les citoyens […] paient en taxes, en biens et en services n’est pas l’équivalent proportionnel de ce qu’ils reçoivent en services, soutient-il.

Lionel Perez, qui brigue la mairie de cet arrondissement pour Ensemble Montréal, renchérit : Cette année, dans notre arrondissement, sur 500 km de voirie, on va faire une réfection routière de 1,6 km. Tout simplement parce que la ville-centre ne donne pas d’argent.

C’est ce qu’on va corriger, promet-il.

L'affaire Sue Montgomery

Le cas de l'actuelle mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, n'a pas manqué d'être abordé dans les conférences de presse qu'ont tenues les formations de Valérie Plante et de son rival Denis Coderre.

Exclue en janvier 2020 du caucus de Projet Montréal, Mme Montgomery a été par la suite reconnue coupable de 11 manquements déontologiques pour violations au code d'éthique. Les avocats de la Direction du contentieux et des enquêtes (DCE) de la Commission municipale du Québec demandent à ce qu'elle soit suspendue pour une période de 120 jours.

Questionnée sur le sort qui devrait être réservé à Sue Montgomery, Valérie Plante a répondu qu'elle laissait à la Commission le soin de trancher. Selon la mairesse Plante, Mme Montgomery doit penser aux citoyens et cesser de faire preuve d'acharnement.

L'opposition officielle, quant à elle, a réclamé fin juin la démission de l'ancienne élue de Projet Montréal, désormais indépendante.

Est-ce notre rôle de dépenser en frais judiciaires et d’avoir des chicanes? a demandé Denis Coderre, mercredi. [...] On parle de 120 jours de suspension; pendant ce temps-là, il faut donner des services.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !