•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Spéculation et locations touristiques créent une rareté de logements à L'Anse-Saint-Jean

Une femme sourit devant des kayaks près d'une plage.

Myriam Savard n'arrive pas à trouver un logement pour elle est ses deux enfants qui vont à l'école à L'Anse-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

Trouver un logement à L’Anse-Saint-Jean devient de plus en plus difficile pour les résidents qui veulent y habiter durant toute l’année. Le problème existe depuis un bon moment, mais il a pris de l’envergure à cause du phénomène des locations touristiques, comme celles de la plateforme numérique Airbnb, et de la spéculation immobilière.

La propriétaire d'une petite entreprise touristique anjeannoise, Myriam Savard, est touchée de plein fouet par cette rareté des logements. Elle doit quitter celui qu’elle occupe avec ses deux enfants d'ici le mois d'octobre, mais elle ne trouve rien.

J'avais trouvé un appartement, une maison pour y habiter, sauf que la propriétaire a une entreprise aussi. Elle me demande de quitter parce qu'elle doit loger ses employés , explique Mme Savard.

Myriam Savard devant des kayaks et le fjord du Saguenay.

Myriam Savard n'arrive pas à trouver un logement pour elle est ses deux enfants qui vont à l'école à L'Anse-Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Rosalie Dumais-Beaulieu

La copropriétaire du Café du quai, Marianne Bergevin, est également aux prises avec la difficulté de trouver des logements et a dû acheter une maison pour ses employés saisonniers.

Il y a des gens de la ville qui achètent des maisons pour en faire du Airbnb, puis ces maisons-là sont inhabitées plusieurs mois par année , déplore-t-elle.

Il y a un engouement d'acheter des maisons, renchérit Myriam Savard, parce que les gens se disent : "Ah, le tourisme va revenir, on va pouvoir faire beaucoup d'argent", parce que c'est quand même très payant faire de la location Airbnb.

Ce genre de site offre aux gens de louer leur domicile à des touristes de passage pour une certaine période.

Un règlement bientôt à Petit-Saguenay

La municipalité voisine, Petit-Saguenay, se prépare à interdire les résidences touristiques dans certaines zones.

La réglementation va interdire les résidences de tourisme dans le périmètre urbain, donc l'espace habité de Petit-Saguenay, précise le maire, Philôme La France. C'est déjà le cas pour la zone agricole également. Et va l'autoriser pour les secteurs qui sont en villégiature, en zone agro-forestière, en zone récréo-touristique.

Un équilibre à trouver

À L'Anse-Saint-Jean, il y a déjà une réglementation qui interdit les résidences touristiques dans une portion du village, mais pas sur la rue du Quai.

Nos commerces touristiques ont besoin aussi de ce tourisme-là qui vient à L'Anse-Saint-Jean, mentionne le maire, Lucien Martel. Donc c'est une question d'équilibre. Comment on va équilibrer les zones où on va accepter les locations Airbnb et les autres où on ne les acceptera pas.

Il appartiendra au prochain conseil de décider s'il entend restreindre davantage les résidences de tourisme puisque le maire ne se représentera pas aux élections de l'automne.

D'après un reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !