•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le pont Prince-de-Galles, renommé en l'honneur du chef William Commanda, sera rénové

L'entrée du pont est partiellement clôturée.

Le pont Prince-de-Galles du côté de Gatineau, en juin 2020 (archives)

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

Le conseil municipal d'Ottawa a approuvé, mercredi, le changement de nom du pont Prince-de-Galles qui se verra donner, temporairement, une nouvelle vocation.

Le pont Prince-de-Galles deviendra le pont Chef-William-Commanda, en l’honneur de l’aîné et chef spirituel des Algonquins.

William Commanda a été chef de la Première Nation de Kitigan Zibi Anishinabeg de 1951 à 1970 et a consacré sa vie à la promotion de l’intendance environnementale, explique la Ville dans un communiqué.

M. Commanda a reçu l’Ordre du Canada en 2008 pour son dévouement et son service envers son peuple. Il est décédé en 2011, à l'âge de 97 ans.

Le grand chef de la nation Algonquine-​Anishinabeg, John Boudrias, applaudit la décision du conseil.

J’étais au courant des démarches entreprises par le conseil municipal et j’ai été très content d’entendre qu’ils ont accepté ça à leur conseil, [mercredi] matin. C’est un moment de fierté pour nous, c’est un moment de reconnaître un grand homme de notre histoire algonquine-​anishinabeg dans le chef William Commanda, a-t-il réagi en entrevue.

« C’est un geste pour améliorer les relations présentement et dans le futur. »

— Une citation de  John Boudrias, grand chef de la nation Algonquine-​Anishinabeg

M. Boudrias salue les démarches qui ont été faites pour rendre hommage à M. Commanda.

Je vois ça comme une étape. C’est bien de démontrer de la volonté envers les relations entre la Nation algonquine et la Ville d’Ottawa. Je trouve que c’est un geste positif. [...] Je trouve important que nous ayons fait partie du processus, tout au long, pour renommer ce pont.

John Boudrias sourit à la caméra.

John Boudrias, grand chef de la nation Algonquine-​Anishinabeg (archives)

Photo : Gracieuseté

La députée fédérale d'Ottawa-Centre, Catherine McKenna a, elle aussi, félicité la Ville, y voyant un exemple de réconciliation en action.

La décision du conseil prend effet immédiatement, a précisé le maire d'Ottawa, Jim Watson, qui avait indiqué son intention de renommer le pont dans son discours sur l'état de la Ville, en janvier dernier.

On va créer des pancartes et des enseignes pour identifier ce nouveau pont. Et la construction va commencer cette année, probablement dans quelques mois.

Une nouvelle vocation

Car non content d'avoir renommé le pont, le conseil municipal a également entériné la proposition de remettre le pont en service en tant que sentier polyvalent.

C’est un projet avec beaucoup d’appui dans la communauté pour être un autre lien entre Gatineau et la Ville d’Ottawa pour les piétons, les skieurs de fond et pour les cyclistes, a expliqué le maire Jim Watson.

Le coût total des travaux sera de 22 591 000 $. Le maire estime qu'il faudra un an pour les terminer.

Le Conseil a approuvé le versement d’un financement municipal de plus de 8,9 millions de dollars, soit le solde de l’engagement de la Ville envers ce projet de réfection.

Une note de service, incluant les détails du financement du projet, a été présentée aux élus, mercredi, dans une motion mise de l’avant par le maire Jim Watson, appuyée par le conseiller Jeff Leiper.

Pour obtenir le financement, l’équipe du service de planification propose d’utiliser plus de 6 millions $ provenant des redevances d’aménagement et plus de 2,5 millions $ issus des réserves du transport en commun.

Les conseillers ont voté en faveur de la proposition et la Ville a également déposé une demande auprès du gouvernement fédéral, a expliqué le maire.

On a fait une application au gouvernement fédéral pour presque 8,6 millions de dollars et j’espère qu’on va recevoir des nouvelles dans quelques semaines.

La Ville doit également obtenir l’approbation de la Société de transport de l’Outaouais [STO] pour relier le sentier polyvalent au sentier existant de la Commission de la capitale nationale [CCN] qui longe la rivière des Outaouais à Gatineau. L’équipe collabore avec la STO pour obtenir ce permis, précise également une note de service destinée au conseil municipal.

Un changement de vocation temporaire

Le pont, construit en 1879, est inutilisé depuis 2005. Un tablier devra être ajouté afin de le transformer en chemin polyvalent. Il faudra également effectuer des travaux pour assurer l’intégrité de la structure.

La Ville d’Ottawa a acheté ce pont ferroviaire désaffecté du Chemin de fer Canadien Pacifique (CFCP), en 2005.

Dans une note destinée au conseil municipal, le personnel de la Ville confirme que le projet a été soumis au gouvernement provincial dans l’attente d’une approbation pour passer à la prochaine étape, soit l’appel d’offres.

Une structure de métal est érigée et on peut voir un signe indiquant que l'endroit est interdit d'accès.

Une barricade a été installée à l'entrée du pont Prince-de-Galles, du côté de Gatineau, à la suite d'une noyade. En juin 2021, un groupe d'individus s'était aventuré sur l'ancien pont ferroviaire pour sauter à l'eau (archives).

Photo : Capture d'écran - Radio-Canada

Rappelons que ce projet, qui consiste à transformer le tablier de l’ancien pont ferroviaire pour en faire une voie destinée aux cyclistes et aux piétons, est temporaire.

Le tablier sera construit par-dessus les rails en acier, ce qui permettra de les conserver pour une utilisation future de transport en commun par train, précise la note de service. La Ville envisage toujours d’utiliser le pont dans sa stratégie à long terme de transport en commun sur rail.

La Ville a vu dans ce pont l’occasion d’améliorer le transport actif entre Ottawa et Gatineau [...], et ce, jusqu’à ce que la structure soit de nouveau utilisée comme liaison ferroviaire, écrit Carina Duclos, directrice par intérim du Service de planification, infrastructure et développement économique de la Ville.

La structure qui enjambe la rivière des Outaouais à l'ouest du centre-ville d'Ottawa a défrayé les manchettes dernièrement. À plus d'une reprise, des nageurs se sont noyés après avoir sauté du pont. Des barrières ont ensuite été installées à l'entrée et à la sortie.

La Ville propose également de consacrer 1 % du coût estimé de la réfection – soit 94 000 $ – à l’art autochtone, conformément à la Politique d’art public de la Municipalité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !